2 nov. 2009

Êtes-vous imMÈREfectionniste ?

Alors que les pères ont depuis des lustres compris le concept d’imPÈREfection, nous les femmes, avons souvent du fil à retordre avec ce concept (et peut-être encore davantage lorsque nous devenons mère). Et si nous mettions un néologisme au dictionnaire? Et si l’imMÈREfectionnisme devenait un nouveau terme à intégrer au vocabulaire de notre société?

Évidemment, Le Robert, Larousse et l’Office québécois de la langue française souhaitent une définition étoffée à ce concept. Nous vous proposons de nous aider en partageant votre définition de l’imMÈREfectionnisme.

Pour ma part (Anik), je me suis mise à réfléchir longuement (bon, je l’avoue, pas si longtemps, mais pour l’imparfaite que je suis, passer 15 minutes sur le même sujet, c’est beaucoup), et j’ai fait ressortir certains éléments qui me semblent clés pour arriver à définir l’imMÈREfectionnisme.

Être imMÈREfectionniste, c’est :
  • Être capable d’assumer qui nous sommes et nos choix de vie malgré la société
  • Refuser de se mettre de la pression inutilement
  • Être à l’écoute de soi et de ses besoins même si c’est parfois mal perçu
  • Être heureuse malgré le fait que notre vie n’est pas parfaite
  • Savoir laisser tomber les détails pour aller à l’essentiel (ne pas s’enfarger dans les fleurs du tapis, quoi!)
  • Avoir des qualités ET des défauts qui font de nous la personne unique que nous sommes…
  • C’est accepter que tout n’est pas parfait, accepter de ne pas tout contrôler, savoir lâcher-prise quand c’est le temps…
  • Se laisser porter par la vie, savoir prendre la vie avec un grain de sel et une bonne dose d’humour…
  • Se coucher dans un lit pas fait et dormir d’un sommeil sans tracas, malgré tout
  • Mettre l’accent sur ce qui est vraiment important pour soi (pas pour notre mère, notre conjoint, la société, la voisine...)
  • Être capable d’écouter sa petite voix intérieure, son intuition, et vivre en accord avec soi-même, malgré le regard des autres, malgré les jugements, malgré ce qui est véhiculé par la société…
Quels sont les éléments les plus importants, vous croyez ? J’en ai probablement oublié aussi…
Pour moi, je crois que l’imMÈREfectionnisme passe beaucoup par le lâcher-prise et l’acceptation de ne pas tout contrôler… La vie est imparfaite, et alors ? Soyons heureuses !

J’ai hâte de lire vos définitions ou vos éléments à ajouter à la réflexion. D’ici 2 semaines, nous pourrons en arriver à une définition commune…

4 commentaires imparfaits:

Julie on 2 novembre 2009 à 12:28 a dit…

Ton défi m'as inspirée! Voici ma réflexion:

Je pense que développer ses « imMÈREfections » fait le charme et l’unicité de chaque personne. Il y a, à mon avis, deux extrêmes. Le premier étant la perfection absolue, soit de vouloir projeter une image parfaite aux yeux de son entourage malgré le temps et les efforts surhumains exigés (belle maison, beau ménage, beaux enfants, bon travail, belle vie de couple, belle garde-robe…). Je crois que sous ces apparences de vie facile, se cache inévitablement une femme en quête du "toujours plus" qui se condamne à être malheureuse.

À l’autre extrémité, se trouve le laisser aller total. Les besoins personnels priment en tout temps sur les besoins de la famille. En voulant « développer l’autonomie des enfants », on délaisse leur sécurité. En voulant « s’assumer tel que l’on est », on fait fi des conventions sociales. Bref, un « je-m’en-foutisme » qui dénote, à mon avis, un manque de respect envers l’autre et un trop grand égo.

Entre les deux, il y a, la mère imparfaite qui assume ses petits travers et, surtout, qui ne fait pas tout un drame avec tout ce qu’il lui « manque ». Elle s’estime satisfaite de ses réalisations dans les grandes sphères de sa vie et est heureuse de sa vie telle qu’elle est. Elle a suffisamment d’énergie pour être constamment en mouvement, ce qui lui laisse le loisir de marcher vers les buts qu’elle s’est fixés, de trouver les trucs créatifs qui lui permettront de les atteindre et de ne pas (trop) se décourager en cours de route. Elle est consciente des petits bonheurs qui se trouvent sur sa route. Elle les apprécie et elle les estime tout aussi importants que la destination finale.

Caro l'ergo on 2 novembre 2009 à 15:43 a dit…

Ma vision de ma vie de mère, de femme et de conjointe se résume à m'accepter telle que je suis, à apprécier ce que j'ai dans l'immédiat, à m'émerveiller pour de petites choses simples (un sourire, la nature, un baiser) et à être bien dans ce que je fais. Est-ce qu'avec cette philosophie, je peux être imMÈREfectionniste ?

Je trouve que plusieurs mères se posent trop de questions, se comparent trop et veulent trop être parfaites... Mais en fait, c'est quoi être parfaite ? N'a-t-on pas toujours dit que la perfection n'était pas de ce monde ?

Bonne journée imparfaites de ce monde!

La Belle on 2 novembre 2009 à 21:11 a dit…

J'adore toutes vos définitions ;-)

J'ajouterai mon "mantra" à la définition d'imMèrefectionniste :
- Vivre le moment présent
- Voir le positif (malgré le négatif) !

Essentiellement c'est vivre des hauts et des bas et de se dire que ça fait partie de la vie et que demain est une nouvelle journée ;-) !

Anik on 3 novembre 2009 à 07:47 a dit…

@ Julie, Caro et La Belle
S'assumer, se satisfaire de ce qu'on a et de ce qu'on est, vivre le moment présent de façon positive, éviter de se poser trop de questions... Voilà bon nombre d'éléments essentiels à retenir, selon moi aussi. Merci de les avoir mis en évidence.

 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon