29 mai 2009

Cette semaine sur Imparfaite, et alors? : à bas le perfectionnisme !

Cette semaine, c’est le perfectionnisme qui est à l’honneur, ou plus, au déshonneur.
Avez-vous cette fâcheuse manie d’en faire trop, de souhaiter tout contrôler et de vouloir que tout soit parfait (vos enfants, votre maison, votre conjoint et surtout, vous-même et j’en passe) ?  Camouflez-vous cette façon d’être sous une soi-disant nécessité de bien faire les choses qui gruge votre énergie et votre moral plus souvent qu’autrement ? Cessez d’être si exigeante envers vous-même et plongez dans le merveilleux monde de l’imperfection, ou bien faire les choses n’exige pas d’y laisser sa peau.

Lisez nos trucs (et partagez les vôtres!) pour en faire moins tout en obtenant plus. Parcourez nos échanges de courriels, nos pensées, nos suggestions de lectures Web. De plus, encouragez-vous : vous n’êtes pas la seule mère imparfaite qui tombe parfois (ou même souvent) dans le piège du perfectionnisme, comme vous le verrez dans la section Imperfections du jour…

N’hésitez pas à vous abonner à notre bulletin hebdomadaire : vous obtiendrez ainsi un petit aide-mémoire vous motivant à développer votre côté imparfait et vous serez avisée en primeur du nouveau sujet de la semaine.

Bonne lecture !
Lire la suite...

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins pour assumer votre imperfection

Statuez : Organisez une journée familiale de l’imperfection, sur une base annuelle, mensuelle ou hebdomadaire, selon vos aspirations imparfaites. Lors de cette journée, engagez-vous à ne pas viser la perfection et à vous laisser aller. À la fin de la journée, faites le bilan. Comment vous sentez-vous ? Quelles sont les conséquences positives ou négatives de cette attitude ? Avez-vous envie de recommencer ?

Dédramatisez : Chaque fois que se présente votre tendance à vouloir que tout soit parfait, posez-vous sincèrement cette question : «Quelle est la pire chose qui puisse arriver si je me laisse aller à l’imperfection plutôt qu’à la perfection dans ce cas ?» Souvent, ce ne sera pas si dramatique que vous le croyez et vous pourrez même trouver des avantages à l’imperfection (gagner du temps, diminuer l’angoisse, etc.)

Prenez exemple : Vous avez sûrement dans votre entourage une personne que l’imperfection ne dérange nullement. Lorsque vos tendances perfectionnistes se pointent, demandez-vous ce que cette personne ferait dans pareille situation, et imitez-la. Ce petit jeu de rôle pourra vous aider, à la longue…

Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait : perfectionnisme

Jetez un coup d’œil aux 10 signes révélateurs du perfectionnisme. Vous reconnaissez-vous ? Suite à cela, lisez les deux articles proposés en complément.

Cette section du site Éducation à la santé, rédigé par des collaborateurs de diverses universités du Québec, expose de façon simple ce qu’est le perfectionnisme. Un questionnaire permet de savoir si vous êtes concernée.


Ce dossier offre, en plus d’explications sur les origines du perfectionnisme, plusieurs pistes pour s’en débarrasser.


Saviez-vous que le perfectionnisme se transmet souvent de génération en génération. Si vous êtes du genre perfectionniste, il est très probable que votre enfant le devienne aussi. Obtenez ici quelques pistes pour éviter cela.

Y a-t-il une seule façon d’être une bonne mère?

Quand le perfectionnisme rend malheureuse.

Quels sont vos sites ou articles coups de cœur dans le domaine du perfectionnisme ? N’hésitez pas à les partager.
Lire la suite...

28 mai 2009

Pensez imparfait : à bas le perfectionnisme !

Il ne faut pas attendre d'être parfait pour commencer quelque chose de bien. ---
Abbé Pierre ---

C'est une perfection de n'aspirer point à être parfait. ---
Fénelon ---

Qu'est-ce que ces pensées vous inspirent ? ---
Lire la suite...

(Im)perfections au quotidien reliées au perfectionnisme

Cette semaine, c’est le temps de partager notre imperfectionnisme d’une façon spéciale. En fait, partagez plutôt vos petits côtés parfaits dont vous aimeriez vous débarrasser, mais qui refusent de vous quitter.
On change la formule : je suis parfaite (ou presque) et pas fière de l’être parce que …
___________

Je suis parfaite (ou presque) et pas fière de l’être parce que je suis contrôlante à souhait. Je veux laisser de la latitude à mon mari, un peu par paresse, je l’avoue, pour éviter de tout faire moi-même, mais quand je le surprends à faire les choses autrement que de la façon dont je lui ai conseillé d’agir, ça me met dans un état ! Et je ne peux m’empêcher de commenter et de répéter mes recommandations, au cas où il ne les aurait pas entendues, on ne sait jamais.
Lire la suite...

27 mai 2009

Correspondance : Une journée parfaite

De : Anik ---
Envoyé : 25 mai 2009 ---
À : Julie ---
Objet : Une journée parfaite ---

Allô Julie! ---

Comment vas-tu? Moi, ça va parfaitement. Scénario de ma journée d’hier (attention, ton côté imparfait pourrait être choqué) :

Les enfants se sont levés à 7h30, juste assez tard pour que je roupille un peu, mais juste assez tôt pour que tout le monde soit prêt pour l’autobus scolaire et le départ pour la garderie. Au déjeuner, nous avons mangé des gaufres maison assorties de fruits et j’avais préparé du jus d’orange fraîchement pressé. Alors que les filles mangeaient tranquillement, je lisais un roman en sirotant mon thé. Philosophe a pensé à nettoyer la table après le déjeuner et Dynamite a ramassé la vaisselle. PetitAnge a mangé son yogourt comme une grande, sans que j’aie besoin de la nettoyer des cheveux aux orteils. Je suis allée porter les filles à la garderie et elles chantaient de joie de passer une autre journée en dehors du cocon familial. « Je veux aller à la garderie, maman, vite ! On s’en va ! ».

De retour à la maison, j’ai attaqué ma journée de travail avec une énergie incroyable, si bien qu’à 15h00, j’avais tout terminé. J’ai mangé une bonne petite salade santé pour dîner, et pendant ma pause de l’après-midi, j’ai eu le temps de faire mon ménage de salle de bain. Un peu avant que Philosophe ne revienne de l’école, je suis allée faire de l’exercice dehors. Le climat était idéal et je patinais sans que mon esprit ne soit troublé par aucune considération familiale ou personnelle. Je suis revenue à la maison et j’ai pris un spa puis une douche. Je me suis fait les cheveux, je me suis maquillée et j’ai mis ma jupe blanche, celle que mes enfants ne salissent jamais en mettant leurs mains dessus.

Philosophe est revenue et nous sommes allées chercher ses sœurs. À notre retour, j’ai entamé le souper (un 4 services, avec canard comme plat principal) pendant que les enfants jouaient tranquillement sans me demander « Quand est-ce qu’on mange ? ». Mon mari est rentré à l’heure du boulot et je l’ai accueilli en lui donnant un baiser qui laissait présager de mes intentions, une fois que les enfants seraient couchés. Comme je suis très compréhensive face à ses longues heures de travail, je lui ai tendu son journal pendant que je dressais la table, avec chandelles et bouquet de fleurs fraîches. Nous avons mangé dans l’harmonie la plus totale, sans que personne n’échappe son verre de lait. Les filles ont ensuite pris leur bain, brossé leurs dents pendant 2 minutes, puis sont allées se coucher sans mot dire. Quelle belle journée, dans le calme, le bonheur et l’énergie !

Ai-je réussi à te faire avaler tout cela ? J’ose croire que non. Mes journées sont loin d’être aussi parfaites. Les dégâts de nourriture, les crises pour ne pas aller à la garderie, les cheveux en bataille, les repas vite faits même pas de légumes, la pluie et une humeur massacrante, la fatigue et la course font souvent partie de mon quotidien imparfait. Même si la Bree Van de Kamp en moi (tu écoutes Beautés désespérées ?) hurle parfois devant de telles imperfections, la maman en moi sait bien qu’elles sont plus que normales. La famille, cela «imperfectionnise» à coup sûr, tu ne trouves pas ? J’étais si parfaite, moi, avant d’être maman ! ;o)

A+

Anik



Julie répond à Anik


De : Julie
Envoyé : 24 mai 2009
À : Anik
Objet : RE : Une journée parfaite

Allô!
J’avoue, j’ai commencé à douter aux gaufres maison, mais j’ai découvert le pot-aux-roses à la jupe blanche!

Ouch! Ce n’est pas simple de te répondre, car tu parles à une éternelle insatisfaite, à une éternelle compliquée. Ne crains pas, je persévère dans ma résolution de la semaine dernière, à savoir d’être plus positive quand on me demande de mes nouvelles. Alors, je ne m’étendrai pas sur tous les petits détails qui m’empêchent de voir que j’ai de la chance dans la vie.

Mais ce que je me demande par contre, c’est d’où ça me vient cette mauvaise habitude qui souvent me cause du tort ? Aussi loin que je me souvienne, ça me prenait 100% pour être satisfaite de ma performance à l’école. Imagine alors ma honte d’avoir eu zéro pour m’être fait prendre à tricher en chimie de secondaire 4 (moi et les sciences!)! Imagine ma décrépitude en maths 203 quand l’examen final comportait quatre problèmes de 25% chacun, que j’en ai manqué un et oublié un autre au verso d’une feuille? Je n’en ai pas dormi pendant des nuits. Je n’étais donc pas parfaite avant d’être mère, mais j’étais une candidate très sérieuse qui aspirait à ce titre très convoité.

Les références Web que tu publieras vendredi disent qu’il y a une grande part héréditaire et culturelle. Ça vient de ma mère? Je ne peux pas croire : pauvre elle c’est toute une accusation! C’est vrai que dans sa lingerie, il faut déplier les draps pour vérifier s’ils sont des draps-contours ou s’ils sont plats. Je ne blague pas, c’est la seule que je connais qui peut remballer un item hyper compliqué dans une boîte et le rapporter au magasin confondant complètement la pauvre employée qui n’y voit que dalle. Alors, ça vient de ma grand-mère? Qui voudrait lancer le blâme à une dame qui a accueilli dans sa maison trois enfants qui avaient moins de chance et qui n’étaient pourtant pas les siens?

Je prends le blâme. Je pense que ça vient de moi, tout simplement. Mais ce que je me demande, en tant que mère imparfaite qui se découvre c’est, vais-je transmettre ce gène défectueux à mes enfants? Ont-ils déjà conscience que ça me prend tout mon petit change pour tourner les coins une petite affaire plus ronds? Se rendent-ils compte que je me ronge les ongles parce que je m’en fais beaucoup trop si les choses ne se passent pas comme je l’aimerais?

Dieu que ce blogue est salvateur! En observant les anecdotes qui pourraient être intéressantes à raconter, ça me permet de m’ouvrir les yeux sur des détails qui passeraient autrement inaperçus. Le sourire pleines gencives de Frérot, les blagues somme toute assez bonnes de PapaZen, les perles de PetiteSoeur en apprentissage du langage des grands et les pas que GrandeSoeur fait vers l’autonomie…

Mieux vaut (faire l’effort de) me concentrer sur des petits moments parfaits qui arrivent inévitablement chaque jour que de garder mes yeux rivés sur LA perfection impossible à atteindre, non?

Je chemine, je chemine…
Julie
Lire la suite...

Défi imparfait pour assumer son imperfection

Cette semaine, vivez l’imperfection dans sa plus simple expression.

Prenez un instant pour identifier vos manies perfectionnistes et passez à l’attaque ! Par exemple :

  • Permettez à vos enfants de sortir de la maison même si leurs vêtements sont tachés ou non assortis.
  • Faites l’aveugle devant le visage crotté de votre petit qui joue dans le sable (et en déguste un peu, par la même occasion).
  • Résistez à l’envie d’expliquer à votre conjoint quelle est la façon idéale pour plier les vêtements, donner le bain, cuisiner un souper santé ou habiller les enfants.
  • Gardez votre bonne humeur et votre sérénité devant les manies imparfaites de votre famille (oublier de ranger la vaisselle après le repas ou pire, une succession de repas, laisser traîner les vêtements par terre après s’être changé, enlever ses souliers et oublier de les placer côte à côte dans l’entrée, oublier de fermer les portes d’armoire, etc.)

Donnez un congé à MamanParfaite cette semaine. Envoyez-la le plus loin possible, sur une parfaite plage du Pacifique ou en Sibérie, si vous êtes du genre un peu sadique. Accueillez la mère imparfaite en vous à bras ouverts.

Partagez avec nous le côté perfectionniste que vous combattrez cette semaine.
Lire la suite...

Développer son imperfection : moins de détails futiles, plus d'accent sur l'essentiel

Maman, ange ou démon ?
© Grande soeur
Lire la suite...

24 mai 2009

Cette semaine sur Imparfaite, et alors? : la gestion du temps

L’un des plus grands défis pour les familles d’aujourd’hui, vous l’aurez deviné, consiste en une meilleure gestion du temps.

La mauvaise nouvelle, c’est que la course n’arrête jamais. Déjeuner avalé à la hâte, garderie, métro, boulot, urgences, stress, trafic, souper cuisiné à la presse, activités ou leçons, boîtes à lunch, ménage et, enfin, dodo!

La bonne nouvelle : vous n’êtes pas seule! Tout le monde dit manquer de temps.

Cette semaine sur Imparfaite, et alors?, partagez vos meilleurs TRUCS pour gérer votre temps de même que vos IMPERFECTIONS reliées au temps.

Faites-vous partie des mères imparfaites qui reçoivent notre aide-mémoire hebdomadaire pour cheminer, jour après jour vers l’imperfection? Si ce n’est pas le cas, abonnez-vous à notre bulletin gratuit.
Lire la suite...

22 mai 2009

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins pour gagner du temps

Motivez-vous: Identifiez tout ce que vous aimeriez faire si le temps n’était pas une denrée rare. Est-ce :

  • un projet personnel (suivre une formation pour cette nouvelle carrière qui vous tente depuis votre post-partum)?
  • des sorties plus fréquentes avec votre conjoint (vite trouvez une petite gardienne pour vos cours de danse sociale du mardi soir)?
  • des activités avec vos enfants (tous les goûts sont dans la nature)?
  • un loisir momentanément mis de côté (fanatique de macramé, faites valoir vos talents)?

En devenant maman, on oublie parfois de se brancher sur les activités qui nous font réellement plaisir. En sachant exactement pourquoi vous voulez vous libérer du temps, vous serez plus motivée pour trouver des moyens pour y arriver.


Observez-vous: Chaque jour, inconsciemment, vous perdez du temps à des broutilles. Identifiez vos voleurs de temps tant au travail qu’à la maison. En vous disciplinant un peu et en les condensant, vous obtiendrez plusieurs minutes dont vous pourrez jouir à votre guise. Vous est-il vraiment nécessaire d’assister au débat des avantages et des inconvénients des guenilles tricotées à la machine à café du bureau (fait vécu!) ou d’écouter malgré vous les « info-pubs » pour des produits dont vous n’avez visiblement pas besoin (fait vécu?)

Quels sont vos meilleurs TRUCS pour gagner du temps?

Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait : gestion du temps

Mythes et réalités, symptômes de la mauvaise gestion du temps et trucs pour tracer un fidèle portrait de votre vie, voilà ce que propose ce texte d’Agnès Durbet, organisatrice professionnelle.

Que répondez-vous quand votre enfant vous demande « Veux-tu jouer avec moi? »?

Les femmes ont plus de facilité que les hommes à faire plusieurs tâches à la fois. Le multitâche est inévitable. Mythes ou réalités?

Ce dossier contient plusieurs trucs pour mieux gérer son temps.


Quels sont vos sites ou articles coups de cœur dans le domaine de la gestion du temps ? N’hésitez pas à les partager.
Lire la suite...

21 mai 2009

Pensez imparfait : mieux planifier son temps

Bizarrement, c'est quand on est pressé qu'il faut prendre son temps. Alors, je prends mon temps...

François Cluzet


Maman, les cadrans n’ont pas les mêmes chiffres en haut et en bas dans notre maison. Est-ce parce que ça va plus vite dans ma chambre?
GrandeSoeur


Au premier temps de la valse
Toute seule tu souris déjà
Au premier temps de la valse
Je suis seul, mais je t'aperçois
Au deuxième temps,
on a des enfants
Et on n'a plus de temps...

Adaptation d'Une valse à mille temps de Jacques Brel

Version originale :
Pour voir et écouter
Pour lire les paroles
Lire la suite...

Imperfections au quotidien reliées à la gestion du temps

Comment gagnez-vous du temps ? Quelles sont vos astuces pour aller plus vite sans toutefois que ce soit plus compliqué ou que cela demande trop d’efforts ?


En général, je suis imparfaite et fière de l’être parce que je combine toujours mes conversations téléphoniques à une tâche. Mon amie Martine rouspète souvent pour les bruits de vaisselles qu’elle entend (ou encore, le froissement de mes sacs de congélation quand je jase en planifiant le prochain souper), mais je suis prête à vivre avec cette conséquence de mon imperfection. Elle est bien contente, toutefois, quand je parle en pliant mes vêtements… Récemment, j’ai décidé que le principe pouvait aussi s’appliquer aux loisirs. Alors, je jase avec mon amie Josée pendant que je fais ma marche santé sur la piste cyclable, ou je m’entraîne devant la télé. Efficace et agréable! Imparfaite, et alors?

Lire la suite...

20 mai 2009

Correspondance : La gestion du temps, une question de perception?

De : Julie
Envoyé : 18 mai 2009
À : Anik
Objet : La gestion du temps, une question de perception?

Allô Anik!

Comment vas-tu? Moi, ça va bien!

As-tu déjà remarqué que lorsqu’on demande à quelqu’un comment il va, on obtient deux généralement deux réponses? Soit la personne dit machinalement « ça va bien! ». Soit elle répond qu’elle est vraiment très occupée par les temps qui courent. Dans le premier cas, on ne s’en rend jamais vraiment compte sur le moment, mais on sauve de précieuses minutes, car la personne ne s’aventure pas dans les détails. Dans le second, on a parfois droit à une longue litanie de tout ce qu’elle a fait ou qu’elle aura à faire cette semaine ou, encore pire, à tout ce qu’elle n’a pas eu ou n’aura pas le temps de faire dans le même laps de temps.

Mais je me demande bien : qu’est-ce que « les temps qui courent » pour une mère imparfaite? C’est pas mal tout le temps, à vrai dire. Et qu’est-ce que signifie « être très occupée » pour celle qui répond affectueusement,de jour comme de nuit, au surnom de Maman? C’est coordonner toutes les activités quotidiennes de sa petite famille.

Alors à quoi bon? Si je suis toujours « très occupée par les temps qui courent », je risque de servir toujours la même rengaine à mes amis en guise de réponse. Alors, j’abandonne. Je leur épargne le supplice : je prends la résolution d’être plus positive quand on demande de mes nouvelles. Cette semaine, j’aurais pu répondre qu’il m’est arrivé telle chose dramatique et que ça ne m’a pas permis de faire cette autre action vraiment très importante et aussi que je me suis inquiétée à fond parce que tel autre truc absolument scandaleux s’est produit… Je parie que tu m’aurais trouvé inintéressante à souhait, mais que tu aurais souri par politesse. Mon emploi du temps est occupé, et alors? Il le sera probablement toute ma vie. Et quand on y pense un peu, il l’est aussi pour tout le monde.

Alors s.-v.-p, rappelle-le-moi si je fais fausse route : je prends la décision de ne pas embêter les autres avec ma gestion de temps. Si cela venait à m’arriver, dis-moi n’importe quoi, comme : les mères monoparentales sont dans le jus perpétuel ou les mères de jumeaux ne savent plus où donner de la tête. Ou alors : les mères qui sont cadres ont constamment des feux à éteindre ou les mères dont le conjoint est toujours en rush de fin de projet sont de véritables équilibristes…

Ça devrait me ramener sur Terre ;o)

Tout est une question de perception, tu ne crois pas?

Julie

Anik répond à Julie

De : Anik
Envoyé : 19 mai 2009
À : Julie
Objet : RE : La gestion du temps, une question de perception?

Salut Julie!

Sans le savoir, le sujet de ton courriel tombe à pic. J’allais justement me plaindre de la longue fin de semaine qui a été synonyme de course et d’impression de ne pas avoir de temps. Loin d’être aussi sage que toi, je te donne quelques détails (ne t’en fais pas, je ne m’éterniserais pas). Au programme : heure du conte et cours de musique, panne de courant, achat de fleurs, achat de terre et d’engrais, achat de compost à l’Hôtel de Ville (en 3 fois, car impossible de tout rentrer cela dans la voiture), soirée cinéma-maison, épicerie, achat d’arbustes, jardinage, montage de la girafe sur la bicyclette, entretien de la pelouse, nettoyage de la piscine, plantation des fleurs et arbustes, lavage, balayeuse dans la maison et fin de soirée lundi soir complètement crevée.

C’est sans compter, comme tu dis, ce que j’aurais aimé faire (comme relaxer et faire un peu de ménage à l’intérieur, cela se salit à un rythme fou l’été). Et c’est sans compter tout le temps passé à s’occuper des enfants à travers tout cela…

Est-ce que c’est cela, avoir des enfants ? Être perpétuellement à la recherche de temps ? J’aimerais faire un retour six ans en arrière pour voir comment se passaient mes journées avant d’être maman. Je ne m’en souviens même plus, si ce n’est une vague impression qu’il m’arrivait de m’ennuyer (c’est-à-dire, de me demander « Bon, qu’est-ce que je fais maintenant ? » sans trop savoir quoi répondre). Maintenant, JAMAIS je ne m’ennuie, je n’ai pas le temps.

C’est quoi le secret pour avoir l’impression de contrôler son temps, quand on a une famille ? Je suppose que la réponse sage, c’est d’accepter le fait qu’on ne peut plus faire 1500 choses dans une journée. Les enfants, ça ralentit le rythme. Mais je me sens comme un cheval que l’on pousse à ralentir alors qu’il ne veut que galoper. C’est frustrant de sentir cette corde virtuelle qui me tire. Et parfois, c’est le contraire. Alors que je donnerais ma chemise pour m’écraser et ne rien faire, je dois être d’attaque, car les enfants ont besoin de moi.

En fait, je suppose que le secret, c’est de vivre le moment présent sans penser au reste : ce qui devrait être fait, ce qui n’a pas été fait, ce que l’on aimerait plutôt faire. Et aussi, de se concentrer sur l’essentiel. Attitude + action = bonne gestion du temps. Mais bon, disons pour que pour l’attitude, mon cheval a encore bien des croûtes à manger… ;o)

Sur ce, je vais aller prendre le temps de relaxer, après cette fin de semaine, je l’ai bien mérité.

Anik
Lire la suite...

Défi imparfait pour gagner du temps

Cette semaine, faites des choix conscients.

Entre la très bonne ou la bonne façon de faire les choses, choisissez la bonne. En faisant un peu moins de zèle, vous gagnerez ainsi plusieurs minutes chaque jour sans être insatisfaite des résultats.

Voyez comment vous pouvez tourner les coins ronds dans plusieurs domaines et gagner jusqu’à une heure par jour :

  • À la cuisine, présentez les haricots verts, sans chichi, comme ça, banalement à côté des pommes de terre plutôt que de les sculpter en palmier. (temps gagné : 10 minutes, résultat : les haricots verts resteront probablement dans l’assiette quand même)
  • Au bain, laissez les enfants barboter dans l’eau de manière sécuritaire et vérifiez simplement qu’ils ont lavé ce qu’il fallait juste avant de les faire sortir. (temps gagné : 15 minutes, résultat : le bain moussant, ça nettoie quand même et vous pouvez lire ou relaxer pendant qu’ils pataugent)
  • Au boulot, déléguez une tâche de votre choix en faisant savoir à la personne que vous la croyez sincèrement capable de mener à bien le mandat. (temps gagné : facilement 30 minutes, résultat : plutôt satisfaisant si vous avez choisi une personne qui vous apporte des solutions plutôt que des problèmes!)
  • En réponse aux appels de télémarketing ou aux invitations qui ne vous motivent guère, dites simplement « non… je ne peux pas… j’ai choisi de ne pas accepter », réponses qui ne laissent aucun doute sur vos intentions. (temps gagné : au moins 10 minutes, encore plus si vous laissez répondre votre conjoint ou votre boîte vocale, résultats : votre santé mentale se portera mieux)

Ce DÉFI IMPARFAIT vous inspire-t-il? Dites-nous comment vous progressez! Pour quelles tâches choisirez-vous d’opter pour la bonne méthode plutôt que la très bonne? Combien de temps avez-vous gagné et quels résultats vous avez obtenus?

Utilisez les espaces de commentaires, ils vous appartiennent!

Lire la suite...

Développer son imperfection en GESTION DU TEMPS. Moins de zèle, plus de temps

Le sablier ou comment ma mère arrive à gérer son temps (et le nôtre!)
© GrandeSoeur
Lire la suite...

16 mai 2009

Cette semaine, sur Imparfaite, et alors?

Saviez-vous que mai est le mois de l’activité physique ? Pour l’occasion, nous vous invitons à porter une attention particulière à votre santé : alimentation, mise en forme et saines habitudes de vie.

Bien que selon la philosophie de l’imperfection, nous vous invitions évidemment à vous laisser aller à certaines incartades (vive le gâteau au chocolat et le sport de salon ! À bas les régimes ! ), il va sans dire que la santé demeure une priorité. Voyez ici comment atteindre ce but sans trop d’efforts, mais avec des résultats appréciables.

Découvrez, entre autres, le secret pour retrouver votre taille d’avant grossesse en trois étapes faciles ou la façon idéale et agréable de conserver votre poids sans effort. Découvrez aussi comment la télé-réalité peut devenir un outil pédagogique pour développer de bonnes habitudes de vie.

N’hésitez pas à partager vos meilleurs trucs pour vous maintenir en santé malgré les aléas de la vie familiale. Ne vous gênez pas non plus d’exposer vos difficultés, car d’autres mamans pourront peut-être vous aider.

Et n’oubliez pas, si ce n’est pas déjà fait, de vous abonner à notre BULLETIN hebdomadaire. Vous recevrez en primeur notre aide-mémoire sur la santé, pour vous motiver et vous mettre en action.
Lire la suite...

Correspondance : le sport en famille, ça existe ?

Salut Julie!

Ça va? Moi, très bien. Hier, il faisait tellement beau, j'en ai profité pour faire une pause imparfaite en après-midi : patin à roues alignées pour une petite demi-heure, puis baignade de 5 minutes (l'eau est froide, mais courage !). J'espère que tu ne m'en voudras pas trop de ne pas avoir travaillé au projet pendant ce temps, mais je repris le temps en soirée, ne t'inquiète pas.

Cette escapade sportive au soleil m'a fait un bien fou. C'est certain que j'aime faire du sport avec les filles, mais comme elles sont petites, sport est un bien grand mot. On s'entend que ma vitesse en patins avec les enfants relève plutôt de la torture que du lapin. Ai-je dit torture ? Je voulais dire tortue, mais le lapsus est parlant. Rien de plus plate que d'avoir des patins et de rouler à deux milles à l'heure… Sans parler de se baigner avec des enfants : dans une eau à cette température (68 ou 70 F, peut-être), on oublie cela ! Alors, le sport familial se résume encore beaucoup à prendre des marches et aller au parc ou faire un peu de « bicyclette de contemplation ».

C'est un nouveau sport, tu pédales un peu, tu t'arrêtes pour cueillir un pissenlit, tu pédales un peu, tu t'arrêtes pour un 2e pissenlit, tu pédales un peu, tu ramasses une belle roche… Tu reviens les poches pleines et en plus, tu dois faire une composition florale avec les fleurs et les roches, à mettre dans l'entrée de la maison, en plus… Elles disparaissent pendant la nuit, mais heureusement, personne ne s'en souvient et le lendemain, un nouveau bouquet de fleurs vient orner ma maison.

En tout cas, j'espère qu'il ne pleuvra pas ce matin, je vais aller à l'heure du conte avec la poussette et les patins, pendant que Paparelax va acheter de la terre et de l'engrais. Fin de semaine de jardinage !

Sur ce, a+

Anik
Lire la suite...

15 mai 2009

Un détour par le Web imparfait : santé, (re)mise en forme et alimentation

Voyez cette vidéo sur la trame sonore de la chanson Moi, je mange, d’Angèle Arsenault. Un sympathique bébé fait ses premières expériences gastronomiques. Divertissant ! En plus, cette charmante Angèle fera réfléchir celles qui mangent leurs émotions… ;)
Mon coup de cœur !

Quelques idées pour un entraînement efficace ou original à la maison.

Dites bye-bye à vos livres en trop avec ces trucs minceur.

Découvrez ce que 28 stars d’Hollywood font pour reprendre leur taille à la vitesse de l’éclair…

Pour une véritable randonnée imparfaite, munissez-vous de chocolat ! Lisez l’article pour en savoir plus…

D’autres façons de dire adieu aux kilos en trop.

Quels sont vos sites ou articles coups de cœur dans le domaine de la santé ? N’hésitez pas à les partager.
Lire la suite...

14 mai 2009

Pensez imparfait : mamans en santé

« Vous devez comprendre que ce surplus de poids est le résultat de vos pensées.(...) Avec la naissance de mes deux filles, je me suis retrouvée avec un excès de poids, et je sais que cela était attribuable au fait que j'avais lu et écouté des messages selon lesquels il est difficile de prendre du poids après avoir eu un bébé, et encore davantage après un deuxième. J'avais alimenté mon esprit avec ces "pensées axées sur l'obésité", et j'avais ainsi gardé mes kilos superflus. (...) plus je m'en préoccupais, plus je grossissais. (...)

J'étais persuadée, conformément à la croyance populaire, que c'était la nourriture qui était responsable de mon gain de poids. C'est une croyance qui ne peut que nous nuire, et elle n'est maintenant pour moi que des balivernes! La nourriture n'est pas resonsable d'un excès de poids. C'est en pensant qu'elle en est responsable qu'elle le devient. Rappelez-vous que les pensées sont la cause première de tout et que le reste n'est que les effets de ces pensées. Ayez des pensées parfaites et vous aurez un poids idéal. »


Rhonda Byrne, Le Secret

AVIS - Pour lire les trois étapes suggérées dans Le Secret pour perdre du poids, cliquez sur l'image.




Qu'en pensez-vous? Pensez-vous que ces trois étapes faciles peuvent vous permettre d'atteindre le poids que vous souhaitez? Croyez-vous au pouvoir de la pensée? Laissez-nous un commentaire!
Lire la suite...

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins pour garder la santé

Bougez: chaque jour, bougez davantage. Cela paraît si simple, mais le fait-on ? Commencez par faire un peu d’exercice mental pour amener votre cerveau à trouver des façons inédites de bouger dans votre quotidien. Par exemple : faites la vaisselle en faisant des exercices avec vos jambes; garez-vous à l’autre bout du stationnement lorsque vous allez faire l’épicerie et ramenez vos sacs sans utiliser de panier à roulettes; suivez votre enfant dans un parc et imitez tous ses faits et gestes (vous serez surprise de l’énergie que cela demande); faites une promenade avec Bébé sans utiliser la poussette, etc.

Visualisez : en terme de forme et d’apparence physique, la visualisation est très efficace. Cette semaine, chaque fois que vous passerez devant le miroir, faites-vous des remarques flatteuses du genre : « J’embellis de jour en jour. » « Wow, ma taille est de plus en plus fine ! ». « Mes cheveux sont resplendissants! »… Faites-vous des compliments. Ne soyez pas avare, c’est gratuit !
Faites-le aussi avec vos enfants et votre conjoint, ils en bénéficieront eux aussi.
Essayez, par exemple : « Wow chéri, il me semble que tes abdos commencent à se sculpter. »
Monsieur, en se rentrant le ventre : « Tu trouves ? C’est vrai que je suis plus en forme, ces jours-ci… » ;o)
___________________________

Quels sont vos trucs pour garder la forme sans trop d'efforts?
Lire la suite...

Imperfections au quotidien reliées à la santé

Facile d’être imparfaite quand il s’agit de la santé. Il y a tellement à faire si l’on souhaite se conformer à toutes les recommandations des spécialistes dans le domaine. _______________________________

En général, les gens me considèrent comme imparfaite, et je suis bien fière de l’être, parce que je mange ce que je veux (gras ou pas) sans restriction. Malgré des repas parfois bien arrosés, des croustilles occasionnelles (le mot est un peu faible) en fin de soirée et des portions de fruits et de légumes parfois non respectées, je maintiens facilement mon poids santé.

Le secret : je mange simplement en écoutant bien mes signaux de faim et de satiété. Lisez l’excellent livre Manger de Guylaine Guévremont, pour en savoir plus sur la façon imparfaite mais agréable de maintenir facilement votre poids naturel. Imparfaite, et alors?
Lire la suite...

13 mai 2009

Correspondance : L’heure bénie des gros…

De : Anik ---
Envoyé : 13 mai 2009 ---
À : Julie ---
Objet : L’heure bénie des gros… ---

Salut Julie! ---

Ça va ? Moi, très bien. J’adore les mercredis. Souper traditionnel, puis badminton… Je t’explique : chaque mercredi, nous nous installons religieusement au salon pour souper devant la télévision. En mère imparfaite que je suis, je refuse évidemment d’écouter Toc Toc Toc, Kaboum ou quoi que ce soit qui puisse être qualifié d’émission pour enfants. Alors, nous écoutons Qui perd gagne. Tu connais ? C’est cette émission où des obèses (américains, ai-je besoin de le dire? Iccchhh… la madame est méchante!) de 250 livres et plus (jusqu’à 360 livres, cette saison) tentent de perdre le plus de poids possible. Alors, chaque mercredi, on s’installe pour écouter «Les gros», petit sobriquet affectueux que l’on a trouvé à cette émission que nous avons préenregistrée.

Je ne sais pas pourquoi, mais les filles ADORENT écouter cela. « Les filles, est-ce qu’on écoute Les gros ? » Réaction : cris de joie et on se met à scander en cœur « Les gros ! Les gros! Les gros ! ». Gang de débiles, je sais, mais il faut bien que la folie sorte de temps à autre. Mon chum nous regarde, complètement découragé. Il fait la tête, mais il l’écoute attentivement quand même. Je pense qu’il refuse d’avouer qu’il pourrait s’intéresser à de la télé-réalité (même si, mine de rien, je réussis à lui faire regarder Occupation double et So You Think You Can Dance).
Enfin, tout cela pour dire que malgré l’apparence frivole de cette tradition, l’expérience demeure tout de même pédagogique. J’en profite pour expliquer aux filles quelques notions d’alimentation et de mise en forme. Elles comprennent maintenant, preuve à l’appui, que de manger du fast-food (peux-tu croire que la petite famille de 4 s’était commandé un plateau complet de beignes comme collation ?) et de ne pas faire d’exercice régulièrement peut mener à de graves problèmes de santé. Pas question de régime ou de privation, mais de respecter sa faim véritable et de bouger régulièrement. Je pense que c’est une belle leçon de vie.

Je ne sais pas à quel point le fait de voir de véritables personnes peut influencer les filles dans leur compréhension du phénomène de l’obésité, mais en tout cas, on a bien du plaisir à regarder l’émission. Et c’est aussi une belle leçon de persévérance et de courage, car il en faut beaucoup pour régler le problème rendu à ce stade d’obésité. J’admire les participants, même si je me demande sincèrement comment une petite lumière rouge ne s’est pas allumée avant qu’ils ne se rendent à un tel poids.

Et toi, tu fais comment pour leur faire comprendre quelles sont les bonnes habitudes de vie à intégrer pour conserver la santé ? En passant, où en es-tu avec ton poids ? Es-tu revenu à ton poids d’avant grossesse ?

Sur ce, a+. Je vais aller manger des chips devant la télé : bonnes habitudes oui, mais appliquées imparfaitement, comme tu peux voir… Je reviens du badminton, alors j’ai bien le droit...

Anik


Julie répond à Anik


De : Julie
Envoyé : 14 mai 2009
À : Anik
Objet : RE : L’heure bénie des gros…

Salut!

Tu m’en apprends toute une! Je reconnais là la pédagogue en toi qui vois un caractère pédagogique à cette émission pourtant apparemment éloignée du documentaire!

À vrai dire, nous n’avons pas réellement fait passer le cours « Alimentation 101 » et « La santé pour les enfants » aux filles, à moins que d’afficher éternellement sur le frigo le Guide quotidien pour les mamans qui allaitent compte pour une intervention éducative en bonne et due forme ;o). GrandeSoeur m’a bien déjà demandé à quoi cet aide-mémoire pouvait bien me servir et elle a tenté de classer le contenu de ses collations dans le bon groupe alimentaire de façon instinctive. Par contre, pour PetiteSoeur, ce tableau fait partie des meubles.

Je pense toutefois que de donner le bon exemple est la meilleure intervention qui soit. Voir PapaZen partir au hockey ou faire du jogging, voir MamanImparfaite transpirer sur son elliptique ou à son cours de danse leur laisse certainement penser que tous les adultes s’adonnent à une activité physique de leur choix. PapaZen ou moi accompagnons GrandeSoeur au yoga pour enfants ou à la danse créative (PapaZen affirme d’ailleurs fièrement son attirance pour cette activité, même devant ses collègues au regard suspicieux!). Quant à PetiteSoeur, elle bouge de façon hebdomadaire aux « tortues de mer » et aux « trotte-menus », activités en piscine et gymnase. Nous ne faisons qu’une activité par semaine, pas question de leur faire un agenda de PDG! C’est bien trop essoufflant pour nous :oP

Quant à l’alimentation, je me porte mieux depuis que j’ai lu Isabelle Émond et Marie Breton . Selon leur philosophie, on apporte les repas à la table, on prend plaisir à manger en famille et on laisse l’enfant faire le reste. Plus question de talonner ni de compter les bouchées. Ma responsabilité se limite à servir des aliments sains. Point. Et aussi, curieusement, à ne pas interdire les friandises. Fallait y penser : quand les aliments interdits deviennent disponibles de temps à autre, ils perdent de leur attrait. Tiens, tiens. Ces deux trucs ont réduit sensiblement mon potentiel de cheveux blancs!

Une mère imparfaite avertie en vaut deux!

À bientôt!

Julie
P.-S. 1 C’est vrai, j’ai déjà dit à GrandeSoeur, alors qu’elle était encore toute petite qu’il ne fallait pas pointer du doigt une personne corpulente en s’écriant « Oh la la, gros madame! » (c'était au moment où elle avait encore de la difficulté à accorder en nombre ses adjectifs). J’ai repris une variante de la leçon dernièrement lorsqu’elle m’a demandé innocemment (et tout à fait sérieusement) pourquoi S. avait un gros derrière. Que voulais-tu que je réponde? Je n’allais tout bonnement pas ridiculiser cette gentille S. en lui disant que c’était parce qu’elle mangeait mal ou qu’elle ne bougeait pas assez (des plans pour qu’elle me cite hors contexte!). Alors, j’ai risqué prudemment : « Bien, c’est comme ça. L’important c’est de ne pas le lui dire que tu as remarqué pour ne pas lui faire de la peine ». Je patine comme je peux.

P.-S. 2. Pour ce qui est de mon poids actuel, 6 mois après accouchement : je ne peux répondre à ta question sans la présence de mon avocat. ;0)
Lire la suite...

Défi imparfait pour se maintenir en santé

Cette semaine, pensez à ce que vous aimeriez améliorer en ce qui concerne votre santé.

Si vous souhaitez manger plus sainement, vous pouvez :

  • essayer une nouvelle recette santé, c’est-à-dire pas de gras, pas de sucre, pas de sel (vous m’en donnerez des nouvelles…)
  • troquer votre traditionnelle poutine du vendredi soir pour une salade du chef sans vinaigrette (bonne chance, je compatis…)
  • sauter le dessert lors d’un repas (surtout si le dessert en question est un fruit ;o)
  • prendre une coupe de vin plutôt que deux lors du souper du samedi soir (même si, avouons-le, ce second verre serait bien utile pour vous calmer de la crise de nerfs de votre plus jeune qui refuse de manger ses légumes. C’est tellement bon, pourtant, du brocoli ;o)

Si vous souhaitez être plus en forme, vous pouvez :

  • faire 5 minutes d’exercice par jour (tout compte vous savez, même courir après votre enfant qui refuse de s’habiller et préfère demeurer dans son costume d’Adam);
  • faire 15 minutes d’exercice par jour (tout compte vous savez, même courir après votre conjoint qui se sauve à toutes jambes parce que vous lui avez demandé de « garder » les enfants pour la journée);
  • faire 30 minutes d’exercice par jour (courir après votre enfant laissé en liberté au Toys’R’Us compte aussi, vous savez…)

Bref, cette semaine, tentez de faire une petite action dans le but avoué de mieux manger ou de bouger davantage. Partagez avec nous le défi que vous vous êtes lancé. Vous motiverez peut-être d’autres mamans à passer à l’action!

Lire la suite...

Développer son imperfection en SANTÉ. Plus d’énergie, moins de soucis

Du lait pour la forme !
© GrandeSoeur
Lire la suite...

8 mai 2009

Bienvenue sur Imparfaite, et alors?

Pour la fête des Mères, en plus de vous offrir les excellentes Chroniques d'une Mère Indigne 2, offrez-vous un abonnement gratuit au bulletin d’Imparfaite, et alors?. En exclusivité, vous recevrez chaque semaine un aide-mémoire comme celui-ci que vous pourrez imprimer et afficher pour cheminer vers une saine imperfection.

Pour cette 6e semaine de publication, nous vous invitons à partager les hauts et les bas de votre congé de maternité. Êtes-vous heureuse et épanouie? Vous arrive-t-il de vous ennuyer ou de rêver secrètement à votre retour au travail? Était-ce comme vous l’imaginiez?

Partagez votre expérience, vos états d’âme et vos trucs via nos espaces de commentaires! Quel beau cadeau à offrir aux autres lectrices.

Invitez vos copines en congé de maternité à parcourir le contenu de ce thème en cliquant sur l’icône PARTAGER situé sous chaque message.

Bonne fête des Mères!
Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait : congé de maternité

Calendrier des pleurs / Petit Monde *
Pas toujours facile de savoir pourquoi Bébé pleure ni quoi faire pour le consoler. Voici quelques suggestions pour les enfants de 0 à 4 ans.

Les 9 vérités essentielles de la nouvelle maman / Coup de pouce*
Un excellent texte à parcourir pour la mère imparfaite qui sommeille en vous. Neuf conseils pour mieux vivre avec la poussière, pour patienter avant d’enfiler son vieux jean ou pour dédramatiser les difficultés de l’allaitement.

Ligue La Leche*
Ce site propose des informations au sujet de l’allaitement : les premières semaines, les défis, le rôle des parents et le sevrage.

L’allaitement et la nutrition du nourrisson / Agence de la santé publique du Canada
On trouve ici des ressources et des recommandations, notamment pour l’allaitement maternel et l’introduction des aliments complémentaires.

Enquête sur l’allaitement maternel au Québec / Institut de la statistique Québec
Faites-vous partie des statistiques? Quatre-vingt cinq pourcent des femmes allaitent pendant leur séjour à l’hôpital. Elles passent à 61% trois mois après la naissance de leur bébé et à 46% six mois après.

Bonne fête papa! Bonne fête maman! / Carrefour éducation
La fête des Mères, la fête des Pères… autrement! / Carrefour éducation
Bien que ces guides thématiques soient rédigés spécialement pour les enseignants, vous y trouverez une panoplie de ressources originales pour l’occasion.
Lire la suite...

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins lors de votre congé de maternité

Avertissement: la première astuce peut entraîner momentanément une série de folles dépenses ou la disparition de votre sens des responsabilités familiales. Ne la lisez que si vous êtes prête à subir ces potentielles conséquences…

Faites-vous plaisir : Dans l’expression « congé de maternité », une mère imparfaite remarque inévitablement le mot « congé ». Parce que c’est la fête des Mères, parce que les vacances arrivent bientôt et aussi parce que vous le méritez bien, prenez du temps pour VOUS. S’il le faut, sauvez-vous de la maison en prétextant une course à faire, puis filez vers votre destination « je-me-fais-plaisir » favorite : le centre commercial, le spa, votre salon de coiffure ou votre restaurant favori…

Expérimentez : Ne désespérez pas parce que vous ne comprenez pas toujours le langage de votre bébé. S’il est vrai que les mamans ont de l’instinct, une mère imparfaite ne culpabilise pas (ou si peu!) si elle ne sait pas toujours quoi faire en toute situation. Décochez votre plus beau sourire aux curieux qui vous regardent jongler avec les pleurs incessants de bébé et dites-vous bien qu’ils ne feraient sûrement pas mieux ! La mère imparfaite et orgueilleuse en vous veut leur en mettre plein la vue ? Utilisez les trucs notés ici en commentaires, gracieuseté des visiteuses d’Imparfaite, et alors?, pour faire cesser les pleurs en un rien de temps.
Lire la suite...

7 mai 2009

Pensez imparfait : mieux vivre son congé de maternité

La supériorité de l'allaitement au sein sur le biberon réside essentiellement dans le fait que son emballage est plus agréable à l'oeil.
Marcel Etienne Grancher


Avant d'être marié, j'avais six théories sur la façon d'élever les enfants ; maintenant, j'ai six enfants et pas de théorie.
John Wilmot, poète anglais (1647-1680).


Vos théories se sont-elles effondrées pendant votre congé de maternité ? Quel a été votre principale désillusion ou votre choc le plus percutant ? Quel est l’ajustement le plus important que vous ayez eu à faire ? Partagez ici vos souvenirs ou votre vécu actuel en congé de maternité. Toutes les mères imparfaites seront heureuses de constater qu’elles ne sont pas seules à vivre certaines expériences parfois déstabilisantes…
Lire la suite...

Imperfections au quotidien reliées au congé de maternité

Le congé de maternité est l’occasion par excellence pour enfreindre le code de la perfection. Racontez-nous comment vous avez tourné les coins ronds aujourd’hui.

Aujourd’hui, j’ai été imparfaite et fière de l’être parce PapaZen m’a dit qu’il allait rentrer plus tard du travail quelques soirs cette semaine. Il demandait à ce que le remplace pour aller chercher les enfants à l’école et à la garderie. Puisque je suis en congé de maternité et que « théoriquement » je devrais disposer de « beaucoup » de temps libre, j’aurais pu simplement dire : « Ah bon, d’accord », mais j’ai ajouté « … alors il y a quelques soirs où le ménage ne sera pas fait ». Il a souri. Imparfaite, et alors?
Lire la suite...

6 mai 2009

Correspondances : congé à la mère ou la mère à boire

De : Julie
Envoyé : 4 mai 2009
À : Anik
Objet : Congé à la mère ou la mère à boire

Allô Anik,

Comment vas-tu cette semaine?

De mon côté, ça va bien. Frérot a 6 mois aujourd’hui. Dieu que ça passe vite! Je commence le décompte inverse. Il reste moins de mois devant qu’il y en a maintenant derrière :oS
Le congé de maternité, c’est toute une étape dans une vie. C’est mon 3e (et visiblement le dernier!) et chaque fois je suis surprise de voir comme la vie ralentit quand j’y suis plongée. Un ralentissement inattendu en pleine course contre la montre. La sainte paix. Chacun de mes trois congés a été différent et unique en son genre. Chacun a comporté ses moments forts et ses moments plus difficiles.

Au palmarès des moments forts, il y a décidément le temps que je prends enfin pour faire tout ce que je n’ai jamais l’occasion de faire autrement. Enfin! Je peux consacrer du temps à ce projet d’écriture qui me tenaille depuis longtemps dont notre blogue constitue la première étape. Enfin! Je peux me lancer dans une multitude d’essais culinaires au grand bonheur de PapaZen (à noter que les filles commencent à être à court d’arguments pour se défiler devant la nouveauté). Enfin! Je peux lire des livres tout aussi volumineux les uns que les autres pendant les heures que j’ai consacrées aux tétées depuis le dernier semestre.

Au palmarès des moments où on se demande pourquoi on a choisi de passer par là, il y a bien sûr le manque de sommeil. Frérot a six mois, il est dodu comme un voleur, mais il n’a pas encore compris le principe de puiser dans ses réserves pendant la nuit. Parfois et sans avertissement, il dort neuf heures en ligne sans un seul grognement. Mais plus souvent, il se réveille à une heure de son choix en réclamant bruyamment son dû, comme s’il n’avait jamais mangé de sa vie! Pourtant, mère imparfaite d’expérience que je suis, j’applique la même recette qu’avec ses aînées… Va donc savoir pourquoi Morphée et lui ne font pas bon ménage.

En ce moment, en première position du palmarès des moments « rushants » me voici définitivement rendue dans la phase « Il vas-tu prendre un biberon un jour ?$?&# ». Même au 3e enfant, c’est la même aventure. Même après avoir pris 3 fois la résolution « je-te-donnerai-un-biberon-coûte-que-coûte-dès-ta-naissance-CHA-QUE-semaine », Frérot suit les traces de ses grandes sœurs, à croire que c’est génétique, en refusant systématiquement tout liquide dans un contenant autre que maternel. Je serai de bonne foi en me disant qu’il me réserve peut-être la surprise pour la fête des Mères, mais, pour l’instant, offrir un « break » à sa gentille nourrice ne lui a pas effleuré l’esprit.

Comme j’ai un ardent besoin d’indépendance et que je commence à trouver exigeant d’allaiter aux 3 heures durant le jour, je passe en mode solution. À la maison, j’ai à peu près toutes les sortes de tétines inimaginables. J’ai aussi 3 sortes de préparations lactées que je m’amuse, au gré des jours, à verser dans des gobelets aux formes originales à divers degrés de température. J’essaie aussi quand il a faim, quand il est calme, quand il mange, quand il dort, quand il prend son bain. Rien n’y fait!

Comment as-tu réussi? As-tu des suggestions à me faire?

Julie,
une mère dévouée, mais qui rêve de liberté, en quête des meilleurs trucs


Anik répond à Julie


De : Anik
Envoyé : 5 mai 2009
À : Julie
Objet : RE : Congé à la mère ou la mère à boire

Salut Julie!

Pauvre toi, je compatis… Comme PetiteAnge a maintenant 15 mois, l’allaitement n’est plus qu’un vague souvenir (pourtant, je le faisais encore il y a 6 mois…). La mémoire est bien faite, sinon qui voudrait repasser par l’accouchement et les premières semaines d’allaitement ?

Je t’avoue que je ne sais trop quoi te conseiller. Mes deux plus vieilles ont été bien contentes de prendre un biberon de temps à autre à partir de 6 à 8 semaines. Il faut dire que c’était des « téteuses » (dans ce sens qu’elles adoraient la tétine)… Mais PetiteAnge a choisi de renier ce bel objet de plastique et de silicone. Pourtant, à sept mois, exaspérée de l’entendre chialer pendant la nuit visiblement pour rien, j’ai tenté le coup à nouveau et magie ! La suce est devenue un réconfort instantané. Je sais bien que cette béquille est souvent mise sur le banc des accusés pour empêcher de bonnes habitudes d’endormissement, mais dans mon cas, cela m’a permis de commencer à faire des nuits, enfin ! Et en parallèle, PetiteAnge a aussi accepté le biberon, ce qu’elle avait jusqu’alors refusé.

Je pourrais te sortir mes fameux conseils positifs, du genre : « Si tu veux vraiment qu’il prenne le biberon, tu vas y arriver…» ou « Visualise-toi en train de donner un beau biberon avant le sommeil nocturne. ». Mais bon, le fait est que je n’ai franchement aucune idée de ce qui fait qu’un bébé prend un biberon ou non. Je sais encore moins pourquoi un bébé fait plus ou moins vite ses nuits.

Sérieusement (et là, je sens que plusieurs vont se dire, ça y est, le manque de sommeil pendant son congé de maternité lui a fait perdre plusieurs neurones), je pense que c’est juste relié à ta programmation mentale. C’est-à-dire ta perception du moment où Frérot va effectivement accepter le biberon et faire ses nuits… Philosophe les a fait à 3 mois, Dynamite les a fait a 6 mois, et PetiteAnge a attendu vers 7-8 mois. À mon premier congé, j’avais lu que les bébés faisaient leurs nuits quand ils atteignaient environ12 livres. Donc, quand Philosophe a atteint ses 12 livres, elle a fait ses nuits, car je m’y en attendais. Pour Dynamite, je me suis dit que je ne serais pas aussi chanceuse, et effectivement, ça a été plus long. À mon 3e congé, traumatisée de ces fameux 6 mois, j’ai eu peur et résultat : ça a été encore plus long pour PetiteAnge. Mythe ou fiction, je ne saurais dire, mais en tout cas, l’influence des pensées fonctionne en titi avec ma théorie du poids de grossesse et du temps que l’on met à le reperdre (je t’en reparle…).

Bon, alors mis à part développer une constance absolue dans tes façons de faire, prendre ton mal en patience et prier le Dieu de ton choix ou l’Univers lui-même, je ne saurais quoi te dire… sinon, bonne chance !

A+
Anik

P.-S. Tu sais, 13 ou 14 ans, c’est si vite passé. Ils vont dormir, nos ados, crois-moi, et c’est moi qui me ferai le plaisir de les réveiller! Savais-tu que maintenant je suis incapable de dormir jusqu’à 9 heures ou 10 heures le matin quand l’occasion (si rarissime) se présente? Peux-tu croire que pendant mes vacances, je me réveillais à 6h30, AVANT les enfants ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Je ne me reconnais plus. La dormeuse que j’étais est bel et bien disparue avec mes trois congés de maternité… Mais bon, je pourrai toujours me consoler sur un magnifique lever de Soleil ou en écoutant le doux chant matinal des oiseaux ;o) (ouf, il est temps que j’aille me coucher…).
Lire la suite...

Défi imparfait pour bien vivre son congé de maternité

Cette semaine, observez les situations qui vous chicotent pendant votre congé de maternité. Est-ce le fait que Bébé diffuse sa purée en spray sur votre chandail? Ou celui que Papa pense sincèrement finir son sous-sol pendant son congé parental? Ou encore que Grand-Mamie vous tende votre bébé inconsolable en vous disant : « Je pense qu’il a encore faim. Es-tu certaine que ton lait est assez riche ? », alors que le principal intéressé en est à sa 12e tétée?

Pour chaque détail relevé, essayez une des options suivantes :
  • pensez à une solution originale que vous n’avez jamais expérimentée pour vous sortir de la situation qui vous occasionne des rides d’expression;
  • pensez à communiquer vos états d’âme (soyez un grand livre ouvert, cours de diplomatie 101, un atout);
  • demandez conseil (Après une montée de lait – au sens propre comme au figuré- un truc est habituellement gracieusement offert par la confidente. Ce qui est chouette avec les conseils, c’est qu’ils sont gratuits et qu’on est libre de les mettre en pratique ou non.);
  • notez ce qui fonctionne (c’est très utile pour vous remonter le moral en cas de cafard);
  • profitez de nos espaces de commentaires pour partager vos meilleurs trucs et imperfections (c’est très utile pour remonter le moral des autres… Avec Bébé, vous êtes déjà habituée à l’altruisme, alors raison de plus pour continuer).
Lire la suite...

Le congé de MATERNITÉ: Plus d’accent sur les bons moments, moins d’emphase sur les difficultés passagères…


Maman et Frérot sont en congé
© GrandeSoeur
Lire la suite...

1 mai 2009

Bienvenue sur Imparfaite, et alors?

Cheminez graduellement vers une saine imperfection. Nous publierons mercredi, jeudi et vendredi afin de vous accompagner dans votre démarche.

Abonnez-vous aussi au BULLETIN hebdomadaire pour ne rien manquer!
Lire la suite...

Une maison ORGANISÉE: Moins d'objets, plus de liberté...

Une maison comme je l'aime
© GrandeSoeur
Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait: mieux s'organiser

Les dossiers de Jara / Agence Jara*
Cette agence d’organisation française propose sur son site plusieurs dossiers intéressants pour mieux organiser vos milieux de vie personnelle et de travail.

Real Simple, Life made easier every day*
Ce site en anglais propose une panoplie d’articles et d’idées pratiques pour vous aider à organiser et à ranger facilement.

Les saints du calendrier et les dictons *
Apprenez que St-Antoine-de-Padoue est invoqué pour les femmes enceintes et les objets perdus!

Un organisateur professionnel, qu'est-ce que c'est? / Petit Monde*

Quelle maison pour la vie d'aujourd'hui? / Petit Monde*

11 trucs pour tout ranger... joliment! / Coup de pouce*

Home staging: comment faire craquer l'acheteur de notre maison / Coup de pouce*
Pourquoi ne pas utiliser les conseils des professionnels de cette philosophie de plus en plus populaire pour aménager plus simplement votre espace de vie?
Lire la suite...

Trucs et astuces: visez plus en faisant moins pour vous organiser

Réfléchissez, pensez, analysez…
Avant de vous lancer tête première dans la réorganisation de votre espace, prenez du temps pour réfléchir à vos besoins familiaux. Au besoin, faites des listes, des dessins et prenez des mesures. C’est le temps où jamais de vous enfermer dans une pièce pour l’analyser de fond en comble (et, pourquoi pas, en profiter pour relaxer un peu pendant que tout le monde vous croit en train de travailler comme une déchaînée à la réorganisation de l’espace).


Posez-vous des questions. Cela vous aidera à diminuer la quantité d’objets dont vous disposez. Par exemple : « Quelle est la proportion temps de travail/temps d’utilisation ou sueur/plaisir que m’apporte l’objet en question ? » Pensez aussi aux raisons qui font vraiment que vous conservez certains objets. Est-ce pour ne pas faire de peine à votre mère ou à votre meilleure amie que vous avez encore cet affreux bibelot ou ce cadeau vraiment inutile ?



Zone sinistrée, à proscrire… Plutôt que de considérer votre logis comme une zone sinistrée tellement tout est en désordre, pensez à créer d’autres types de zones. Zone loisirs, zone enfants, zone travail, etc. Faites-vous un point d’honneur d’être une douanière au zèle sans pareil : ne laissez aucun objet passer la frontière d’une zone dans laquelle il n’a pas d’utilité. Renvoyez ces intrus chez eux sans une once de sentiment.
Lire la suite...
 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon