17 nov. 2009

Comment faire un mea culpa?

Je vous ai fait ma confession un peu plus tôt cette semaine. Maintenant, il est trop tard pour me défiler... même si ce n'est pas l'envie qui manque.

Le pire, c'est que j'ai honte pour vrai. J'ai rougi dès que j'ai pris conscience de ma première phôte. Et je suis passée au bourgogne quand PapaZen m'a souligné la seconde.

Je cesse de vous faire languir et je me dévoile... ouch. Je vous jure que ça fait mal!

Voyez-vous, depuis que j'ai appris à former mes lettres, j'ai toujours trouvé important de bien communiquer et d'écrire sans faute. À l'école, je me tournais les pouces dans les dictées. Je me débarrassais aussi d'un seul coup de toutes les pages d'homophones et de conjugaisons des cahiers d'exercices. Je maîtrise la grammaire mieux que la moyenne. Je restructure assez facilement les textes de mes collègues pour mieux faire passer leur message. J'ai du plaisir à lire toutes les suggestions d'Antidote, mon logiciel préféré. Je peaufine jusqu'à trouver le mot juste (imaginez le désespoir d'Anik!). Bref, l'écriture et les exercices de style me passionnent... depuis longtemps!

Couplez tout cela avec mes tendances perfectionnistes sur lesquelles vous savez maintenant à peu près tout, et vous pourrez probablement (et assez aisément!) imaginer ma déconfiture, lorsque j'ai vu de mes yeux vu, ces deux coquilles ignobles imprimées en 4000 exemplaires!

Si on dit qu'il n'arrive rien pour rien. Je me dis qu'il doit y avoir une raison. Mais je vous avoue qu'elle m'échappe à ce jour. Comment se fait-il que ces deux fautes aient échappé au travail consciencieux d'une bonne réviseure linguistique, à celui de ma soeur qui a relu notre document en entier, à mes yeux de lynx et la vigilance d'Anik (qui, je vous le rappelle, s'est exprimée comme une charretière en disant "@#$?&*, comment ça a pu arriver Julie?") ? Mystère et boule de gomme!

Voici donc ma confession libellée à la IEA? :
Le 19 octobre 2009, très exactement, j'ai été imparfaite (et je ne suis vraiment pas fière de l'être), j'ai appuyé trop vite sur "envoyer" et j'ai expédié un courriel à Anik contenant deux phôtes magistrales (et pourtant soulignées en ROUGE dans mon logiciel de traitement de texte!). Un mois plus tard, je vous partage donc cet apprentissage dont je me serais bien passé: quand je cherche les bons mots pour dire merci, j'en perds mon français! IEA?

Me pardonnerez-vous?

9 commentaires imparfaits:

Evely on 17 novembre 2009 à 11:50 a dit…

phôte avouée est à moitié pardonnée.

J'aimerais être bonne en français.Comme j'ai essayé de l'être. Je te jalouse malgré tes deux coquilles. Moi, c'est une plage au complet que l'on retrouve dans mes textes. Ce qui me fait sourire c'est que j'en parlais sur mon blog il n'y a pas longtemps.

Ce qui fait que tes deux fautes sont acceptables, c'est que tu es perfectionniste et que le texte est passé dans les mains de plusieurs. C'est dur d'être imparfaite, l'art du laisser aller. ;o)

Prune on 17 novembre 2009 à 11:51 a dit…

Ca arrive surtout quand on tape sur un clavier... moi je suis dyslexique depuis que j'écris sur PC !!!! Et je me rends toujours compte de mes fautes une fois que j'ai publié ou envoyé !!! alors que je me suis relue...

chatouille ta vie koala on 17 novembre 2009 à 15:16 a dit…

Je sui s imparfaite en fautes , que j'ai honte de tout cela mais je ne dirais pas que j'ai eu une vie qui ne ma pas permise de meiux ne pas faire de faute mes juste pas chanceuse qu à fait que j'écrie malheureusement avec ces fautes sans le vouloir par contre je fait tout pour dimiuer la chose car moi ces ma honte depuis le jour ou mes parents m'ont dit que le travail qui était vaoriser à leurs époque était de travailler dans une manufacture ...

J'avais réussie de peine et de misère à foncer seul dans mes cours pour entrer au cégep et j'était fière mes pas fière de faire des fautes quand j'ai voulu me faire aider à cette époque on ma retirée du cégep ou j'avais une avenir brillante pour m'obliger à aller travaillée à peine à 18 ans dans une usine ... Mes parents venaient de commettre la plus belle erreurs de leurs vie mais ils était heureux de me voir partir de la maison avec à peine de quoi survivre sous le bras juste histoire que ma mère ce retrouve seul avec un beau père que j,avais à l'époque et voila je n'ai jamais été capable de reprendre des études depuis sérieuse de francais par manque de temps et de fatigue extrême mais je souahite que mon fils puisse aller aux études supérieur par l'argent que je lui amasseent pour lui donner un avenir beaucoups plus rose et de francais bien écrit que le mien si Dieu veut bien me donner la force et la santée de me donner les atouts pour y arriver car ces le plus beaux cadeau à donner à son enfant des études , encouragement ,support, aide necessaire pour y parvenir je lui souhaite à lui plus que pour moi et peut-être je touverais un jour le moyen car ma vie avance de me corriger encore plus pour ne pas avoir honte plus jamais de cela un francais parfait . Je t'adore chatouille .

Caro l'ergo on 17 novembre 2009 à 18:40 a dit…

Chère Julie, bienvenue dans le monde des humains! Nul n'est parfait et plus on désire l'être plus l'imperfection nous frappe...

Bonne journée !

Anik on 17 novembre 2009 à 19:37 a dit…

@ Julie
Moi, tu sais, je t'ai pardonnée depuis longtemps (et je me pardonne aussi, parce que bon, j'aurais aussi dû allumer)...

@ Prune
Dyslexie d'ordi... Hum... je crois que j'en souffre aussi...

@ Chatouille
Touchant, ton témoignage. Mais tu sais, je crois que le support et l'encouragement dont tu parles sont encore plus essentiels pour nos enfants que les études... Après tout, ce qui compte, c'est d'être heureux et bien dans sa peau, non ? Et il y a plusieurs recettes au bonheur, pas seulement les études...

@ Caro
Ah, sage Caro... lorsque le perfectionnisme nous guette, tu as toujours le bon mot...

La Belle on 17 novembre 2009 à 21:43 a dit…

Et dire que moi je me force et je sais pertinement que lorsque j'écris il doit y avoir plusieurs phôtes d'ortho ;-) (puisque mon domaine d'étude est dans les chiffres et non dans les lettres...)

Mais ce n'est pas être une imparfaite et alors ? ce mea culpa :-P

André Cotte a dit…

C'est quoi les deux phôtes ? Me semble qu'elles ne furent pas nommées. Faudra-t-il les trouver nous-mêmes?

Julie on 18 novembre 2009 à 09:03 a dit…

@Evely
Oh oui, c'est dur, dur d'être imparfaite!
(pour lire le billet dont Evely parle)

@Prune
S'apercevoir de ses fautes une fois que c'est publié, c'est mon karma! Je retouche tellement mes textes que je ne les vois plus...

@chatouille
c'est bien de nourrir de grands espoirs pour ses enfants

@Caro
Merci de m'accepter dans ton "monde" ;-)

@Anik
Merci pour ton pardon! Tu voudras donc faire le 2e tome avec moi???

@La Belle
Ah? C'est peut-être pour ça que j'ai fait mes deux phôtes? J'étais trop concentrée à faire des calculs précis au moment d'écrire mes lignes...

@André
Tu peux chercher cher mentor, je ne dirai rien, même sous la torture! Mais j'ai donné deux bons indices ;-)

Evely on 18 novembre 2009 à 10:12 a dit…

@ Julie

C'est dur d'être imparfaite, mais on dirait que les universités nous poussent vers ça... oups un petit reflux de ma part ;o)

 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon