26 juin 2009

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins afin d’avoir du temps pour vous

Cachez-vous : rien de mieux que de disparaître pour avoir du temps pour vous. Enfermez-vous dans la salle de bain ou dans votre chambre et mettez-vous des écouteurs pour éviter d’entendre les bruits de la maison (et les appels désespérés à Maman, Papa peut bien gérer la PME (petite maisonnée d’enfants) pendant que vous prenez du temps pour vous). Vous pouvez aussi vous cacher dans un endroit plus pratique : le centre d’achat, le resto, le salon de coiffure… (climatisés, ces endroits sont parfaits pour affronter en plus les futures canicules).

Dites non : ne laissez jamais quoi ou qui que ce soit empiéter sur votre temps personnel. Soyez ferme quand on vous demande quelque chose qui vous empêcherait de profiter de votre temps. Quelques exemples :

- Chérie, tu voudrais repasser ma chemise ?
Je voudrais bien, mais les vapeurs du fer me font friser les cheveux… Tu ne voudrais pas que je ruine mon brushing, non ?

- Maman, tu voudrais venir me reconduire à l’école, j’ai manqué le bus ?
Non, je ne voudrais pas te priver d’une si belle occasion de faire de l’exercice. Tu peux marcher…

- Chérie, ça te dirait que mes parents viennent nous visiter cette fin de semaine ?
Je voudrais bien, mais Bébé vient de faire pipi sur le matelas de la chambre d’amis. Une autre fois, peut-être…

- Maman, tu voudrais jouer à ce jeu de société avec moi ?
Je voudrais bien, mais ce ne serait pas juste pour toi, je suis tellement bonne que je gagnerais à coup sûr, demande à ton père…
Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait : prendre du temps pour soi

Prendre du temps pour soi, enfin ! / Madame.ca *
Dix idées pour prendre du temps pour soi, relaxer ou décompresser…

Comment prendre enfin du temps pour soi / Coup de pouce*
Une psychologue vous donne quelques pistes pour déculpabiliser et prendre du temps pour vous…

Week-end sans maman / Petit Monde*
Un papa raconte sa fin de semaine sans maman, partie prendre du temps pour elle. Faites lire à votre conjoint pour le convaincre de la facilité de la chose… (selon ce Papa, c’est le rythme de maman, et non de bébé, qui est épuisant à suivre…, il n’a peut-être pas tort !)

Quels sont vos sites ou articles coups de cœur dans pour vous aider à prioriser votre temps personnel ? N’hésitez pas à les partager.
Lire la suite...

25 juin 2009

Pensez imparfait : les bienfaits du temps pour soi

Le voisin, on dirait qu’il sort dehors juste pour vérifier s’il fait beau. ---
GrandeSoeur
(Notre sympathique voisin est retraité, célibataire et sans enfants...
Et si c’était aussi simple de prendre le temps de faire ce qu’on aime ?) ---


L'homme ordinaire ne se préoccupe que de passer le temps, l'homme de talent que de l'employer. ---
Arthur Schopenhauer ---


Une lecture amusante est aussi utile à la santé que l'exercice du corps. ---
Emmanuel Kant ---
____________________________

Temps pour soi est-il synonyme de solitude pour vous ? Considérez-vous plutôt que votre temps familial, de couple ou vos rencontres sociales constituent du temps pour vous ? Quelle est votre définition de « temps pour soi ? »
Lire la suite...

Imperfections au quotidien reliées au temps pour soi

Prendre du temps pour soi, est-ce être imparfaite ? Si oui, laissez-vous aller allégrement à cette bienheureuse imperfection.

---
Je suis imparfaite et fière de l’être parce que chaque semaine, je prends une soirée entière pour moi. À mon mari de voir au souper et à la routine du dodo, car à 17h30, je tire ma révérence. La plupart du temps, je reste à la maison, mais je deviens un fantôme, invisible et non accessible. Les filles se sont habituées à ce manège et elles ne viennent me voir que pour me souhaiter bonne nuit. C’est bien agréable de disposer de ce temps, mais le lendemain, c’est le tour de PapaRelax… Tout de même, on en profite pour faire une soirée de filles et c’est pas mal non plus. Imparfaite, et alors?
Lire la suite...

24 juin 2009

Cette semaine sur Imparfaite, et alors? : temps pour soi

Enfin l’été ! Moment idéal pour prendre du temps pour soi ! Mettez la culpabilité, les tâches et les obligations de côté et profitez de la vie pour vous faire plaisir.

Donnez-nous votre définition de « temps pour soi ». Partagez vos meilleurs trucs et astuces pour avoir plus de temps pour vous. Lisez nos correspondances et constatez l’imperfection dans sa plus pure forme : moi d’abord, les enfants ensuite !

Avez-vous assez de temps pour vous ? Pensez-vous que le fait d’être maman implique nécessairement de manquer de temps pour soi ? Nous avons hâte de vous lire…

Répondez à notre sondage en marge de gauche pour nous aider à mettre l’accent sur le contenu qui vous plaît et abonnez-vous aussi au BULLETIN hebdomadaire.
Lire la suite...

Correspondances : Je me mouille…

De : Anik ---
Envoyé : 23 juin, 2009 ---
À : Julie ---
Objet : Je me mouille… ---

Salut Julie! ---

Quoi de neuf ? De mon côté, l’été me fait un bien fou et, en même temps que poussent les fleurs, mon égoïsme profite également du soleil et de la chaleur pour grandir. J’aimerais utiliser un autre terme, alors disons mon « imperfection », carrément. Je t’explique.

Je suis une GRANDE amatrice d’eau. Piscine, spa : j’y resterais jusqu’à être totalement plissée de partout. Mais le problème, c’est qu’avec les enfants, l’expérience de baignade n’est pas pareille. As-tu déjà essayé de faire des longueurs de brasse avec un bébé de 16 mois dans les bras ou avec une enfant de 3 ans qui s’accroche à la brassière de ton maillot comme si c’était une bouée de sauvetage (je te jure, certains en aurait pour leur argent s’ils étaient présents…) ? Et as-tu déjà essayé de lire un roman dans un spa pendant que 2 enfants s’amusent à faire la sirène à côté de toi ? « Je ne ferai pas de splash, Maman, je te jure ! » 3, 2, 1… et c’est déjà fait ! Mon roman est prêt pour un séchage intensif !

Bref, quand je veux me baigner, MOI, je n’apprécie pas trop d’être ainsi entourée. Alors cette semaine, j’ai fait une imparfaite de moi-même et je suis allée me baigner toute seule pendant 1h30. J’ai dit aux filles : « Là, Papa et Maman sont en pause. Alors, soit vous faites la sieste comme PetiteAnge, soit vous vous occuper par vous-même. Qu’est-ce que ce sera ? » Évidemment, l’option numéro deux leur apparaissait beaucoup plus attrayante. Alors, elles ont bricolé pendant que je me prélassais dans l’eau, et nous avons fait une baignade familiale quand PetiteAnge s’est réveillée.

Mais je me console en me disant que, malgré mon imperfection, les filles retirent tout de même quelque chose de ce genre d’après-midi : elles apprennent à s’occuper par elles-mêmes et à trouver des solutions créatives pour meubler le temps et chasser l’ennui. C’est pas beau, ça ?

Et toi, tu profites de l’été ?

Anik

Julie répond à Anik

De : Julie
Envoyé : 24 juin 2009
À : Anik
Objet : RE : Je me mouille…

Allô !

C’est officiel, l’été commence pour nous cette semaine. PapaZen vient de finir ses classes et nous pourrons enfin, ne RIEN faire ENSEMBLE !

Au programme :
  • Barboteuse et jeux d’eau, tous les jours où il fera beau, avec les enfants (nos tendances fainéantes vont jusqu’à ne pas avoir de piscine pour ne pas avoir à s’en occuper);
  • Congé de lunchs pour 8 semaines;
  • Douze jours en amoureux dans le nord de la France pendant que les enfants seront dans l’est de la province avec leurs grands-parents (les grandes sont folles de joie à l’idée, je ne suis pas certaine qu’elles ont compris qu’on partait si longtemps…);
  • Une semaine au bord du fleuve en famille (ressourçant à souhait et nul besoin de le bichonner comme une piscine, c’est parfait pour nous !);
  • Du temps pour MOI (c’est l’ultimatum que je me suis donné pour faire de l’exercice plus qu’un jour consécutif, lire cet énorme roman que j’ai reçu comme cadeau de naissance de ma meilleure amie et me prendre ces rendez-vous dans cette clinique santé-beauté où je me suis payé un forfait, il y a 6 mois)
  • Une pause bien méritée dans notre projet d’écriture (il faut dire que 7 chapitres en 3 semaines avec le-sentiment-du-travail-bien-fait-selon-Julie, ce n’est par rien ! Je sais bien qu’on est sensationnelles et que tu visualises comme une déesse mais qui aurait cru qu’on se ferait dire « Idée vraiment très intéressante… Envoyez-moi votre manuscrit complet dès que possible » juste avant le début des vacances ?)
Il y a un point que je n’ai pas osé ajouté sur ma liste, car il ne cadre pas avec ces éléments positifs et j’ai nommés : la planification de mon retour au travail. J’essaie de ne pas faire de l’ombrage à nos vacances avec ce dernier item. Car, ça m’aura pris trois grossesses (quand même !) pour passer maître dans l’art de profiter des congés de maternité. Je m’y plais maintenant comme dans une vieille paire de pantoufles. « Tu ne t’ennuies pas ? Que fais-tu de tes journées ? ». M’ennuyer, avec deux enfants sur trois qui commencent à maîtriser le concept d’ « activités personnelles » ? Jamais de la vie !

Mais bon, c’est vrai. Éternelle angoissée, je commence à me réveiller la nuit pour me dire que ce bon temps sera bientôt derrière moi. Maintenant que Frérot dort, c’est absurde, j’en conviens ! Parfois, il me passe un éclair au cerveau proposant de mettre en branle le projet Bébé4 pour continuer d’en profiter, mais ça, c’est encore plus absurde !

Bref, je vais appliquer ma théorie du moitié-moitié quand j’hésite entre deux avenues : je fais un petit peu des deux. Ma commande à l’Univers est passée : je veux retourner travailler à trois jours par semaine pour penser à moi, à PapaZen et à mon petit trio. Boss, m’entends-tu ?

A+

Julie
Lire la suite...

Défi imparfait pour prendre du temps pour soi

Cette semaine, pensez à ce que vous pourriez faire pour avoir plus de temps pour vous. Comme l’été approche, voilà une excellente occasion de développer le réflexe de prendre du temps pour vous en toute quiétude.

Alors, voyez quelle habitude vous pouvez mettre en place pour avoir plus de temps.
Vous pouvez :
  • décider de faire une promenade en soirée après que les enfants soient couchés et en profiter pour philosopher avec vous-même;
  • décréter un congé maternel mensuel : à tous les derniers vendredis du mois, vous disparaissez pour prendre du temps pour vous;
  • prendre 5 minutes de pause par heure, quand vous êtes avec les enfants, pour lire ou relaxer
  • vous faire une beauté pendant que les enfants prennent leur bain
  • etc.

Que tenterez-vous d’intégrer à votre routine pour disposer de plus de temps pour vous ?
Lire la suite...

Le TEMPS POUR SOI : Plus de moments en solo, moins de culpabilité…


© GrandeSoeur
Lire la suite...

19 juin 2009

Cette semaine sur Imparfaite, et alors?

À l’occasion de la fête des Pères, nous vous proposons de mettre en place quelques stratégies pour faire une équipe du tonnerre avec votre homme.

Êtes-vous parents à parts égales? Qui fait quoi chez vous? C’est ce que notre défi de la semaine mettra en lumière.

Vous livrez-vous aussi des joutes verbales sur des détails insignifiants? C’est ce que notre correspondance illustrera.

Que déléguerez-vous cette semaine à votre homme? Visitez les imperfections au quotidien.

Répondez à notre sondage en marge de gauche pour nous aider à mettre l’accent sur le contenu qui vous plaît et abonnez-vous aussi au BULLETIN hebdomadaire.

Bonne fête des Pères en famille !
Lire la suite...

18 juin 2009

Un détour par le Web imparfait : faire équipe avec Papa

Ëtre père aujourd’hui? / PetitMonde*
PetitMonde publie ici un dossier étoffé provenant du ministère de la Famille et de l’Enfance. Comment devient-on père? et Assistant-parent ou parent à part entière sont deux questions sur lesquelles on se penche.

De quelle couleur est votre homme? / PetitMonde*
Du rouge au vert, en passant par le noir et même le brun, découvrez l’étiquette de votre conjoint.


Ëtre père en 2009 / Madame.ca*
Trois pères qui combattent les clichés se confient.


Jeunepapa.com*
Tiens, tiens… un portail pour Papa. Parcourez-le pour vous en faire une idée. S’il vous plaît, faites preuve d’humour : mettez-le en page d’accueil sur son ordinateur ou inscrivez-le à l’infolettre ;o)
Lire la suite...

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins pour faire équipe avec Papa

Laissez-lui de la place : Le rôle du père a énormément changé depuis la dernière génération. Il est probable que votre conjoint ait eu un père plutôt traditionnel pour qui la préparation des repas, les changements de couches et l’éducation des enfants étaient des concepts absents de leur définition de tâches (ou encore écrits en très très petits caractères). Éclipsez-vous pour qu’il passe du temps seul avec les enfants (et ne préparez pas tout avant de quitter la maison). Laissez-le participer aux rituels du bain et du coucher. Feignez d’être occupée pour le laisser consoler le gros chagrin de la petite dernière parce qu’elle a perdu une paillette sur sa robe de princesse. Laissez-le prendre congé pour soigner le rhum du plus grand. Bref, soyez un peu moins prompte à réagir à tous les événements qui concernent votre marmaille pour qu’il développe une relation harmonieuse avec elle.

Consultez-le : Mettez Papa dans le coup le plus souvent possible. Demandez-lui son avis avant de planifier la fin de semaine de A à Z : peut-être aurait-il préféré aller simplement au parc avec les enfants plutôt que d’aller au cinéma avec eux. Demandez-lui ce qu’il aimerait manger au cours de la prochaine semaine (d’accord, les hommes n’en ont souvent aucune idée mais on peut bien espérer qu’ils finiront par répondre quelque chose après une exposition répétée à la question). Demandez-lui son opinion sur une variété de sujets comme la couleur de votre nouvelle salle de bain, le texte à écrire dans le bulletin de votre enfant, sa préférence pour le CPE des soleils magiques ou la Garderie des pissenlits pour Bébé ou, à la limite, sur les échanges qu’il prévoit faire pour son pool de hockey Bref, sollicitez son avis et discutez des différentes avenues le cas échéant.

Félicitez-le : S’il résout d’une façon inusitée le conflit épineux à savoir à qui appartient réellement le beau caillou doux, s’il se risque à cuisiner autre chose que des hot dogs pour le souper dont il a la charge, s’il pense à faire ce coup de téléphone aux assurances que vous aviez vous-même oublié et s’il pense avant vous à poster la carte d’anniversaire à votre mère, tarissez-le d’éloges sincères.
Lire la suite...

Pensez imparfait : bonne fête Papa!

La fête des Pères est comme la fête des Mères, sauf pour le cadeau qui coûte moins cher. ---

George Herbertm---


Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant.m---

Pythagore---
Lire la suite...

Imperfections au quotidien reliées à Papa

Dans une bonne équipe, la stratégie de Maman-parfaite-qui-prend-tout-en-charge et de Papa-qui-donne-un-coup-de-main ne peut pas faire long feu. Madame s’épuise alors que monsieur prend son pied. Et le plus triste, c’est que les deux principaux concernés n’en prennent pas toujours conscience.

En faites-vous trop? Devriez-vous déléguer certains trucs à votre chéri? Êtes-vous du genre à vous dire que ce sera fait plus vite (et mieux!) si vous vous chargez de certaines tâches?

Partagez vos stratégies : que laisserez-vous aux bons soins de Papa cette semaine et que ferez-vous pour prendre soin de vous pendant ce temps?




Une fois par semaine, je suis imparfaite et fière de l'être car je suis un fantôme. Je reste à la maison, mais c'est Papa qui s'occupe de tout: du dessert au dodo, c'est Papa qui s'occupe de tout. C'est ma soirée de congé! Les enfants le savent et apprennent à respecter ce temps que je prends pour moi. Ça fait différent, une fois de temps en temps de nous pas tout faire à deux tout le temps. IEA?
Lire la suite...

17 juin 2009

Correspondance : Connes doléances ou règlement de comptes chez Julie et PapaZen

De : Julie ---
Envoyé : 16 juin 2009 ---
À : Anik ---
Objet : Connes doléances ou règlement de comptes chez Julie et PapaZen ---

Allô Anik, ---

J’espère que tu vas bien cette semaine! Pour ma part, ça sent les vacances et ça sent bon!

Eh oui! PapaZen et moi nous nous envolerons vers le vieux continent cet été. Nous partons tous les DEUX pour la première fois depuis la naissance de GrandeSoeur. Nous partirons le 9 et nous reviendrons quelques jours plus tard (du même mois et de la même année, nous n’avons pas osé pousser l’audace plus loin!).

Nous devrions théoriquement commencer à ressentir l’allégresse de cette divine lune de miel sur nos humeurs… comme une joie immense qui nous envahit jusqu’à ce qu’on manque de souffle… pourtant, on est bel et bien humains, car on ne manque pas de se « renoter » nos petites faiblesses, comme en fait foi le débat suivant :

PapaZen, qui se cherche désespérément un coin sur la table de la cuisine pour plier une brassée - C’est moi ou ça fait plusieurs jours que tu ne prends pas le temps de ramasser les miettes du déjeuner sur la table?

Julie, qui esquive l’attaque en proposant deux hypothèses plausibles - Peut-être parce que j’ai déjeuné debout en donnant à Frérot sa purée parce que les filles avaient 56 affaires à me demander… ou peut-être parce que ça fait plusieurs fois que je vous demande de mettre vos couverts sales dans le lave-vaisselle…

PapaZen, qui commence rageusement à plier les débarbouillettes - Il me semble que la maison est à l’envers depuis quelque temps…

Julie, qui réalise que « quelque temps » dure depuis un méchant bout - Bien, j’avais les 3 enfants avec moi aujourd’hui. À ma décharge, on est sortis à la « bebilothèque », à l’épicerie et chez la coiffeuse. On est cinq hein, ça salit plus. C’est une logique mathématique indéniable. J’en ai fait un peu de ménage, si tu veux savoir. J’aurais peut-être eu le temps d’en faire plus si je n’avais pas eu à ramasser tes bas dans le salon, tes papiers de gomme sur la commode ou à trier le mont Éverest de linge sale avant de le mettre dans la laveuse …

PapaZenOu peut-être si tu ramassais ce qui déborde des armoires plutôt que ce qu’il y a à l’intérieur…

Julie Pah! Ce qui déb… tu vas être bien content quand on n’aura plus rien de superflu dans la maison. Ça va se ranger d’un pet… mais d’ici là, je le sais, c’est pas beau… D’ailleurs, tu es injuste, GrandeSoeur s’est déchainée à faire un ménage digne de ce nom dans la salle de jeu avant que tu n’arrives parce qu’elle ne voulait pas que tu mettes ses bricolages dans un sac-poubelle…

PapaZenPourquoi tu la laisses bricoler avec tout ce qu’elle veut?

JuliePeut-être parce qu’elle trouve les trucs à récupérer que tu jettes dans la poubelle?

S’ensuit une pause au milieu des hostilités.

Julie - C’est moi ou, ça fait des semaines que je te demande de passer au garage pour la voiture?

PapaZen - Ouais, je devrais pouvoir régler ça sous peu…

Julie, qui réalise que « sous peu » dure depuis un méchant bout Alors je pense mettre du rose fluo sur ta « to do list » sur le frigo pour que tu n’oublies pas… à moins que je prenne le rendez-vous pour toi?

PapaZen, qui ne s’en laisse pas imposer - Très drôle, en échange, tu pourrais passer des coups de fils pour le baptême de Frérot?

Julie, dont, curieusement, les rudiments de négociation appris au Monopoly lui reviennent en mémoire - Aucune chance! Cours toujours, mon lapin. Je n’ai pas le temps. Au pire, présente-toi au presbytère et tente d’émouvoir la dame qui s’en occupe.

PapaZen - « Je n’ai pas le temps » est un argument plutôt faible. J’en reviens à ta liste… tu me fatigues avec tes listes… il y en a partout!

Julie - Si tu les regardais un peu mieux, tu n’oublierais pas d’acheter ce qu’il faut à l’épicerie… en l’occurrence, je n’aurais pas eu besoin d’y retourner aujourd’hui ce qui m’aurait donné plus de temps pour ramasser les miettes sur la table et, en prime, je n’aurais pas besoin de te harceler jusqu’à la fin de tes jours pour que tu…

PapaZen - … achètes ce qu’il faut pour faire de la céramique dans la salle de bain. J’ai compris!

Silence radio.

PapaZen, tout d’un coup réflexif et ayant visiblement oublié la teneur de son dernier reproche, peut-être en raison de sa méditation profonde à remettre en paires tous ces petits bas d’enfants qui ont perdu leur jumeau quelque part dans le cycle de lavage - Je pourrais faire les achats samedi. Et on pourrait faire des Bob, le bricoleur de nous dimanche. Pourrais-tu me préparer une liste avec les questions qu’on se pose pour que je n’oublie rien? »

Bref, j’imagine que tu vois bien le topo… Tout ça se résume à une flopée de petites manies qui nous sont personnelles et qui nous titillent le gros nerf.

Comment ça se fait qu’on s’obstine pour des broutilles alors qu’on s’entend sur les grandes orientations? Pourquoi s’empêtrer dans les détails quand on a pourtant des valeurs communes? Pourquoi on perd de l’énergie sur ce qu’on ne pourra pas changer chez l’un et l’autre? Il laisse sa Presse traîner tous les matins, et alors? Moi mon bureau est un foutoir total. On fait une équipe du tonnerre auprès des enfants. On se complète bien. J’ai le sentiment de bien faire mon boulot de mère et PapaZen mérite souvent une médaille pour son implication dans la famille.

Ça ne devrait pas être ça le plus important?

Julie


Anik répond à Julie


De : Anik
Envoyé : 17 juin 2009
À : Julie
Objet : RE : Connes doléances
Salut Julie!

Je lisais votre conversation et je nous reconnaissais tout à fait. Pas tant dans la liste de choses à faire que dans le ton. La balle qu’on se renvoie si facilement, ça ressemble à notre vécu aussi.

Et tes questions existentielles, à savoir pourquoi s'attarder aux détails quand nos valeurs et objectifs généraux se rejoignent, bien je cherche encore la réponse. Existe-t-elle seulement ? Ça doit bien faire 10 ans que je me pose le même genre de questions... Et personne pour y répondre : c'est plus fort que moi, tout simplement. Des fois, remplie de bonne volonté, je me dis : « Bon, lâche prise. Arrête de lui en vouloir pour ce qu'il ne fait pas et concentre-toi sur ce qu'il fait, c'est-à-dire être un bon père avec les filles. ». Cette résolution dure habituellement… jusqu'à la première tâche qu'il n'a pas faite à temps ou convenablement. Alors, on oublie le lâcher-prise pour moi jusqu'à maintenant !

Dans le fond, je voudrais un mari parfait : bon père, bon amant (sans parler d'un corps à faire saliver, avec de beaux abdos bien découpés) employé modèle et travailleur hors pair à la maison pour faire toutes les « jobs d'homme ». C'est bien beau le féminisme, mais il reste que m'occuper de l'auto, tondre la pelouse, réparer des meubles, ramasser les poubelles, brancher les appareils technos et faire le BBQ, je ne veux rien savoir (peut-être parce qu'avec toutes mes tâches de « femmes », de toute manière, j'en ai déjà plein les bras). Sauf que j'ai souvent deux choix : soit je le fais pareil, soit j'attends que PapaRelax décide de le faire. Et côté patience (ou impatience), bien je ne lui arrive pas à la cheville.

Alors, je peux accepter que personne n'est parfait, respirer et relativiser, ou encore continuer comme maintenant et péter les plombs à intervalle régulier, sensiblement toujours sur les mêmes détails insignifiants, mais qui tombent sur le système à la longue. Comme c'est la fête des Pères en fin de semaine, je vais tenter l'approche numéro 1. Je me souhaite bonne chance ! ;o) J'en aurai bien besoin !

À plus !

Anik
P.-S. Pour les visites au garage, j'ai carrément fait signer un contrat à PapaRelax pour qu'il s'engage à faire la révision mécanique de sa nouvelle-voiture-avec-tous-les-gadgets-inimaginables dans les temps prescrits, sans quoi je me paye un voyage dans le Sud TOUTE SEULE à chaque fois qu'une mise au point est en retard de plus de 3 semaines… Je peux te dire que j'ai hâte en novembre, il va sûrement avoir oublié ! Cuba, me voilà! Il va capoter, une semaine avec les enfants, mais je n'ose pas trop imaginer l'état de la maison à mon retour…

Lire la suite...

Défi imparfait pour connaître qui fait quoi

Cette semaine, tentez de voir comment se divisent implicitement les tâches dans votre maisonnée. Évitez à tout prix le modèle Maman-parfaite-qui-prend-tout-en-charge et de Papa-qui-donne-un-coup-de-main.

Pour ce faire, voici un petit exercice amusant. Choisissez un moment où vous êtes tous à la maison, enfants et parents. Le matin, le midi ou le soir, c’est à votre convenance! Mettez une minuterie à intervalles fixes (15 minutes, 30 minutes ou une heure). Lorsqu’elle sonne, faites une Agatha Christie de vous et observez attentivement ce qui se passe sous votre toit.

• Que faites-vous à l’instant où la minuterie sonne?
• Que fait votre douce moitié?

Êtes-vous en train de répondre à une énième question sur le régime alimentaire des vers de terre posée par votre plus grand en même temps que vous faites cuire des spaghettis? Votre conjoint est-il en train d’écouter les résultats sportifs à RDS en même temps qu’il nettoie les portes françaises?

Êtes-vous parents à parts égales? Qui s’occupe principalement de faire le taxi pour les enfants, de faire des casse-tête de Diego avec eux ou de poser un diachylon sur le genou qui saigne? Qui s’occupe de faire la liste des emplettes, de préparer la boîte à lunch de Junior ou le repas du soir? Qui s’occupe de poster cette lettre importante, de signer le formulaire d’autorisation pour la sortie à la garderie et de nettoyer la grille du BBQ?

C’est ce que cet exercice d’observation vous démontrera.
Lire la suite...

En équipe avec Papa : moins de chichis, plus de coopération

Bonne fête Papa!
© GrandeSoeur
Lire la suite...

12 juin 2009

Cette semaine sur Imparfaite, et alors? : le sommeil est-il au rendez-vous ?

Quel est votre fantasme numéro 1 ? Si vous êtes maman et que vous enfants sont jeunes, il se peut fort bien que la réponse à cette question soit plutôt décevante : DORMIR plus de 4 heures d’affilée !

S’il est un domaine où la naissance des enfants se fait irrémédiablement ressentir, c’est sur le plan de la qualité du sommeil. Mais, ne perdez pas espoir. Des solutions peuvent être mises en place.

Entre deux bâillements, parcourez notre blogue pour découvrir comment vous endormir en 11 secondes d’un sommeil paisible et réparateur ou mettre la main sur un document résumant tous les meilleurs trucs pour faire dormir bébé sans pleurs. Vous pourrez aussi évidemment lire nos correspondances et découvrir quelques imperfections qui permettent de mieux dormir.

Sur ce, bon repos !
Lire la suite...

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins afin de bien dormir

Feignez : De temps à autre, utilisez vos talents d’actrice pour profiter d’un peu plus de sommeil. Feignez une affreuse migraine ou des crampes abdominales et reposez-vous un peu. Ce petit mensonge sera vite pardonné grâce à l’énergie que vous pourrez ensuite utiliser pour vous occuper de votre famille.

Promenez-vous : votre bébé refuse de dormir, mais de votre côté, vous mourrez d’envie de roupiller un peu ? Mettez-le dans votre poussette ou dans l’auto et faites une brève balade avec lui. Parions qu’il dormira en moins de deux. Vous pourrez ensuite dormir bien tranquille.
Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait : bien dormir en famille…

Mieux dormir, enfin / Madame*
Ce dossier comprend différents articles pour vous aider à mieux dormir. Ronflement, insomnie, sommeil des enfants et confort de la chambre sont, entre autres, abordés.

Bons trucs, bons dodos! / Petit Monde*
Cet article divulgue quelques trucs pour aider vos enfants à bien dormir.

Dors, dors, ma petite *&?%#@ / Les chroniques d’une Mère Indigne*
Dans ce Webépisode, Mère Indigne chante une berceuse à Bébé et pense tout haut ce que plusieurs parents désireux de dormir pensent tout bas.

À la guerre, comme à la guerre / Les chroniques d’une Mère indigne*
Qui se lèvera pour aller chercher Bébé? Mère Indigne ou Père Indigne?
Lire la suite...

11 juin 2009

Pensez imparfait : vive le sommeil !

Il n'est parmi tous les mammifères que deux sortes d'êtres à dormir debout : les chevaux et les pères d'un enfant de moins de deux ans. ---
Anonyme ---

Boire du café empêche de dormir. Par contre, dormir empêche de boire du café. ---
Philippe Geluck ---

Ronfler, c'est dormir tout haut. ---
Jules Renard ---
Lire la suite...

Imperfections au quotidien reliées au sommeil

Les mamans parfaites arrivent-elles à être en forme 20 heures sur 24 ? Chose certaine, les mamans imparfaites ont besoin de sommeil, et elles font ce qu’il faut pour s’accorder le repos nécessaire. Quelles sont vos petites manigances imparfaites mais nécessaires pour dormir un peu plus ?
_________________________________________

Je suis imparfaite et fière de l’être, parce j’aime me prélasser au lit le matin. Plutôt que de préparer le petit déjeuner pour les filles, le matin, j’aime 100 fois mieux rester sous les couvertures. Alors, je permets à mes filles de 2 ans et 5 ans de s’organiser. Elles ont libre accès à la cuisine, petit banc et chaise en soutien pour grimper, et elles se préparent à déjeuner. D’accord, les tranches de pain sont un peu trop généreusement badigeonnées de Nutella et il y a parfois des dégâts, mais cela ne gâche en rien le précieux temps additionnel passé au lit. Je me lève quand mon bébé d’un an m’appelle, pas avant. J’ai hâte qu’elle ait 2 ans pour pouvoir me prélasser encore plus longtemps le matin… Imparfaite, et alors?
Lire la suite...

10 juin 2009

Comment amener bébé à faire ses nuits ? Comment s'endormir en un rien de temps ?

Dossier : sommeil des bébés et des enfants / ABC-Parents
Ce vaste dossier comporte plusieurs outils à consulter et à imprimer : fiches de sommeil et de siestes, routines du dodo, système d’émulation pour inciter les enfants à se coucher sans rechigner. Vous y trouverez en plus un document résumant les meilleurs techniques à utiliser pour habituer les bébés à faire de bonnes nuits et de bonnes siestes. À lire absolument !

La petite douceur de la semaine, dans sa section Stress, insomnie et cie ! répertorie trois ressources fort intéressantes pour bien dormir :

11 secondes pour trouver le sommeil

Les secrets d’un sommeil réparateur

Passeport du sommeil
Lire la suite...

Correspondance : Adieu, cher sommeil…

De : Anik ---
Envoyé : 7 juin 2009 ---
À : Julie ---
Objet : Adieu, cher sommeil… ---

Salut Julie! ---

Ça va? Est-ce que Frérot réussit enfin à mieux dormir la nuit ? Tu tiens le coup ?

Ici, c’est moi qui commence à mal faire mes nuits. En fait, je ne sais pas trop pourquoi, mais je me réveille à 5h du matin depuis plusieurs jours, à mon grand désarroi. La maison est tranquille, tout le monde dort et me voilà les deux yeux bien ouverts. Mon esprit est réveillé, mais mon corps refuse de fournir l’effort nécessaire pour sortir du lit. Il me dit : « Non, mais t’es folle ! Il est bien trop tôt pour se lever. Mais qu’est-ce que tu fabriques ? Rendors-toi ? ». Et là, commencent les réflexions sur n’importe quoi (tu sais ce que c’est qu’un cerveau féminin, pas moyen d’arrêter cela…), pour que finalement, vers 6h45, je réussisse à me rendormir. Et à 7 h, PetiteAnge (je vais bientôt devoir changer son nom pour PetiteAngeCornue, son caractère s’affirme de plus en plus) se réveille et me réveille à son tour. Et là, évidemment, je ne veux pas me lever. Alors, mon corps s’extirpe péniblement du lit et se dirige maussadement vers la chambre de bébé et la journée commence…

Je suis maintenant incapable de faire la grasse matinée, quand bien même je voudrais. J’évoque avec regrets l’époque où je me levais quand bon me semblait… et j’attends que mes enfants soient adolescents pour reprendre les matinées de sommeil perdues, avec la crainte, toutefois, que je ne puisse pas en profiter une fois le moment venu.

En attendant, j’exerce quelquefois une petite vengeance sur les enfants, pour toutes les fois où elles m’ont réveillée la nuit ou trop tôt le matin. Ce matin, par exemple, il était 7h et j’étais bien réveillée. Comme je voulais que les filles partent tôt pour la garderie, je suis allée les réveiller alors qu’elles dormaient encore. À 8h, tout le monde était dans l’auto et c’était le départ. 1-0 Maman…

Sur ce, à bientôt !

Anik


Julie répond à Anik


De : Julie
Envoyé : 8 juin 2009
À : Anik
Objet : RE : Adieu cher sommeil…

Allô Anik!

Je suis en pleine forme. Et reposée par-dessus le marché!

Ton courriel tombe à pic: PapaZen et moi disions justement, il y a un jour ou deux, que Frérot ne se réveillait plus la nuit pour boire un petit coup. Il dort 9 à 10 heures d’affilée, le visage enfoui dans un toutou avec une lippe absolument délicieuse. Le tableau récompense tous les levers nocturnes et les yeux bouffis qui en ont résulté.

Frérot a maintenant 7 mois. C’est le temps que ça lui a pris, à lui, pour apprendre à se rendormir la nuit sans notre aide. Pourtant, nous avons appliqué toutes les recettes présentées dans différents livres dont, mon préféré, Mon enfant dort mal.

J’ai une pensée pour celles, (et peut-être ceux!), qui se lèvent la nuit pendant des mois, voire des années, pour consoler leur enfant. Ils diraient peut-être: «Elle est cinglée, cette Julie. Pourquoi être si pressée et d’enchaîner truc sur truc pour trouver LE bon? Frérot va faire ses nuits quand il sera prêt. Un point, c’est tout. Il est encore si jeune.».

Peut-être. Mais j’ai un vaste choix de réponses qui justifient ce désir express de dormir, et qui sont à la base de mon souhait de le transmettre au pt’it dernier.

  1. Deux aînées qui dorment comme une tonne de briques jusqu’au petit matin dès 8 ou 10 semaines laissent penser que cette faculté est génétique et qu’elle nous soit indubitablement due.
  2. Une fois qu’on a goûté à de merveilleuses nuits interminables, on ne peut plus s’en passer.
  3. Pour survivre aux demandes multiples de 3 enfants de 6h à 19h, une mère est en droit de vouloir être reposée pour ne pas perdre la boule.
  4. De bonnes nuits de sommeil permettent de grandir (argument pour mon fils, pas pour moi, je le sers à mes filles quand elles veulent lui faire gaga-gougou pendant qu’il est au pays des rêves).
  5. Frérot dépasse rondement le poids préconisé et la maturation physiologique pour puiser dans ses réserves pendant la nuit (pour les intéressées, d’après les auteures du livre précédemment mentionné, ces indices bénis se situent aux alentours de 8 semaines et de 5 kilos). Après un repas de camionneur pour le souper, il est illogique qu’il ait un petit creux passé minuit.
  6. Un bébé qui fait ses nuits assez tôt permet de couper court aux questions des madames-qui-veulent-faire-la-conversation-au-supermarché et, encore mieux, de leur soutirer des sourires d’admiration qui sous-entendent que nous sommes une bonne mère.

Fais ton choix.

Tout de même, on a essayé à peu près n’importe quoi.

  • Lui remettre son toutou fétiche sur le nez et remettre de la musique douce (c’était un bel effort, mais il nous fallait trouver mieux).
  • Écourter les tétées de nuit de trente secondes chaque nuit pour lui faire comprendre que ça n’en vaut pas la peine (avis, cet exercice de calcul mental est en lien direct avec l’insomnie maternelle qui s’ensuit);
  • Le réveiller avant minuit pour lui donner une petite collation nocturne (inutile, il n’y comprenait rien);
  • Lui donner de l’eau au biberon s’il se réveille (préalable: accepter le biberon);
  • Lui donner deux onces de préparation s’il se réveille (cette solution est avantageuse sur trois points: PapaZen peut s’en charger, Frérot a résisté tellement longtemps au biberon qu’il peut le tenir seul dans son lit – mon médecin n’aimerait pas... - et qu’il peut l’accepter frais, ce qui nous évite de raisonner pour manipuler correctement le micro-ondes à trois heures du matin);
  • Attendre 5 minutes, puis 10 minutes, puis 15 minutes avant d’aller le voir dans son lit, juste à lui parler, sans le prendre (puis se décourager et lui donner le sein de toute manière).
  • Je lui disais même «Noublie jamais ça Frérot: Dormir une nuit entière est une victoire de l’enfant sur lui-même.» (citation du même livre).

Peut-être parce que Frérot était «in and out» dans ses habitudes de se réveiller la nuit, qu’il «oubliait» qu’il n’avait jamais eu aussi faim de sa vie, aucun de ces trucs ne pouvait être appliqué avec persistance. Ce qui ne lui donnait pas l’occasion de s’adonner à quelques réflexions métacognitives du genre «Quand Maman fait le truc de la semaine, soit le truc X, je devrais cesser de pleurer, car «anyway» le buffet n’est pas ouvert, la serveuse est d’un ennui mortel, je dois me rendormir en restant sur mon appétit».

Et c’est à partir du moment où on (j’) a (ai) cessé d’être tourmentés (obsédée) par l’idée que tout est rentré dans l’ordre. Tout seul. Sans tambour ni trompette.

Je touche du bois!

Julie

P.-S. Pendant tes insomnies matinales, visualise le succès du livre Imparfaite, et alors?
Lire la suite...

Défi imparfait pour bien dormir

Cette semaine, faites la chasse au sommeil.

Voici comment fonctionne ce jeu :
Vous devez dormir le plus possible, cette semaine, ou du moins vous prélasser au lit.

Tentez l’une ou l’autre de ces tactiques pour accumuler le plus grand nombre de points:

  • dépassez votre heure habituelle de lever (5 points par tranche de 10 minutes);
  • réussissez à convaincre votre conjoint de se lever à votre place pour s’occuper des enfants (30 points, bonus de 10 points si vous demeurez au lit plus de 30 minutes après que votre conjoint ait quitté le lit);
  • réussissez à convaincre les enfants de dormir encore un peu le matin (40 points, bonus de 10 points s’il fait clair dehors);
  • réussissez à convaincre votre bébé que c’est vraiment agréable de dormir (toute) la nuit (75 points);
  • couchez tous vos enfants et faites une sieste d’après-midi (15 points, et bonus de 10 points si la sieste dure plus de deux heures);
  • mettez en place toute autre tactique pour dormir paisiblement (10 points par nouvelle tentative réussie).

Accumulez 500 points, et vous gagnez !
Prix : une énergie renouvelée et une bonne humeur non simulée !

Laquelle de ces stratégies a constitué le plus grand défi pour vous ?
Lire la suite...

Développer son imperfection en dormant… Plus de ronflements et de grasses matinées, moins de fatigue

zzzzZZZZZ
© GrandeSoeur
Lire la suite...

6 juin 2009

Cette semaine sur Imparfaite, et alors? : la gastronomie familiale, c’est possible ?

Cette semaine, nous vous invitons dans notre cuisine familiale. Constatez nos bons coups, nos accès de désespoir (« Maman, pas encore des légumes !»), nos nombreux questionnements (« Bon, qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ») et nos meilleures astuces pour bien manger en famille (« Hi hi! Ils n’y verront que du feu… »).

Après tout, manger demeure une source de plaisir et, en assaisonnant nos repas familiaux d’une touche d’imperfection, le menu devient succulent !

Visitez notre section spéciale : meilleures recettes familiales. Vous y découvrirez nos coups de cœur. Partagez-y aussi les vôtres. Toutes les mamans y trouveront leur compte.

N’attendez pas et passez à notre table. En guise de dessert, abonnez-vous à notre bulletin hebdomadaire gratuit. Vous aurez de quoi vous mettre sous la dent chaque semaine, avec notre aide-mémoire téléchargeable.
Lire la suite...

5 juin 2009

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins pour assumer votre imperfection

Répétez : N’hésitez pas à refaire les mêmes recettes, semaine après semaine. Même si votre côté parfait hurle devant tant de répétition, est-ce que les enfants se plaignent de manger encore du spaghetti, du pâté chinois ou même des « grilled-cheese » (sandwich au fromage grillé). Est-ce que votre conjoint de plaint de manger ENCORE du steak et des patates ? Je parie que, bien au contraire, ces repas sont toujours accueillis avec joie. Et, en prime, en les faisant si souvent, vous passez maître dans leur réalisation et les cuisinez en moins de deux !

Organisez Pour pallier le manque d’inspiration, classez vos recettes dans deux cartables. Le premier contiendra les recettes coups de cœur de la famille : celles que vous répéterez encore et encore. Le second sera votre cartable de recettes à essayer. Alors, quand vous voudrez innover, feuilletez le second cartable et tentez une nouvelle recette. Si l’accueil est très favorable, transférez alors la recette dans votre cartable « coup de cœur ».
Lire la suite...

Un détour par le Web imparfait : la cuisine rendue facile !

Manger en famille, c’est meilleur / PetitMonde *
Pas convaincue des bienfaits des repas familiaux ? Lisez cet article, puis voyez comment faire en sorte que le moment des repas devienne une source de plaisir pour tous. Plusieurs idées originales et rigolotes vous attendent.

Le truc d’Ulla – Spéciaux de la semaine / Carrefour famille*
Voyez comment analyser les spéciaux. Comparez l’achat en supermarché, chez le grossiste et chez les magasins de grande surface. Vous y ferez d’étonnantes découvertes.

Maman, j’aime les légumes ! / Extenso *
Voici quelques idées pas bêtes à essayer pour que vos petits développent l’envie de manger des légumes.

Le secret d’une cuisine bien pensée / Coup de pouce *
Votre cuisine est mûre pour une rénovation ou pour quelques ajustements ? Cet article vous pose les questions qu’il faut pour entreprendre une transformation qui répond réellement à vos besoins.

Idées pour parents désespérés / Profession maman
Dans son blogue, Maman Papoute propose le top 5 des trucs pour répondre à ZE question fatidique: “quossé-que-je-fais-pour-souper?”…

Des sites pour cuisiner

Recettes du Québec*

SOS Cuisine, bien manger, pas compliqué*

Quels sont vos sites ou articles coups de cœur dans le domaine de la cuisine ? N’hésitez pas à les partager et nous pourrons toutes mieux manger !;o)
Lire la suite...

4 juin 2009

Imperfections au quotidien reliées à la cuisine

Cette semaine, partagez vos sympathiques imperfections alimentaires. Dans votre cuisine, votre assiette, votre salle à manger se cachent sûrement des façons de faire imparfaites, mais qui vous rendent la vie plus facile…
---

La tradition du Kraft Dinner de la fin de semaine, voilà ce qui me rend imparfaite et fière de l’être. En effet, chaque semaine, nous mangeons du macaroni en boîte en famille le samedi ou le dimanche midi. Ce sont les seules pâtes que tolère mon mari (en spirale, s’il-vous-plaît), alors j’en profite. Et en plus, cela nous évite de nous poser la question « Qu’est-ce qu’on mange ? », puisque c’est implicite. Alors, 9 minutes au micro-ondes et c’est prêt ! Comble d’imperfection, on s’asseoit devant la télévision pour le déguster.
Lire la suite...

Pensez imparfait : cuisiner en famille

La nourriture la meilleure est celle qui contient le plus de calories. ---

Loi de Murphy ---



Quand on surveille, les patates cuisent trop lentement. Quand on va faire du piano en attendant, elles cuisent beaucoup trop vite. ---

Thierry Midy ---



Qu’en pensez-vous ? Quels sont vos pêchés mignons ? Et vos façons de rater votre nourriture en faisant autre chose ?
Lire la suite...

3 juin 2009

Recettes préférées pour imparfaites en manque de temps

Que vous aimiez ou non cuisiner, il est toujours agréable de disposer de recettes faciles et assez rapides à exécuter, mais qui donnent un résultat exceptionnel.

En disposant d’une liste de type « passe-partout », vous pourrez toujours feindre la perfection quand vous recevrez des invités…
« C’est super bon, ta recette! dit votre invitée ébahie.
- Ah, merci ! J’ai travaillé là-dessus tout l’après-midi, mais ça valait le coup! répond cette chère mère imparfaite qui a eu le temps de lire et de faire une sieste pendant l’après-midi en question. »

Pour impressionner :
Poulet au gingembre et au sirop d’érable.
Un charmant mélange entre un petit goût asiatique et québécois. Tout le monde en redemande !
Quesadillas au poulet, pomme et gouda*
Pour un dîner entre copines. Excellent avec une baguette de pain, une mayonnaise ou un cheddar. Avec des oignons caramélisés? Fameux!

Pour se dépanner et manger des protéines ou des légumes sans que cela ne paraisse :
Quiche au jambon sans pâte
La recette est française, pour celles qui veulent l’équivalence : un peu moins de 2/3 de tasse de farine, 4 œufs et 2 tasses de lait, c’est la base. Mélangez avec un fouet (œufs, lait puis farine) et ajoutez les ingrédients que vous avez sous la main (jambon et/ou légumes et/ou fromage, et/ou bacon… et/ou fines herbes). Cuire à 350oF pendant 20-30 minutes. Vous pouvez aussi faire cuire dans des moules à muffin (ajustez le temps de cuisson à la baisse).

Potage de navets au miel / Recettes du Québec*
Plus jamais on ne dit « Beurk, du navet! » à la maison. Le sirop d’érable ou de maïs peut servir de substitut au miel.

Pour le BBQ :
Brochette de poulet, sauce à l’ananas*
La viande passe mieux lorsqu’elle accompagnée de fruits auprès des enfants.

Brochette de poulet à la crème d’érable / Metro.ca*
Une recette différente accompagnée d’une salade de fruits.
Lire la suite...

Correspondance : Les patates bouillies, rôties, ratées…

De : Anik ---
Envoyé : 1 juin 2009 ---
À : Julie ---
Objet : Les patates bouillies, rôties, ratées… ---

Allô Julie! ---

As-tu déjà accusé une patate d’être la cause d’un conflit de couple ? Bien, c’est ce que j’ai fait hier, figure-toi donc !

Tout a commencé la semaine passée, quand PapaRelax, potentiellement l’être le plus difficile que la planète ait porté, m’a dit :
  • - Ça fait longtemps qu’on n’a pas mangé de patates, j’en ai ras le bol du riz. (Note aux lectrices : PapaRelax ne mange que des patates (bouillies ou rôties) ou du riz en accompagnement, ce qui me limite beaucoup dans mes extravagances culinaires).
  • - Hummm… Bien si tu aimais les pâtes aussi, je pourrais en faire.
Silence radio en guise de réponse.

Enfin, comme je suis la meilleure des épouses (ouf, quelle dose d’humilité :o)), j’ai décidé que cette semaine, on en mangerait des patates (j’avoue que c’est aussi parce que si je ne les faisais pas cette semaine, elles allaient devoir prendre la route du compostage et je déteste le gaspillage). Alors, au menu : patates bouillies lundi, patates rôties mardi et patates pilées aux carottes mercredi (mais je mets 2 patates bouillies de côté pour monsieur avant de piler, évidemment). PapaRelax devrait être content, non ?

Mais là, ne voilà pas qu’il me dit, hier soir :
  • - Ouin, ben les patates, trois jours de file, c’est redondant.
  • - Ben là, tu avais dit que tu étais fatigué de manger du riz.
  • - Ouais, sauf que tes patates rôties, elles n’étaient pas mangeables. Tu les as faites comment ?
  • - Ben, dans la poêle, cette affaire !
  • - Oui, mais comment ?
  • - Mais, tu veux savoir quoi, au juste ?
  • - Bien, toutes les étapes…
Maman imparfaite s’énerve et n’apprécie pas du tout ce quiz culinaire :
  • - Je les ai faites avec du PAM dans la poêle, t’es content ?
  • - Avec du beurre, c’est bien meilleur (est-ce qu’on est dans un pub, ou quoi ?)
  • - Bien, si tu n’étais pas si difficile, tu les aurais trouvées bonnes pareilles, les patates ! Non, mais c’est quoi ma motivation de cuisiner quand personne n’est jamais content ?
  • - Bien, je dis juste que si tu veux me faire plaisir en faisant des patates puis de la viande, bien au moins fais-le comme il faut !
  • - ARRRRGGHHHH !!!
Il y a des jours comme cela où je souhaiterais tellement n’avoir à cuisiner que pour moi-même. Là, je suis prise avec une famille divisée en trois clans : les amatrices de pâtes (moi et Dynamite), les amateurs de viande (PapaRelax et PetiteAnge) et l’amatrice de pas grand-chose (Philosophe)… Je fais quoi, moi, pour plaire à tous ? Vive les restants !

Anik

P.-S. Demain, on mange des pâtes. PapaRelax va manger un steak qu’il se fera cuire lui-même sur le BBQ avec comme accompagnement : un reste de patates ou rien du tout, c’est au choix du chef ! ;o) Le pire, c’est qu’il aime ça, manger un steak tout seul… Vive la gastronomie !


Julie répond à Anik

De : Julie
Envoyé : 2 juin 2009
À : Anik
Objet : RE : Les patates bouillies, rôties, ratées…

Haha! Anik!

Savoureuse cette anecdote! Si je ne te connaissais pas si bien, j’aurai pensé que tu l’avais agrémentée d’un zeste d’ironie!

Comment faire pour plaire à tous? Voilà une question qui mystifierait probablement Josée di Stasio elle-même ! À la maison, j’ai une fan inconditionnelle du macaroni au fromage et aussi l’experte de la réplique « Je vais prendre "huste " un fruit à la place de ton souper maman ». J’ai aussi celui qui ne prendrait que des purées de fruits ou des céréales. S’il pouvait parler il dirait sûrement : « Viandes et légumes? Non merci! Je préfère les diffuser en spray! ». Il y a enfin celui qui demeure peu loquace quand on lui demande ce qu’il voudrait manger au cours de la semaine, et j’ai nommé, PapaZen (qui heureusement mange de tout, pas comme sa très douce).

JULIE, un crayon à la main réfléchissant profondément à l’organisation des menus de la semaine Qu’est-ce que tu veux manger cette semaine?

PAPAZEN, son manteau sur le dos, les sacs réutilisables sous le bras J’sais pas, on improvisera avec ce qu’on a dans le frigo.

JULIE, ouvrant son livre de recettes et tentant une formulation différente On n’a plus rien dans le frigo. Quand vient le temps de choisir le plat qui nous tente, il manque toujours quelque chose alors, qu’est-ce qui te ferait plaisir cette semaine pour que tu achètes ce qu’il faut?

PAPAZEN, visiblement prêt à partir faire les courses et ne saisissant pas du tout la variante sémantique Bien, on a de la viande dans le congélo. On choisira, dans le frigo, ce qu’on veut manger à côté de notre viande.

JULIE, incrédule car elle s’adresse tout de même à un enseignant de françaisD’accord, mais on en revient toujours à la question de base que je vais te répéter en articulant bien, je sais que je marmonne : qu’est-ce que tu veux manger pour que j’aie une idée de ce que tu voudrais mettre, dans ton assiette, à côté de la viande?

PAPAZEN, qui décidément n’en démords pas et qui cherche ses clés Je dis, faisons simple et achetons les produits de base, genre…

JULIE qui ne peut s’empêcher de penser à la bonne vieille blague de RBO « histoire de voir, genre, comme un exemple, de ce dont quoi, ça aura l’air de » – …

PAPAZEN – Ok, disons, du poulet.

JULIE, voyant une lueur d’espoir – Bien! Mais je t’ai devancé, car c’est déjà écrit sur la liste. Du poulet à quoi?

PAPAZEN – Sur le BBQ, mettons…

JULIE – Humm, je vois, mais à quoi?

PAPAZENBien j’sais pas moi, avec de la sauce?

Voilà qui ne m’aide en rien! Quels ingrédients me faut-il cocher sur notre fameuse liste d’épicerie perpétuelle pour que PapaZen mette ce qu’il faut dans le panier pour réaliser ma fameuse recette de « poulet BBQ en sauce servi avec son accompagnement improvisé »?

Alors, dans un cas ultime comme celui-ci, une mère imparfaite sort son truc ultime : l’appréciation masculine et enfantine notée à l’insu de tous! Pour réaliser ce tour de passe-passe, il faut un crayon, une recette imprimée et un bon sens de l’observation.

  1. On sert un plat nouveau à toute la famille sans rien dire.
  2. On observe les réactions non verbales de tout ce beau monde et on se branche sur ses propres sensations gustatives.
  3. On retient attentivement les commentaires formulés spontanément ou on pose une question ouverte très précise pour obtenir une rétroaction appropriée comme « Qu’est-ce que vous en pensez? »
  4. On note le commentaire sur la recette (les choix de réponses peuvent varier de « cool » à « vraiment très bon, ma blonde » en passant par « j’ai aimé ça un petit peu mais pas beaucoup » ou par « est-ce que je peux prendre "huste " un fruit, maman? ».
  5. On se sert de leurs commentaires pour choisir les recettes au moment de faire la liste d’épicerie.
  6. On cuisine à nouveau la recette en la rebaptisant d’un nom plus parlant pour les enfants. Voici quelques exemples : le porc au sirop d’érable (elle est facile celle-là, c’était à mes premières tentatives), le poulet au chocolat (parce qu’il a mariné dans la sauce soya), les boulettes selon la recette de Mamie (on ne l’a voit pas assez souvent), les hamburgers à la confiture (il y en a dans les boulettes, je te jure), le poulet général Théo (tu devines aisément pourquoi), les côtelettes de porc Cendrillon (aucun lien avec la recette originale mais un petit mensonge n’a jamais tué personne!)

HYPER FACILE! Le truc fonctionne aussi très très bien pour choisir un menu quand on a de la visite.

Alors, cette semaine, j’ai choisi d’acheter ce qu’il fallait pour faire du poulet sucré. Tout le monde était content!

À bientôt!

Julie
Lire la suite...

Défi imparfait pour cuisiner et manger en famille

Moins de «baloney», plus de filets mignons…
Moins de Kraft Dinner, plus de pâtes au pesto…
Moins de poutine, plus de gratins dauphinois

Pas nécessairement… Ça fait du bien de manger moins sainement, de temps à autre…

(Note aux lectrices françaises : le baloney, c’est de la bologne, une charcuterie qui fut un temps très économique, le Kraft Dinner, c’est du macaroni au fromage en boîte, et la poutine, c’est un mélange québécois exquis et engraissant de patates frites, de sauce brune et de fromage en «crottes», un fromage qui fait squich-squich quand on le mange).

Bon, alors cette semaine, je vous lance le défi d’avoir du plaisir à table. Évidemment, tous les moyens sont bons :

- manger le dessert avant le repas principal, pour une fois…
- cacher les légumes sous un succulent gratin de fromage…
- ne pas obliger les enfants à finir leur assiette pour manger du dessert…
- vous permettre une gâterie habituellement interdite et la manger sans culpabilité…
- inviter des amis à manger…

Quelles sont vos idées pour avoir du plaisir à table ? Faites-nous en part. Comme les repas reviennent si vite, ce serait vraiment agréable de varier les plaisirs grâce aux idées de nos lectrices.
Lire la suite...

Développer son imperfection dans sa cuisine

Miam!
©GrandeSoeur
Lire la suite...
 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon