25 sept. 2009

Comment transformer son congé de maternité en 12 mois de vacances ?

Certaines ne comprendront rien à ce que je vais raconter. D'autres croiront que je leur ai volé les mots de la bouche, surtout celles qui sont aux prises avec les montagnes russes du post-partum.

Voici ma révélation-choc: Le congé de maternité n'est pas synonyme d'euphorie pour moi. M'occuper d'un nourrisson toute la journée ne me permet pas d'atteindre les hauts sommets de l'accomplissement personnel. Cela m'aura pris 3 naissances, 21 mois d'allaitement et quelque 10 000 changements de couches pour arriver à ce constat. Je me suis fait lentement à l'idée que je suis une mère imparfaite: la symbiose mère-bébé, ce n'est pas (toujours) pour moi. J'aime ça. Mais pas tout le temps. Et pas 24h par jour.

Mais entendons-nous. J'aime mes enfants. Et j'ai dû être une mère insupportablement gaga lorsque je racontais les "premières fois" de mes bébés. Et j'ai dû essayer de donner des conseils plates à des nouvelles mères qui n'en n'avais nullement besoin. Mais préparer des purées (et attendre patiemment qu'elles soient ingurgitées avec une grimace), changer des couches (et constater que les bleuets ont définitivement une influence sur la couleur surnaturelle du contenu) sont des tâches qui ne me transformeront pas pour toujours.

Comment faire alors pour que le congé de maternité ne soit pas une longue succession de mois interminables? Ou un curieux amalgame d'hormones féminines et post-natales mal dosées? Il s'agit de se défaire de ce sentiment de culpabilité à ne pas être tissée de la fibre maternelle avec un grand F - m'enfin, juste avec un f minuscule. À partir du moment où j'ai compris que le congé de maternité pouvait être perçu comme des vacances, tout s'est tellement mieux passé!

C'est vrai! La mère imparfaite en vous n'a-t-elle jamais remarqué que dans l'expression "congé de maternité" se trouve le mot "congé"? Que fait-on pendant un congé? On enchaîne une après l'autre une série d'activités qui nous plaisent. Chaque journée, je me débarrassais vite fait du ménage et autres obligations (pendant que Frérot était réveillé) et je partais à la conquête du monde (pendant qu'il était au pays des rêves). C'est ainsi que j'ai enfin trouvé le temps de faire un peu (plus) d'exercice, de lire et de rédiger avec Anik un bouquin de près de 200 pages. Fini le cauchemar du congé de maternité! J'avais enfin trouvé l'équilibre idéal entre mes besoins et ceux de ma famille. À tel point que j'ai eu un bon petit blues à quitter cette routine confortable :oS

Mon bébé a-t-il souffert que je prenne mon pied pendant 11 mois? Je ne crois pas (mais c'est peut-être parce que le concept de psychothérapie lui est étranger). À ma décharge, Frérot a deux grandes soeurs qui le divertissent agréablement. Il possède un coffret bien rempli de DVD pour bébés à rendre jaloux ses petits copains de garderie. Il a des jouets colorés dans toutes les pièces de la maison (vous seriez surprises de voir le trafic de matériel de bébé dans mon réseau d'amies!). Et il peut s'empiffrer seul de "little puffs". Que demander de mieux?

Voici une dernière révélation-choc : avoir enfin le temps de faire tout ce que je veux pendant un congé de maternité, voilà ce qui me fatigue quand il est terminé et que je jongle avec les impondérables du boulot.

8 commentaires imparfaits:

Caro l'ergo on 25 septembre 2009 à 10:20 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Les DH on 25 septembre 2009 à 14:16 a dit…

Wow! Il faut absolument que je fasse un 3e enfant pour essayer cela! ;-)

Anik on 25 septembre 2009 à 14:56 a dit…

Sans blague, on «s'imperfectionne» beaucoup au 3e. L'apprentissage vaut «presque» le coup de se taper 9 mois de grossesse et d'acheter une mini-van... hé, hé !

Valérie on 27 septembre 2009 à 16:34 a dit…

Le congé de maternité, malgré le fait qu'il implique qu'on ait à s'occuper d'un bébé continuellement, nous offre une liberté de temps qu'on ne retrouvera plus jamais sur le marché du travail.
Chanceuse, mon subconscient m'a toujours inspiré des projets un peu fous pendant ces périodes, ce qui fait qu'à chacun de mes congés de maternité est rattaché une réalisation personnelle dont je suis fière.

Caro l'ergo on 27 septembre 2009 à 20:34 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Caro l'ergo on 27 septembre 2009 à 20:36 a dit…

Ah! Le ''congé parental''... Il devient congé que si nous décidons qu'il en soit ainsi!

Tranche de vie...

Ce qui m'a le plus manqué lors de mon premier congé parental, c'est de voir du monde. Ouin, du MONDE... Vous savez, n'importe quel être humain pouvant entretenir une conversation, la plus simple qui soit aurait fait l'affaire, y compris le genre de monde qui généralement vous tape sur les nerfs au bureau à longueur d'année,...

Bien malgré moi, dans mon inexpérience de mère, je me suis isolée dans une symbiose avec ma fille... Toutefois, étant un bébé qui dormait beaucoup durant la journée (4-6 heures), j'en profitais pour compléter quelques tâches domestiques, du rangement ou de petits projets professionnels. D'une façon très routinière, s'intégrant aisément avec la routine de bébé (wow!). Je suis même retournée travailler avant la fin de mon congé... Pouvez-vous y croire, je m'ennuyais!

Au deuxième... Party ! Yoga Maman-Bébé, Cardio-poussette, magasinage et activités entre amies... Je sortais tous les jours. J'étais assez occupée. Bébé blues, j'ai pas connu!

Alors, les mamans, profitez de ce ''congé'', vous en aurez probablement pas indéfiniement (à moins de vouloir une douzaine de rejetons !)

Anik on 28 septembre 2009 à 09:07 a dit…

@ Caro
C'est vrai qu'on apprend avec un second ou une 3e congé. Et je te comprends de t'être ennuyée. Tu le sais, j'ai toujours travaillé à temps partiel pendant mes congés... Quelques petites heures pour avoir l'impression de m'accomplir et rester présente, parce que comme travailleuse autonome, si on veut conserver ses contrats, faut être disponible...

Julie on 28 septembre 2009 à 20:44 a dit…

@ DH:
Un 3e enfant a été pour nous une grande décision, mais je promets que nous ne la regretterons jamais. C'est vraiment agréable! M'enfin... la plupart du temps ;-)

@Anik:
On devient plus imparfaite au 3e? Assurément. Quand on est organisée pour 2, on l'est pour trois... En plus, ils jouent ensemble. M'enfin... la plupart du temps...

@Valérie:
Chapeau pour ton subconscient! Mon cerveau a aussi travaillé fort dans ce congé de maternité (ceux qui me connaissent bien savent que c'est au sens propre comme au figuré). Je suis plutôt fière du résultat!

@Caro:
Je suis aussi retournée très tôt au travail après la naissance de PetiteSoeur. Mais ça a eu beaucoup de bon puisque PapaZen a pris ma relève. Il a eu beaucoup de plaisir et je n'arrivais tout simplement pas à comprendre comment il s'y prenait pour faire le ménage, la bouffe, divertir les enfants et être heureux par-dessus le marché!

Bref, je trouve que le meilleur équilibre, pendant le congé, est de faire un peu de tout: être bien avec Bébé, réaliser de petits ou grands projets qui nous font plaisir, laisser papa prendre sa place, voir ses amies...

 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon