31 oct. 2009

Comment répondre aux questions délicates sur la mort ? (partie 4)

Décidément, le sujet est chaud. Ou froid, d'après la saison. À tout le moins, à l'approche de l'Halloween, il est inépuisable.

Aujourd'hui, nous cherchons désespérément le sac de GrandeSoeur. Celui qui sert pour les vêtements d'éducation physique. Celui qui doit être en "petit su" (tissu!). Facile à ouvrir. Et bien identifié. Pfft. Disparu.

Bref, nous cherchons l'item rare à travers tous ceux déjà éparpillés dans la maison.

-----

Julie, découragée - GrandeSoeur, je ne suis pas contente. Je l'ai cherché partout la semaine dernière et je te l'ai remis. Qu'as-tu fait avec?

GrandeSoeur, pas du tout décontenancée - Je ne sais pas maman.

Julie, abandonnant l'entreprise - Je ne suis pas responsable des sacs perdus et je n'ai pas l'intention de virer à nouveau la maison à l'envers. En attendant, tu devras prendre ce sac réutilisable. Il est en "petit su", il est facile à ouvrir et je vais bien l'identifier...

GrandeSoeur, toujours sage - D'accord, maman.

Julie - Tu peux aussi demander à St-Antoine-de-Padoue de le retrouver...

PetiteSoeur, s'immisçant soudain dans la discussion - Mais maman, il n'est pas MORT, lui?

Julie, voyant le "pattern" qui se dessine et prenant les devants- Euh... oui, ma petite poule. Il est mort. Mais je ne sais pas de QUOI. Je ne sais c'était QUEL jour. Et je ne sais pas j'avais QUEL âge. Tu comprends, ça fait trop longtemps.

PetiteSoeur, passant soudain à une autre étape - Alors GrandeSoeur devra trouver une personne VIVANTE pour l'aider à retrouver son sac. "Saint-Toine-Pa-DuTout", ne peut rien pour elle!!!

-----

Vous voyez qu'avec un peu de persévérance, on chemine?
Lire la suite...

30 oct. 2009

Gratitude Friday

Dernièrement, nous avons instauré quelques journées thématiques pour notre plaisir familial et personnel. Ainsi, la première Journée de la gourmandise a eu lieu le 16 octobre et la première Journée fantôme aura lieu le 1er novembre (ne la manquez pas, c'est un must !) Or, j'ai découvert que d'autres blogueuses ont eu une idée semblable. Nolwenn, du blogue Pulsion de vie, propose le Gratitude Friday... Loutron glouton et quelques autres blogueuse ont suivi la danse, et j'y entre de ce pas...

Le but de cette journée (que vous devriez répéter chaque vendredi) : prendre conscience de ce que la vie vous amène de bon, chaque semaine. Et, évidemment, dire Merci ! (voilà une bonne pratique pour demain, car à la quantité de bonbons que nos enfants recevront, vaut mieux leur apprendre à remercier).

Alors, je me lance. Voici quelques éléments en vertu desquels j'éprouve de la gratitude envers la vie, cette semaine... L'ordre n'a pas d'importance.

  1. J'ai eu un bon massage aux pierres chaudes aujourd'hui. Relaxant à souhait !
  2. J'ai une une agréable conversation avec mon amie Martine hier, en ne faisant rien d'autre que parler et boire du thé, confortablement assise sur mon sofa (c'est très rare que je me permets de parler sans « rien » faire... )
  3. J'ai eu une rencontre motivante avec Julie, notre éditeur et notre relationniste aujourd'hui. Ça fait du bien de voir que notre projet leur tient à coeur et qu'ils s'y investissent beaucoup.
  4. J'ai organisé les costumes d'Halloween en 2 temps 3 mouvements ce matin, et les filles étaient contentes de leur déguisement.
  5. J'ai passé un très agréable moment à mon activité parent/enfant mardi matin. J'ai fait une chasse aux trésors avec les filles en vivant le moment présent et en décrochant (ça fait du bien) et j'ai rencontré de nouvelles mamans qui m'ont l'air bien sympathiques.

Et vous, vous éprouvez de la gratitude pour quoi ?

En passant, je me permets un autre moment de gratitude qui s'adresse particulièrement à plusieurs de nos lectrices du blogue. J'ai beaucoup apprécié vos réactions à mon billet RIP - L'enterrement le plus difficile de ma vie... Ça m'a fait un grand bien de vous lire... MERCI!

Sur ce, bonne journée !
Lire la suite...

Comment rendre les consignes de sécurité amusantes pour l'Halloween?

Demain, ce sera le grand jour. Vos enfants envahiront les rues du quartier dans leur quête de sucre et de plaisir... Toutefois, pour que l'Halloween demeure une source de joie et ne tourne pas au cauchemar, certaines règles doivent être respectées. Plutôt que de sortir votre habituel discours « ne fais pas ci, fais ça...», invitez vos jeunes à visionner les 10 consignes illustrées sur capsules vidéo par Léon, un sympathique personnage. Cela ne prendra que quelques minutes, et vous aurez fait le tour sans avoir à dire le moindre mots. Imparfait, mais efficace !

Léon
Note : les autres capsules sont en bas de l'écran de Léon.
Lire la suite...

Pensez imparfait : Halloween, terreur et trouille...

Terrifiante, la fête de l’Halloween ? Prenez un instant pour y réfléchir…

Plains ceux qui ont peur car ils créent leurs propres terreurs.  
Stephen King
_____

Je ne crois évidemment pas aux fantômes. Si vous en aviez rencontrés autant que moi, vous n'y croiriez pas non plus.  
Don Marquis
____

Quand on n'a rien à se reprocher dans la journée, on ne craint pas que les fantômes viennent hurler à la porte au milieu de la nuit.
Proverbe chinois
____

Je pense, donc je sue. De trouille, évidemment.  
Jacques Sternberg
Lire la suite...

29 oct. 2009

Trucs et astuces pour mieux profiter de l'Halloween

Un Halloween sans chichis et plus facile à gérer, c'est possible ! En appliquant ces deux astuces, pas plus, vous devriez, selon le résultats des plus récentes études réalisées chez IEA, voir vos soucis diminuer de 72,3 % et votre énergie augmenter de 59 % (95 % si vous mangez en plus pas mal de sucre pendant la soirée, avant que Papa ne s'applique à la tâche, par pure altruisme...).

Invitez : rien de sert de se taper toute l'organisation à vous toute seule. Si vous avez une copine dont les enfants sont plus vieux, faites un deux pour un : ses ados pourront accompagner vos petits avec Papa et vous pourrez vous la couler douce avec votre copine en donnant les bonbons… (petit clin d'œil à Martine et à Nico, ici…, on vous adore !). Et nul besoin de se forcer pour le repas, avec tout le sucre ingurgité, les enfants n'ont pas faim, de toute manière...

Simplifiez : évitez les costumes trop complexes. De toute manière, s'il fait froid, ils vont être cachés sous manteau et tuque et mitaines. Investissez plutôt dans l'achat de crayons à maquillage (chez Omer Desserres, Brault et Bouthillier ou au Dollarama, mais la qualité laisse à désirer dans ce dernier magasin). Ces crayons vous fourniront des heures de plaisir à l'année longue, car les enfants peuvent les utiliser de façon autonome dès 3 ans, environ… Vous pourrez vous faire belle pendant qu'ils s'amusent à se décorer le visage et le corps… ;)
Note : Anik a testé avec succès les crayons Caran d'Ache, alors que Julie est satisfaite des crayons Snazaroo...

D'autres façons de se faciliter la vie à l'occasion de l'Halloween ? Notre boule de cristal est en panne, alors partagez-les clairement ! ;)
Lire la suite...

Comment répondre aux questions délicates sur la mort? (partie 3)

Nous sommes dans la voiture. Et nous venons de passer tout près de l'école de dressage pour chiens. -----

Julie - Ici, c'était l'école à Inès lorsqu'elle était un bébé chien. Elle était très intelligente dans ce temps-là... Et elle ne sentait pas encore trop mauvais.

PapaZen - C'était avant que vous ne veniez au monde. Dans le temps où, on ne savait pas comment occuper nos soirées...

PetiteSoeur - Dis-moi les noms des autres chiens que tu as eus maman.

Julie, nostalgique - Il y avait Pirate. Puis Choupette. Ensuite, il y a eu Minou. Puis Mira.

PetiteSoeur, qui reste dans le ton - Mais maintenant, ils sont tous MORTS.

Julie, quand même surprise du changement de sujet - Euh... Bien oui. C'est comme ça.

PetiteSoeur, avide de détails morbides - Ils sont morts de quoi?

Julie - Certains sont morts de leur belle mort...

PetiteSoeur - ...

Julie - Mais la plupart, c'est parce qu'ils ont fait un accident de voiture.

PetiteSoeur - C'est parce qu'ils n'ont pas regardé avant de traverser la rue qu'ils ont eu ces "naccidents"?

Julie, opportuniste, profitant de la situation donner une morale à l'histoire - C'est ça. Il faut faire très attention.

PetiteSoeur, jamais rassasiée - Mais c'était quel jour?

Julie - Quel jour que quoi?

PetiteSoeur - Quel jour qu'ils sont tous MORTS? Chacun des chiens...

Julie - Écoute, chacun a choisi une journée pour aller au paradis des chiens...

PetiteSoeur - Mais tu avais quel âge?

Julie - Disons, 8 ans, 14 ans, 20 ans, puis 27 ans.

PetiteSoeur, satisfaite - Ouf! Tu n'avais pas 3 ans et demi! Comme moi!
-----

Voilà enfin un heureux dénouement!


©PetiteSoeur
Lire la suite...

28 oct. 2009

Recettes de la semaine : pour un Halloween facile et réussi !


Vous voulez mettre un peu d'ambiance dans vos repas d'Halloween et vous amusez avec les enfants par le fait même. Je vous propose deux recettes toutes simples qui feront le bonheur de vos petits monstres et de leur effroyable estomac.  
______________________

Pâté au poulet citrouille
Il suffit de préparer votre « contenu » à votre guise. Personnellement, je me simplifie la vie en utilisant une conserve de crème de poulet, du poulet cuit(poitrine désossée et cuite à la vapeur), une conserve de pois verts et de carottes, puis un poivron rouge. Ajoutez un peu de crème 15% si vous trouvez votre « mixture » trop épaisse. Les enfants pourront vous aider à tout lancer dans un chaudron, pour faire réchauffer un peu.

Pour la pâte à tarte, vous pouvez l'acheter déjà faite, ou sinon, procurez-vous du Crisco et vous verrez, une recette de pâte feuilletée vous y est proposée. Laissez vos enfants rouler la pâte. Ensuite, en utilisant une assiette à tarte, tracez un cercle. Puis, tracez simplement un visage de citrouille dans votre pâte, que vous déposerez sur le pâté (j'ai oublié de vous dire de mettre votre mélange au poulet dans l'assiette auparavant, mais bon, c'est assez évident).

Faites cuire à 350 degrés F 20 à 30 minutes, ou jusqu'à ce que la croute soit dorée (parfois, cela aide de mettre 1 ou 2 minutes à Broil, en s'assurant que les enfants sont tranquilles, car une surveillance accrue est souhaitée, pour éviter les citrouilles brûlées.)

____________________________
Doigts ensanglantés


Ici, la pâte à tarte est encore à l'honneur, mais vous pourriez aussi le faire avec de la pâte à croissants Pillsbury.

Faites cuire d'avance vos saucisses (j'ai utilisé des saucisses de veau, pour faire un peu plus « santé »)

Demandez à vos enfants d'enrouler la saucisses dans un rectangle de pâte, puis d'insérer une amande effilée en guise d'ongle. Faites des lignes sur la pâte pour simuler les plis de la peau.

Faites cuires 15-20 minutes (ou moins) à 350 degrés F, ou jusqu'à ce que la pâte soit dorée.

Ajoutez du ketchup en guise de sang...

Dégustez...

Bon Halloween !
Lire la suite...

RIP - Le plus difficile enterrement de ma vie...

Laissez-moi vous raconter l’un des plus tristes enterrements auxquels j’ai assisté, en 2003. Cœurs sensibles, veuillez vous abstenir de lire…
---

Un petit groupe entoure le cercueil. Anik imparfaite, en tête de l’attroupement, pleure à chaudes larmes. Elle doit dire adieu à cet être qui a représenté tant pour elle, au fil des années… Elle s’avance devant la foule, pour faire son dernier hommage à cette femme qui entame son dernier voyage et reposera en paix pour l’éternité.

« Je dis aujourd’hui adieu à une femme qui m’a marquée à vie. Rappelons-nous d’elle, chers amis. Elle était si dynamique, si pleine de vie (sanglots…). Évidemment, quand on se lève à 10h00 du matin et qu’on dort paisiblement chaque nuit, ça aide… Elle aimait tellement dormir, c’en était drôle. Elle allait jusqu’à utiliser son réveil pour mettre un terme à ses longues siestes d’après-midi, le week-end…

Elle aimait la propreté et l’ordre. Elle faisait son ménage en deux temps trois mouvements. Ses vêtements étaient toujours propres. Elle cuisinait de bons petits plats que personne ne critiquait. Elle recevait ses amis à coup de repas quatre services. D’ailleurs, elle mangeait ce qu’elle voulait, quand elle le voulait, tranquillement assise à table ou devant la télévision, sans jamais avoir besoin de peser sur le bouton pause. Elle ne se laissait d’ailleurs interrompre que pour se reverser un peu de vin.

Elle était toujours à l’heure à ses rendez-vous ou à ses sorties entre amis. Il faut dire que quelques minutes lui suffisaient pour se préparer et à se mettre en train… Et c’était la même chose le matin, quand venait le temps de se diriger au boulot.

Elle vivait une vie de couple exemplaire, prenant le temps de faire du sport et des activités avec son chéri chaque semaine. Sa vie sexuelle n’avait pour seul inconvénient que de l’obliger à fermer les fenêtres de sa chambre l’été…

Elle était libre et sans soucis, ayant pour principales responsabilités la gestion de ses finances et de son temps.

Je lui dis aujourd’hui adieu, car je sais que je ne la reverrai jamais…

Elle laisse en deuil l’Anik imparfaite que je suis… Celle qui :
  • considère que de dormir, d’un œil, jusqu’à 8h30 le matin est le comble de la grasse matinée
  • se fait réveiller la nuit par des enfants qui toussent ou qui ont perdu leur suce
  • ne fait plus de siestes d’après-midi par pur plaisir paresseux, mais parce qu’elle est crevée…
  • fait son ménage aux 2-3 semaines, parce que tout est toujours à recommencer, de toute manière
  • a des taches sur ses vêtements parce que de petites bouches ou mains s’y sont frottées
  • cuisine des plats simples qui, malgré tout, suscitent la controverse au sein de sa famille
  • reçoit ses amis en commandant du restaurant, parce qu’elle n’a plus le temps de cuisiner des repas gastronomiques
  • mange à heure fixe et se lève en moyenne 8 fois pendant le repas
  • doit calculer 15 à 30 minutes pour arriver à habiller les enfants et à avoir tout ce qu’il fait en main pour une sortie familiale
  • fait du sport et des sorties en alternance avec son mari, plutôt qu’avec lui
  • doit fermer la porte de sa chambre (et sa bouche) lorsqu’elle « s’amuse » avec son amoureux, question de ne pas réveiller les enfants
  • a tellement de responsabilités qu’elle doit les noter pour ne pas les oublier.

Mais, l’Anik que je suis a aussi trois belles filles qui lui font vivre des moments de bonheur intenses… Elle a trois paires de bras qui l’entourent et lui font des câlins… Trois petites têtes qui n’attendent que moi pour découvrir le monde et rêver…

Et c’est pour cela qu’aujourd’hui, je fais le deuil de toi…

RIP
Ci git
Anik insouciante et sans enfants
1975-2003

__________________________


Ça vous arrive de repenser à celle que vous étiez avant d'avoir des enfants ? Elle vous manque, cette femme que vous avez dû enterrer à la naissance de votre premier enfant ? Et que dire de la femme que vous êtes devenue ?

Parfois, j'avoue que, même si le souvenir de qui j'étais avant de devenir mère tend à s'estomper drôlement, j'ai l'impression que le fantôme de cette femme vient me hanter. Une partie de moi aimerait la faire revivre, alors qu'une autre partie de moi se demande sincèrement quel sens aurait ma vie sans mes enfants... Peut-être qu'une petite partie de Oui-ja, de temps à autres, avec Anik insouciante et sans enfants, me ferait le plus grand bien... Faire de la place à cet esprit pour mieux profiter de ma vie de maman le reste du temps ?
Lire la suite...

Imperfections au quotidien sur le thème de l'Halloween

L'Halloween est sans aucun doute une merveilleuse occasion d'être imparfaite. Comme nous n'avons pas encore mis la main sur la potion magique qui nous rendra parfaites, voici certains de nos petits travers, à Julie et moi, dans notre façon de préparer la fête...

---
Cette année, je suis imparfaite et fière de l'être, parce que je ne m'énerve pas avec les costumes à l'avance. On verra en temps et lieu. Et pire que cela, je délègue la tâche à PapaRelax. Pas perfectionniste pour deux sous, il va gérer ça comme d'une main de maître! Et je m'occupe du maquillage, parce que j'adore ça... Tout le monde y trouve son compte. Imparfaite, et alors?

---
Hier, j’ai été imparfaite et fière de l’être, car je n’avais pas le goût de me forcer le dessert. J’ai servi du Jell-O orange. Et je leur ai dit que c’était une gelée à la citrouille, pour l’Halloween. Les enfants n’y ont vu que du feu. Et il fallait voir Frérot téter son Jell-O, véritable plaisir gustatif! IEA?

__________________

De petites imperfections personnelles à partager ? Allez-y sans crainte ni frousse... Ce n'est pas parce que c'est l'Halloween que vous devez avoir peur de partager... ;-)
Lire la suite...

27 oct. 2009

Comment répondre aux questions délicates sur la mort ? (partie 2)

Ça ne dérougit pas. Les questions sur la mort sont servies à toutes les sauces. Je me console, Bébé, la fille de Mère Indigne, fait de même.

J'ai quand même appris de ma récente bourde. J'arrive à répondre sérieusement... ou à dévier le sujet.

-----
Nous sommes à table en train de manger.

GrandeSoeur, fière de ses progrès en anglais - On parlait de Micheal Jackson à la télévision tantôt...

Julie - Qu'est-ce qu'il chantait?

GrandeSoeur - Il ne chantait rien. Ils ont dit son nom dans une émission en anglais... Je pense que c'était un film pour le cinéma...

PetiteSoeur, intéressée - De quoi il est mort, Micheal Scofield?

Julie - Ma puce, Micheal Scofield n'est pas mort. Dieu merci! Ça aurait été jour de deuil national à la maison... C'est Micheal Jackson qui est mort dernièrement. Ils n'ont pas tout à fait la même physionomie...

PetiteSoeur, insistante - Mais pourquoi il est mort?

Julie, ne voulant tout de même pas aborder des détails superflus - Bien, je crois qu'il était très malade...

PetiteSoeur, qui n'en démord pas - Mais c'était quel jour?

Julie, qui n'a tout de même pas gardé ce détail dans sa mémoire à long terme - La journée où notre voisin était bien triste de cette nouvelle.

PetiteSoeur - Ah oui... La journée où il était "crisse*"... "A" m'en rappelle.

Julie - Tu veux d'autre soupe ? C'est moi qui l'ai faite. Je n'ai pas mis de grand-mère dedans.

PetiteSoeur - Non, merci.
Lire la suite...

Défi imparfait pour fêter l'Halloween comme bon vous plaît

C'est en lisant les divers commentaires suite à la parution de ce billet de Renée Laurin que nous est venue l'idée de ce défi imparfait.

Les manières de fêter l’Halloween sont propres à chaque famille. Certains aiment décorer pour créer de l'ambiance et donner la frousse... Bien costumés, ils font mine de passer l'Halloween en mai ou encore répondent à la porte avec plaisir le 31 octobre au soir.  D’autres ne voient pas l'intérêt commercial de cette fête et préfèrent ne pas dépenser un seul sou pour des bonbons. Le 31, ils ferment leurs lumières pour passer une soirée tranquille.

Chaque famille est différente. Et alors?

IEA? Vous met au défi de célébrez cette fête à votre manière!

Si vous êtes du type "je-décore-notre-maison-comme-dans-une-revue-de-déco-je-couds-les-costumes-des-enfants-telle-une-grande-couturière-et-j'offre-des-bonbons-dignes-d'une-confiserie", assumez-vous et foncez!

Si vous êtes plutôt du type "je-costume-les-enfants-avec-ce-qui-me-tombe-sous-la-main-je-laisse-les-enfants-décorer-avec-leurs-1001-bricoles-et-je-les-amène-passer-dans-un-quartier-populaire-et-j'offre-leurs-bonbons-à-ceux-qui-passeront-ensuite-à-la-maison", assumez-votre côté imparfait et foncez aussi!

Réfléchissez à ce que vous voulez vraiment, et go, go, go!

Entre les extrêmes, il y a LA façon de faire de votre famille, celle qui vous permettra d'avoir du bon temps. Faites simple. Faites compliqué. Mais faites comme bon vous plaît. Du moment que chaque famille donne à la fête la couleur personnelle qui lui convient.

De quel type êtes-vous?
Lire la suite...

26 oct. 2009

Monsieur Réponse donne son avis éclairé aux lectrices d'Imparfaite, et alors?

Nous avons dernièrement abordé le thème des boîtes à lunch et de l'éternel soucis des mères de vouloir y inclure des repas équilibrés pour leurs enfants.

Or, équilibrer les repas équivaut à y intégrer les 4 groupes alimentaires aux menus quotidiens de la famille. Toutes les mères québécoises connaissent bien les fruits et les légumes; le lait et les produits laitiers; la viande et les substituts de même que les produits céréaliers. Mais voilà que pour occasionner encore plus de casse-tête, Anik vous a fait part des 4 nouveaux groupes alimentaires prévus par Santé Canada. Y a-t-il 4 groupes alimentaires? Y en a-t-il plutôt 8?

Puisque plus personne ne comprend plus rien, Imparfaite, et alors? a cru bon de faire la lumière une fois pour toute sur le sujet et de demander l'avis d'une personne au bon sens peu commun. Voici donc ce que Monsieur Réponse a répondu lorsqu'on lui a demandé, de but en blanc: Quels sont les 4 groupes alimentaires?

À vous de voir si sa réponse vous simplifie la préparation de vos lunchs!
Lire la suite...

Comment se faire du bien ?

Connaissez-vous la recette pour se faire du bien ? Trois ingrédients essentiels :
1) Le plaisir
2) La relaxation
3) L'ingrédient secret...

En fin de semaine, j'ai cuisiné cette recette et Dieu que cela a été agréable. Après 2 semaines de rush pour finaliser le visuel du livre (qui est maintenant à l'impression), j'étais crevée. Alors, je me suis permis un samedi-sans-soucis... Du temps libre à faire des choses plaisantes, un rythme lent et, mon ingrédient secret à moi : aucune obligation de faire quoi que ce soit (même si vous vous doutez bien que ma liste de tâches en attente n'est pas vide pour autant)... Quel est le vôtre ?

Ne rien faire d'obligatoire... Oublier la fameuse phrase « Il faut que ... » Sincèrement, je pense que c'est la phrase que je déteste le plus au monde... Si je m'amuse à faire la liste de ma vie idéale, c'est d'ailleurs potentiellement le 1er élément qui apparaît : dans ma vie idéale, je ne serai jamais obligée de faire quoi que ce soit... Utopique, la petite madame... Oui, je sais, mais il doit bien y avoir des moyens pour diminuer les « il faut que », non ?
Lire la suite...

25 oct. 2009

Participerez-vous à la Journée mondiale des mères fantômes?




Que ferez-vous le lendemain de l'Halloween? IEA vous convie à célébrez la Toussaint et les morts d'une façon spéciale, en participant à la première éditions de la Journée mondiale des mères fantômes... Comment? C'est tout simple. Quelle est la première caractéristique d'un fantôme? Il est transparent, n'est-ce pas? Il existe, mais la plupart du temps, on le voit pas. Alors, le lendemain de l'Halloween, vous deviendrez vous aussi un fantôme. Vous pourrez, au choix :

  • rester à la maison sans que personne ne vous parle ou ne vous dérange (n'oubliez pas de mentionner aux enfants que vous êtes invisible, c'est comme un jeu, après tout).
OU
  • sortir en solo.

Bref, voilà une excellente occasion de vous remettre de vos émotions de l'Halloween et du taux de sucre élevé qui demeure dans le petit corps de vos enfants. Alors, planifiez d'avance ce que vous ferez le 1er novembre prochain, et n'oubliez pas d'aviser Papa de la tenue de cette journée... ;)

Personnellement, j'aime tellement cette Journée fantôme, que j'en fais une chaque mardi soir... Les filles sont habituées et je peux relaxer chez moi sans ramasser le souper, sans avoir à donner le bain ou avoir à coucher les enfants. Soirée relaxante à souhait !

_____________________________

Note : Les pères peuvent aussi participer à la Journée mondiale des fantômes. En fait, cette journée se fait en alternance père-mère. Les mères ont droit de participer lorsque le lendemain de l'Halloween tombe une date impaire, et c'est le tour des pères quand le lendemain de l'Halloween est une date paire. Hé, hé! ;)
Lire la suite...

24 oct. 2009

Comment se sentir nulle (sans raison?)

Ça vous arrive de vous en vouloir pour quelque chose que vous avez fait concernant les enfants sans que les principaux concernés semblent pourtant s'en formaliser ? Pas claire, cette question? Laissez-moi vous raconter cette petite anecdote et vous comprendrez...

Hier, mes deux plus jeunes recevaient la visite de la sorcière Toutétourdie à la garderie. Or, l'éducatrice ne m'a pas dit à quelle heure la fameuse sorcière arrivait. Je supposais que c'était vers 10h00... Règle générale, je suis toujours à la garderie vers 8h10. Or, ma grande avait une journée pédagogique hier, alors j'avais décidé de prendre mon temps pour partir, ce qui fait que vers 9h15, nous arrivons à la garderie...

J'entre et j'entends une voix magique en train de raconter une histoire. Merde !!! La sorcière est déjà là (et elle n'est pas à la page 1 de l'histoire)... Elle doit y être depuis au moins 15 minutes... (si ce n'est pas plus). En un éclair, je suis envahie de sentiments de culpabilité, de « nullité » et de grande déception. Faut-il être conne pour amener les enfants si tard à la garderie une journée où l'on sait qu'il y a une activité spéciale ? Faut-il être stupide pour ne pas demander l'heure de l'activité ? Bref, je me sens mal.

Mais en même temps, je constate que mes filles sont heureuses de voir la sorcière et qu'aucune des deux n'est en train de se dire : « À cause de ma mère, j'ai raté le début de l'activité ! Mère incompétente, va...» Non, elles vivent dans le moment présent et profitent du plaisir qui est disponible, là, maintenant...

Et elles ont aussi eu du plaisir à la maison, avant de partir, à jouer dans une cabane sous le lit qu'elles ont fabriquées... Ce plaisir est-il moins intense parce qu'il peut être répété plus d'une fois? Peut-on vraiment mesurer le plaisir et le comparer ? Ou devrais-je me dire qu'elles ont eu deux plaisirs plutôt qu'un : la cabane et la sorcière ?

Même si mon côté rationnel me dit que les filles sont contentes, la personne en moi qui voudrait toujours profiter au maximum de la vie ne peut s'empêcher de se dire que c'est poche d'avoir manqué la moitié de l'activité de la sorcière... Au secours ! Quelqu'un peut-il mettre mon cerveau à OFF ? Le faire taire pour de bon ?
Lire la suite...

23 oct. 2009

PapaZen se lance!

Vous en entendez parler depuis des mois. Vous collectionnez les détails à son sujet. Vous apprenez ses grands exploits et ses petits travers. Mais qui est-il? ---

PapaZen fait son coming out sur le blogue d'Imparfaite, et alors? Comme ça. Aujourd'hui. Sans tambour ni trompette. Sans même que je le lui demande...

Pourtant, vous serez hystériques de savoir qu'il a participé à notre livre, à Anik et moi. Pas juste un encouragement moral (quoique c'est toujours apprécié). Pas juste de s'occuper de nos 3 enfants pendant que je règle des détails qui n'en finissent plus avec Anik (quoique c'est vraiment très aidant). Pas juste de corriger nos phôtes (quoique...). Mais non! PapaZen a écrit, de ses doigts écrit dans votre futur livre Imparfaite, et alors?

Qu'a-t-il bien pu écrire au sujet de l'imperfection maternelle? Lui, un Homme pratiquement Parfait? En proie à une inspiration divine, il vous présente un bon exemple de sa vision zen de la vie, tel que vous en trouverez dans la douzaine de chapitres du bouquin.

===
PapaZen fête l'Halloween

Mesdames!

Je ne saurais être trop délicat pour préserver votre impulsivité féminine, mais je dois quand même porter à votre attention un sentiment d’injustice que nous, les hommes, éprouvons chaque année au lendemain de l’Halloween.

Suspicieuses, vous nous observez retirer des sacs de friandises des enfants mille et une «cochonneries», que nous prenons soin de déguster nous-mêmes. Eh oui, je dis bien « prenons soin». Quand nous accomplissons ce sacrifice, vous avez tendance (je généralise, mais ça me semble ici approprié) à nous prêter des intentions impures. Vous nous accusez de tous les péchés: gourmandise, avarice, et j’en passe. Pourtant, je me fais le porte-parole de tous les hommes pour le crier bien haut : il ne nous fait absolument pas plaisir de nous empiffrer de tous ces bonbons, toutes ces croustilles, ces innombrables chocolats et réglisses de toutes les couleurs. Nous le faisons pour une seule et unique raison : assurer la santé de nos enfants, les éloigner de ces sucres vides et malsains.

Vous doutez encore de notre bonne foi. Pensez-y un instant : si les enfants revenaient à la maison, leurs sacs et citrouilles remplis de fruits et de légumes, nous nous lancerions à leur trousse pour nous emparer de toutes ces bonnes choses? Ben sûr que non! La santé pour eux, le risque pour nous.

©GrandeSoeur

===
P.-S. Sachez que PapaZen n'écrit jamais de commentaire sur IEA? mais qu'il lit religieusement les vôtres. Si vous voulez qu'il revienne, il vous faudra l'émouvoir (ça marche toujours).
Lire la suite...

22 oct. 2009

Comment laisser la paresse gagner sur la gourmandise ?

La semaine passée, c'était la Journée internationale de la gourmandise. Avez-vous célébré ? Ici, nous avons pris un singulier souper-déjeuner. Crêpes aux fruits généreusement arrosées de chocolat. AngeCornue en a eu pour son argent : elle était brune d'un bout à l'autre. Son visage, que l'on distinguait difficilement sous une couche de chocolat, n'avait d'égale que sa chevelure encore plus brune qu'à l'habitude, si vous voyez ce que je veux dire. J'ai donc dû passer un certain temps à effectuer un décrassage préliminaire, question de pouvoir la prendre dans mes bras sans risque pour lui faire subir l'étape numéro 2 de nettoyage : un bain en bonne et due forme.

Or, la semaine est à la gourmandise (on se prépare à l'Halloween, il faut croire), parce que nous avons mangé de la fondue au chocolat hier. Fraises, bananes et raisins étaient au rendez-vous. J'ai évidemment servi des fruits aux filles, mais, me souvenant de l'allure d'AngeCornue lors de la journée de la gourmandise, j'ai volontairement omis de lui tremper ses fruits dans le chocolat.

Eh oui! Ma paresse à l'idée d'un second nettoyage extrême dans la même semaine a été plus forte que mon sentiment de culpabilité à l'idée d'empêcher AngeCornue de profiter des plaisirs gourmands de la vie.

Intérieurement, je priais pour qu'elle ne réclame pas sa juste part de chocolat. Elle a toutefois démontré son intérêt envers cette douce substance brune et sucrée. Ma paresse parlant encore (celle-la même qui me fait répondre oui plutôt que non à certaines requêtes de mes filles, parce que c'est moins compliqué que de commencer une guerre ouverte à coup de canon argumentaire...), je lui ai donné un petit morceau de fraise trempé dans le chocolat, en le déposant directement dans sa bouche pour éviter tout dommage collatéral.

Heureusement, Dieu doit exister, parce qu'elle ne m'a pas demandé d'autres fruits chocolatés. Les fruits natures l'ont satisfaite.

J'en suis donc à l'étape de me demander ce que je vais faire avec les chocolats d'Halloween que ma petite AngeCornue va ramasser cette année, pour son premier Halloween. Devrais-je les manger moi-même ou les réserver jusqu'à ce qu'elle soit capable de manger du chocolat sans baver partout ?

Qui suis-je, que fais-je, que mange-je ? Que de questionnements...
Lire la suite...

21 oct. 2009

Comment ne pas dormir (et en passer une petite vite pour se lever plus tard le matin)?

J'ai été plutôt silencieuse ces derniers jours. Il faut dire que j'ai traversé plusieurs journées exceptionnellement chargées toutes joyeusement empilées dans une semaine exceptionnellement remplie. J'ai dû mettre mes beaux principes de côté pour accorder du temps à Imparfaite, et alors? J'ai écourté mon temps de travail pour IEA? J'ai mangé du McDo, des hot dogs, et couché les filles tôt pour IEA? Je suis sorti dans un bar pour IEA? J'ai accordé une entrevue téléphonique à une journaliste pour IEA?

Mais j'ai surtout raccourci mes nuits pour Imparfaite, et alors ?

Ne craignez rien, car mes neurones vont dangereusement bien! Et puisqu'Anik a établi plus tôt cette semaine un parallèle entre le sommeil et le QI, je pense que je m'en sortirai plutôt bien de ce côté.

===

Julie et PapaZen dorment paisiblement. Nous sommes aux petites heures du matin.

PapaZen - RRRR... FFFFFllll

Julie - RRRRRR... FFFFlll

Frérot - Mmmmm..

PapaZen - RRRR... FFFFFllll

Julie - rrrr... ffffflll

Frérot - OOOO.... aaaiiii, daa de ddaa di arrreeeuuu

PapaZen - rrrr... fffflll

Julie, maudissant l'Univers à l'idée de se lever - ...

Frérot - pppp eeeee ppp pp p p Papppaaa Papa?

PapaZen, sortant de sa torpeur - ...

Julie, marmonnant - Chéri, ton fils t'appelle. Me suis couchée à minuit hier... ça te dérange si...

PapaZen, ému et euphorique - Wow! J'ai bien entendu? Son premier Papa!!!

Julie, ne feignant même pas - RRRR... FFFFFllll
===

Vive Frérot! Grâce à toi je demeurerai intelligente! Et vous tiendrez bientôt un bon livre entre les mains.
Lire la suite...

Correspondance: La chasse est ouverte !

Des manifestations surnaturelles chez Anik et Julie? Woooohhhh---

De :
Julie ---
Envoyé : ---
À : Anik ---
Objet : La chasse est ouverte ! ---

Allô Anik, ---

L’Halloween approche. Les bricolages des filles fusent de toutes parts. Et les décorations extérieures brillent par leur absence… Je n’ai pas suffisamment de courage pour les installer… Quant à les enlever, je doute de réussir avant que ce soit le temps pour les décorations de Noël… IEA?

Avec les filles, on parle des peurs, des bestioles, des fantômes. Alors je me suis risquée à leur raconter une expérience de chasse toute particulière, que PapaZen et moi avons eu la (mal)chance de vivre cet été.

===
Par une belle effrayante nuit d’été, PapaZen et Julie dormaient à poings fermés, profitant d’une des rares fois où Frérot oublia de demander son boire nocturne. Quand tout à coup, un bruissement d’ailes se fit entendre… Dans un demi-sommeil, Julie ouvrit les yeux, pensant qu’un oiseau roupillait sur le bord de la fenêtre ouverte.

Mais le bruit mystérieux se reproduisit… Un froissement… régulier… à l’intérieur de la maison…

Julie se leva, déterminée anxieuse de trouver l’origine du bruit. Sur la pointe des pieds, elle marcha jusqu’à la mezzanine et écouta… Encore… Toujours…

Julie ouvrit la lumière et scruta l’horizon de sa maison…

VOILÀ! Un volatile d’une couleur indéfinissable suivait le mouvement des pales du ventilateur de plafond. Il tournait en rond sans s’arrêter et faisait (presque) autant de bruit qu’un oiseau rapace.

Julie, à la limite du chuchotement – PapaZen! Réveille-toi, il y a un monstre oiseau dans la maison!

PapaZen, dont les instincts de chasseur continuent de dormir au gaz, même depuis l’histoire de l’araignée - Hmmm…

Julie, se secouant les puces – Vite, il faut le faire sortir! J’ai pas envie qu’il chie partout dans la maison…

PapaZen, toujours au lit, y allant de ses recommandations – Ferme les portes des chambres des enfants. Et, ouvre la fenêtre.

Julie, déjà en train d’improviser un courant d’air – Que crois-tu que je suis en train de faire!

Beding. Bedang. BANG.

PapaZen, toujours au chaud sous les couvertures– L’as-tu eu?

Julie, commençant à s’énerver – Ça ne te ferait pas rien de te lever et de venir m’aider? $%?&*!

PapaZen, en bobettes, se grattant là où vous savez, les yeux dans le même trou, risquant une apparition dans le passage et esquivant l’affreux volatile d’un coup de tête (une scène d'une rare beauté) – Oh, merde!

L’oiseau de malheur ne comprit pas le message. Au lieu de prendre la sortie de secours récemment inaugurée, il descendit voletant de-ci de-là au premier étage. Voilà qui faisait une belle jambe aux deux super héros.

Julie, descendant les escaliers quatre à quatre – Il vient de rentrer dans la salle de jeux. Je l’enferme.

PapaZen, du haut des marches, répétant inlassablement – L’as-tu eu?

Julie, observant l’animal dans sa prison à travers la porte française – Je ne le vois pas. Il faudrait que j’ouvre la lumière. J’entrouvre la porte et la referme.

Et c’est à ce moment, dans cet élair de lumière, que TOUT s’expliqua. La hideuse bête vint s’accrocher au rideau de la porte française et observa Julie quelques instants. En petite boule, recroquevillée, deux crocs…

PapaZen, derrière la chasseuse d’un jour – Yeurk! Une chauve-souris!

Julie, dégoûtée – Ça alors… Elle a dû rentrer par la ventilation brisée dans la salle de bain… Ça fait des mois qu’on doit la réparer…

PapaZen, inquiet, les yeux écarquillés – Qu’est-ce qu’on fait?

Julie, lançant son plan machiavélique en regardant la bête dans les yeux – Tu rentres. Je referme la porte pour ne pas qu’elle se sauve. Tu ouvres le store sans te tromper de bord. Tu soulèves les deux clanches. Tu ouvres la fenêtre au max. Tu enlèves la moustiquaire. Et tu te croises les doigts pour qu'elle sorte… Où vas-tu?

PapaZen, risquant (probablement) une diversion – Bien, je m’en vais m’habiller. Je n’irai pas là-dedans en bedaine…

Pendant que le mâle de la maison chercha sa casquette, son pantalon, son chandail, ses bas et ses gougounes, Julie vit que le monstre s’était tapi dans un coin reculé de la bibliothèque. C’était le moment où jamais…

En bobettes elle-même, elle mit toutes les étapes du plan à exécution. Pendant ces quelques secondes qui lui semblèrent une éternité, elle se battit avec le store, les clanches, la manivelle et la moustiquaire. En refermant la porte derrière elle, elle essaya de chasser l’image terrifiante de la bestiole qui aurait pu s’accrocher dans ses cheveux.

PapaZen, arrivant à cet instant fatidique, accoutré comme pour aller tondre la pelouse – Je t’ai dit que j’y allais… pourquoi tu ne m’as pas attendu?

Julie, encore sous l’adrénaline – Je crois que ses ultrasons lui ont indiqué la sortie. Elle est partie…

PapaZen, séduisant à souhait – Je vais me coucher. Voilà une bonne chose de réglée! Bonne nuit, ma blonde.

Et c’est ainsi que se termina cette mésaventure. Après analyse, le mammifère était entré par la cheminée et avait trouvé son chemin jusqu’au sous-sol. De là, il avait progressé jusqu’au deuxième étage. Il avait commis son méfait seul. Et il dut avertir tout ses petits copains de ne pas s’aventurer chez nous car il y vivait un terrible épouvantail.

===

Ça t’est déjà arrivé une expérience semblable ?

Julie

©GrandeSoeur
________________________

Anik répond à Julie

De : Julie ---
Envoyé : ---
À : Anik ---
Objet : La chasse est ouverte ! ---

Hé, hé !

Tu m'avais déjà parlé de cette fameuse chauve-souris, mais j'avoue que ton récit détaillé m'a bien fait sourire. Définitivement, ton côté masculin est indéniable (alors que PapaZen semble posséder un petit côté féminin. C'est à se demander s'il a pris le temps de se coiffer un peu avant de redescendre pour la chasse à la chauve-souris…) ;-)

Ici, mis à part la chasse aux guêpes dont je suis la championne (c'est fou ce qu'un peu de Raid peut donner comme résultat pour ce type de chasse, surtout quand tes plafonds s'élèvent à 9 ou 10 pieds et que tu en fais à peine 5 (1m50) en hauteur…)

Non, le seul être digne de la fête d'Halloween qui hante peut-être ma maison, c'est ma grand-mère… En fait, il arrive souvent que les lumières de mes encastrés se ferment sans raison, pour rallumer un peu plus tard. Lorsque cela arrive, je suis souvent sous la lumière en question (oui, oui, je sais bien que ça arrive peut-être à d'autres moments, mais bon, laissez-moi mon petit côté ésotérique svp). Dans ce contexte, je me dis que c'est ma grand-mère, morte en 2007 à l'aube de ses 94 ans, qui me salue ou me fait un petit clin d'oeil. Et je m'empresse de lui répondre intérieurement (sinon, PapaRelax, rationnel au possible, pourrait me croire folle).

Je l'adorais, grand-maman Lessard, ou grand-maman Mariette, pour mes filles. Elle avait un de ses caractères, mais en même temps, le sourire toujours au visage. L'esprit allumé. Le regard vif et le sens de la réparti. Mon modèle de vieillesse, quoi. Dommage que ses yeux l'aient obligée à déménager dans un centre de retraite, à 92 ans, parce que je pense qu'elle serait encore des nôtres.

Enfin, c'est avoué, j'ai tendance à penser qu'il y a bel et bien une vie après la mort et que nos chers disparus veillent sur nous. Qui sait, c'est peut-être ta grand-mère qui t'a transmis la force d'évacuer cette méchante chauve-souris ? Ou qui te donne l'énergie de t'occuper de ta progéniture avec le sourire ?

En tout cas, moi j'ai seulement fait la moitié du chemin de ma grand-mère (elle a eu 6 filles alors que j'en ai 3), mais je ne vais pas la prendre en modèle pour cela. De toute manière, elle a toujours eu l'air de se demander pourquoi je voulais «autant» d'enfants ? Nos grands-mères ne l'ont pas eu facile… Mais la vie d'aujourd'hui est-elle plus simple ?

Bon, je m'éparpille… Passe une belle journée avec ton beau mâle chasseur…

A+

Anik
Lire la suite...

20 oct. 2009

Comment répondre aux questions délicates sur la mort?

J'ignore pourquoi, ces temps-ci PetiteSoeur nous pose beaucoup de questions sur la mort. Toutes les occasions sont propices. Peut-être est-ce en raison de la fête de l'Halloween qui s'annonce.

Voici un exemple survenu la semaine dernière...
-----

Lors du rituel du dodo, dans notre grand lit.

PetiteSoeur, réflexive - Maman, un jour tu seras grand-mère toi, hein?

Julie, pensant aux jours bénis où elle ne changera plus de couches - Oui, un jour...

PetiteSoeur, poursuivant sa logique - Et moi aussi, je serai grand-mère, hein maman?

Julie - Oui, toi aussi.

PetiteSoeur, soudain macabre - Alors je serai morte. Et tu seras morte.

Julie, essayant de réparer les pots cassés car, les cauchemars, ça arrive vite - Bien non. Pas nécessairement. Regarde Mamie, Grand-maman et Grand-mère, elles sont vivantes. Elles sont en bonne santé.

PetiteSoeur, prise d'un élan d'imagination farfelu - Oui, mais QUAND elles seront mortes, que tu seras morte, que je serai morte et que Frérot sera "morte", on va faire une grande soupe avec!

Julie, en fort mauvaise pédagogue, éclatant de rire - Hein? Mais pourquoi dis-tu cela?

PetiteSoeur, insultée - Pour rien. Bon dodo, Maman.

-----


Je m'en suis voulu.
L'important n'était pas de savoir POURQUOI elle disait cela, ni même QUI lui avait mis cette idée dans la tête ou encore OÙ elle avait entendu cela.
C'était de ne pas rire de sa remarque. J'en aurais appris beaucoup concernant ses drôles de conceptions cognitives...

© GrandeSoeur
Lire la suite...

19 oct. 2009

Comment prédire son avenir ? 1re partie

Anik Imparfaite, à l'approche de l'Halloween et de sa fête, se paie une petite visite chez Claire Voyante, une médium ou diseuse de bonne aventure... Appelez-ça comme vous voulez, vous voyez le topo...

Claire, mystérieuse - Bonjourrrrr Anik ! Alors, quels sont les secrets que tu souhaites que je te révèle ?

Anik, plus pragmatique - Bien, je me pose un certain nombre de questions sur mon avenir...

Claire, tentant d'exercer son don de voyance - Tu veux sans doute savoir si tu rencontreras l'homme de ta vie ?

Anik, pas très impressionnée - En fait, j'ai déjà la chance de vivre avec l'homme de ma vie. Non, mes questions sont plus terre à terre, mais elles préoccupent la maman que je suis.

Claire - Ah, tu as des enfants ?

Anik, pensant intérieurement qu'elle aurait bien dû le savoir - Oui, trois filles. Et je t'avoue qu'avec le travail, les projets, la vie de couple, les loisirs l'entretien ménager et tout le reste, je trouve mes semaines un peu trop remplies.

Claire - Je comprends, mais tu veux savoir quoi, au juste ?

Anik, timide - Bien la question va peut-être avoir l'air un peu stupide, mais j'aimerais avoir si je vais un jour réussir à ralentir le rythme, à me calmer et à prendre le temps de respirer ?

Claire, souriante - Très bien, je comprends ta question. Choisis quatre cartes dans mon paquet de tarot et tends-les moi.

Anik, concentrée, tend les cartes.

Claire, elle aussi très concentrée en retournant une carte - La première carte représente ce que tu vis dans le présent. C'est la carte du fou (ou le Mat XXII). Présentement, tu te sens un peu comme lui. Tu t'éparpilles dans tous les sens, tu cours et ta concentration n'est pas à son meilleur.

Anik - hochant la tête - Oui, c'est ça, j'ai l'impression d'avoir trop de priorités... Je n'arrive pas à faire le focus.

Claire, toujours sérieuse et s'emparant de la seconde carte - Celle-ci représente tes pensées. Tu as pigé la carte de l'Ermite (IX). Cela illustre ton côté intellectuel, le fait que tu aimes apprendre, mais aussi, cette carte représente une certaine lenteur. Tu sembles vraiment vouloir ralentir...

Anik, maintenant impressionnée - Tout à fait! Vous avez vu juste.

Claire, sérieuse - La troisième carte représente les influences extérieures. Tu as pigé la carte du Monde (XXI). On voit donc qu'autour de toi, ce ne sont pas les projets et les idées qui manquent. Une vaste gamme de possibilités s'offre à toi, tu as le monde à ta portée.

Anik, soupirant - Oui, mais dans un sens, c'est ça le problème. Comment réussir à me limiter et à faire des choix quand tant d'activités intéressantes sont possible ?

Claire, compréhensive - Nous allons voir avec ta dernière carte si tu réussiras à trouver cette réponse. Tu as pigé la cartes des amoureux (VI). Hum... Cette carte illustre la dualité. Tu dois faire un choix entre deux choses, deux personnes, deux projets, deux priorités... Bref, tu dois choisir. Tu ne peux pas tout avoir ou tout faire.

Anik, désemparée - Alors, je ne suis pas plus avancée ?

Claire, autoritaire - Attends ! Nous allons calculer la résultante de tes cartes, pour pouvoir comprendre ce que tu feras de tout cela. Voyons voir : 22 + 9 + 21 + 6 = 58. 5 + 8 = 13. Treize, c'est la carte de la Mort.

Anik, soudain inquiète - La mort ?

Claire, rassurante - Ne t'en fais pas, c'est une très belle carte. Elle indique tout simplement une transformation. La fin d'une étape ou de quelque chose. Dans ton cas, cette réponse m'apparaît positive. Je crois qu'après avoir tergiversé sur tes priorités et sur le fait d'aller rapidement ou plus lentement, tu finiras par faire le bon choix et arriver au calme et au ralentissement que tu souhaites. L'Anik stressée et rapide mourra en quelque sorte et fera la place à une Anik plus posée, plus calme et plus apte à profiter du moment présent.

Anik, soudainement soulagée - Je comprends. Wow, je suis soulagée de l'apprendre, moi qui croyais que le calme et un rythme plus tranquille étaient hors de ma portée...

Claire, philosophe - Aie confiance, la sagesse vient avec l'âge et si tu souhaites vraiment ralentir, tu trouveras les ressources en toi pour te satisfaire de ce que tu as sans avoir besoin de courir pour atteindre autre chose.

Anik,confiante - Faire confiance, avoir la foi en moi... C'est vrai. Après tout, si je souhaite ralentir, pourquoi n'en serais-je pas capable ?

______________________________
Quelle sera la prochaine question d'Anik ?
Si vous avez des dons de clairvoyance, faites-vos prédictions!

N'hésitez pas non plus à formuler vos (généreux) commentaires généraux sur ce billet, comme toujours... :-)
Lire la suite...

L'HALLOWEEN: Plus de plaisirs et de bonbons, moins d'efforts

Des bonbons svp !
© GrandeSoeur
Lire la suite...

L'Halloween : fête des enfants ou calvaire des parents ?

Le compte à rebours est commencé. Déjà, les fantômes, sorcières et citrouilles hantent nos rues. La course au costume d'Halloween qui fera le bonheur de notre enfant (qu'il fasse froid, chaud, qu'il neige ou qu'il pleuve; vive le climat québécois d'octobre !) est enclanchée, sans parler des achats de bonbons. D'ailleurs, ces achats empêchent presque Anik de faire le versement d'octobre sur son hypothèque (c'est à peine exagéré, puisqu'elle reçoit 600 enfants en 1h15 ou 1h30. Tant pis pour ceux qui arrivent après la rupture des stocks).

Bref, l'Halloween, pour vous, c'est plaisir ou corvée ?

D'ici le 31 octobre, découvrez comment nous faisons en sorte d'apprécier l'Halloween, malgré tout, car c'est l'une des fêtes préférées des enfants…

Nous avons bien hâte de découvrir vos commentaires effrayants et vos astuces magiques à ce propos.

Vos sorcières préférées,
Anik et Julie
Lire la suite...

18 oct. 2009

Comment se sentir plus intelligente ?

Ça vous arrive de vous dire que vos neurones sont en grève ? Ou parties dans une contrée lointaine ? Ou perdues dans la chambre de votre bébé à cause des trop nombreuses nuits de sommeil écourtées ? Soit dit en passant, il semblerait que le manque sommeil influence véritablement le Q.I. (à la baisse, je le précise, au cas où justement votre Q.I. serait affecté par le manque de sommeil).

Personnellement, je n'ai pas de difficulté à le croire... Cette semaine, j'étais bien fatiguée au point de dire à PapaRelax : « Tu n'as pas assez fait de pogos (ouf, je l'avoue, on a mangé ça il y a quelques jours), 2 pour toi, 2 pour moi, 2 pour Philosophe et 1 pour les deux autres filles, ça fait... euh... Ça fait... euh... 8 et il en manque. » Je recompte les pogos pour m'apercevoir qu'il y en a pourtant 8, alors que j'ai fait deux fois le décompte de manière erronée auparavant. C'est difficile, compter jusqu'à 8. Ça doit être parce que les pogos n'étaient pas placés en ligne ;-), hé, hé... Mais n'ayez crainte, je suis généralement une fille intelligente, d'où ma chevelure brune (je blague...).

Mais tout de même, il y a certaines blondes (et des brunes et des rousses aussi, je vous l'accorde) qui font en sorte que l'on se trouve soudainement très intelligente à la comparaison, comme celle de cette petite vidéo qui dure un peu plus de 3 minutes. À écouter si vous avez besoin d'un petit remontant et de vous détendre ou si vous voulez rire de la grande culture de certains Américains («Quoi, il existe d'autres pays dans le monde que les ÉU?»).



Des femmes intelligentes parmi vous ?
Lire la suite...

17 oct. 2009

Recette de la semaine : gelée de pommes pour les astucieuses (versions enfants et adultes) et sorbet maison absolument délicieux

En cette période où les pommes sont à l'honneur, je vous propose une recette qui vous permettra de recycler les restes de pommes (pelure et coeur), sans vraiment d'efforts... Merci à ma copine Andréanne qui est la source d'inspiration de cette recette. 

____________________
Gelée de pommes sensass
  • Après avoir utilisé vos pommes pour une recette quelconque (comme le sorbet dont je vous parlerai plus bas), ramassez tous les coeurs et les pelures de pommes et lancez-les dans un chaudron profond. Si vous avez l'âme d'une «basketballeuse», amusez-vous à réaliser cet exploit d'un bout à l'autre de la cuisine.
  • Ajoutez de l'eau (une proportion de 2 tasses d'eau par 454 grammes (une livre) de pommes) et un peu de jus de citron.
  • Laissez mijoter pendant 45 minutes.
  • Égoutez le jus dans un sac ou une passoire.
  • Mesurez le jus et ajoutez 1 tasse de sucre par tasse de jus.
  • Faites fondre le sucre dans le jus en faisant bouillir pendant une vingtaine de minutes. La gelée est prête quand des gouttes de liquide chaud se figent dans une assiette froide.
  • Écumez si nécessaire et rangez au réfrigérateur dans un pot.
Version adulte (rien de sexuel, n'ayez crainte, quoique si vous voulez l'utiliser pour beurrer votre conjoint, c'est à votre guise): ajoutez du porto à la gelée, à la fin de la recette.

J'utilise cette gelée comme accompagnement à fromage. Sur une tranche de pain baguette, c'est délicieux (avec ou sans fromage)...
_____________________________

Sorbet aux pommes 1-2-3 pour les paresseuses


1) Mettez 1 tasse de sucre (ou moins) dans votre mélangeur
2) Mettez 2 tasses de lait dans votre mélangeur
3) Mettez 3 tasses de pommes (ou autre fruits) dans votre mélangeur

Je vous laisse deviner la prochaine étape ? Oui, c'est ça : mélangez jusqu'à consistance lisse...

Versez le tout dans un pot et congelez... Voilà le travail ! Pour un sorbet à consistance moins dure, utilisez une sorbetière pour brasser et refroidir votre mixture. Ajoutez un peu de cannelle dans votre sorbet aux pommes, c'est délicieux !

Quelques commentaires à propos de cette recette:

Commentaire de PapaRelax : « Le sorbet aux pommes, c'est le meilleur sorbet du monde. »
Commentaire de MamanCheap : « Économique, ce sorbet. En guide de temps et d'argent... »
Commentaire d'enfants imparfaits « Encore du sorbet, maman ! »
Lire la suite...

16 oct. 2009

À quoi ça sert, les garçons?

Vous arrive-t-il de pester contre votre homme au point de vous demander, le plus sincèrement du monde : « À quoi ça sert, les hommes ? ». Au point d'avoir le goût de vivre le concept de la Galère dans sa plus simple expression, c'est-à-dire emménager avec vos meilleures copines et laisser Monsieur se débrouiller... (visites conjugales en sus) ?

Chose certaine, les petites filles ont leur opinion sur l'utilité des garçons. Et la jeune dame de ce vidéo en a une plutôt amusante (consternante) et sans nuance de la gente masculine... Une petite minute et 34 secondes qui vous feront bien rire, je vous le dis... Après cette vidéo, je vous invite à m'indiquer à quoi servent les hommes... Je commence la liste pour vous mettre en train, plus bas.



Les hommes, à quoi ça sert ?(l'ordre n'a pas d'importance)

1) Réparer l'ordinateur
2) Pelleter l'entrée
3) Faire des massage dans le dos
4) Sortir les poubelles
5) Tuer les insectes répugnants (hum, Julie n'est pas si certaine)

Vos ajouts ?
Lire la suite...

Comment (ne pas) cacher ses péchés mignons?

En cette première édition de la Journée de la gourmandise, en exclusivité sur Imparfaite, et alors?, laissez-nous nous confesser, PapaZen et moi.

En fait, PapaZen plus que moi. Probablement parce que je suis un peu plus discrète. Ou que j'ai plus de retenue.

===

Julie, bordant PetiteSoeur, comme à chaque soir - Alors voilà ma puce. Tu as tout ce qu'il faut pour passer une bonne nuit. Ton toutou, ton bisou et ton câlin. Bon dodo, ma belle.

PetiteSoeur, habituée à étirer le temps - Est-ce que Papa peut venir me coller?

PapaZen - J'arrive, PetiteSoeur. Allez ouste, Maman. Laisse-moi coller cette belle poulette et lui donner plein de bisous!

PetiteSoeur, riant bruyamment à l'avalanche de bisous, puis cessant subitement, un point d'interrogation dans les yeux - Papa?

PapaZen, surpris - Demande-moi ce que tu veux, ma puce. J'ai réponse à tout!

PetiteSoeur, reniflant - Ça sent les "chippes" dans ma chambre!

PapaZen, finalement pas si surpris que son haleine de Doritos l'ait trahi - Tu trouves?

PetiteSoeur, sérieuse - Ouais. Je ne sais pas ce "qui s'est arrivé". Tu le sais, toi?

PapaZen, bien pris qui croyait prendre - Non. Mais je te souhaite bonne nuit.

===

C'est là qu'une mère se dit "Bah. PapaZen s'est fait prendre la main dans le sac, et alors? Il fera attention la prochaine fois..."

MAIS NON! Le cerveau masculin est programmé pour effacer ces incidents. De sorte qu'ils peuvent se produire à répétition, dans des situations tout aussi loufoques les unes que les autres.

===

PapaZen, démarrant la voiture, cherchant le poste de radio qu'il faut, farfouillant dans ses poches puis décidant enfin d'embrayer - Tout le monde est la?

Les filles, en choeur - Ouiiii!!!!!!

Julie - Alors, bonne route! Par quelle étape commençons-nous, mon pitou?

PapaZen - Bien, j'avais pensé...

PetiteSoeur, yeux froncés, interrompant l'intense effort de planification de son père - Papa?

PapaZen - Oui, PetiteSoeur?

PetiteSoeur, reniflant - Tu ne trouves pas que ça sent la pâte à "mogueler"?

PapaZen, surpris que son haleine de Juicy Fruit l'ait trahi - Tu trouves?

PetiteSoeur, sérieuse - Ouais. Je ne sais pas ce "qui s'est arrivé". Tu le sais, toi?

PapaZen, bien pris qui croyait prendre - Non. Mais je te souhaite bonne route.

===

Bref, merci de nous avoir laissé confesser nos péchés mignons, à PapaZen et moi.

En fait, plus PapaZen que moi. Probablement parce que je suis un peu plus discrète. Et que je me cache derrière la porte du garde-manger pour engloutir mes biscuits au chocolat... ou que j'attends qu'elles aient fini leur compote de fruits pour me servir un dessert digne de ce nom... ou qu'elles soient couchées pour en manger une deuxième part...
Lire la suite...

15 oct. 2009

Comment aimer les mercredis?

Ouf. Ma journée d'hier a passé sans que je m'en aperçoive.

Tout d'abord, j'ai fait plusieurs trucs imparfaits.
  • Je me suis levée très tôt après 5 petites heures de sommeil. (Je m'étais couchée à minuit pour relire les pages 1 à 88 de notre livre qui sortira bientôt, pages passées sous l'oeil de lynx de notre réviseure linguistique.)
  • J'ai suivi les conseils avisés de Béka, Mamanbooh et de La Belle et j'ai mis un peu de crème de jour, un peu de crème de nuit. (Voyant mon piètre état au bureau, j'en ai rajouté un peu.)
  • J'ai repoussé au lendemain la consultation à la clinique d'urgence pour la toux de Frérot. (J'espérais qu'elle passe enfin...)
  • Juste avant d'affronter l'heure de pointe, j'ai retenu mes jurons quand PapaZen m'a appris qu'il avait mis à la poubelle tous les restes du souper de la veille que j'avais prévus pour le souper du soir.
  • J'ai laissé mes pantalons d'armée sur la rampe d'escalier à la maison .(Les employés de la boîte où je travaille font des pressions syndicales)
  • J'ai dîné devant mon ordinateur pour poursuivre ma lecture des pages révisées. (Vous ai-je dit que j'ai encore raté mon défi d'être une prépareuse en série que je me suis encore fait cuire du spaghetti à 5h15 du matin?)
  • Je n'ai pas consacré une seule minute à mon objectif A de la journée.
Bref, tous les ingrédients y était pour passer une journée folle, comme le mardi d'Anik! Mais soyez sans crainte, j'ai aussi fait quelques bons coups.
  • J'ai parlé à LA personne qu'il faut au ministère de l'Éducation et elle a accepté de venir faire un discours pour L'ÉVÉNEMENT de la décennie pour le site que je coordonne. (Demandez et vous recevrez! Je vous dis, ça marche presque tout le temps.)
  • J'ai parlé à LA personne qu'il fallait dans mon réseau pour orienter l'atelier que je dois donner samedi matin. (Merci Geneviève!)
  • J'ai reçu un courriel de Mère Indigne en matinée qui me demandait si je souhaitais toujours aller avec elle au lancement des (z)imparfaites. (J'avais, genre, comme, légèrement, vraiment oublié cet événement.)
  • J'ai parlé à LA secrétaire qu'il faut à l'école de PapaZen pour lui dire que non, je n'étais plus fâchée, que oui, il était beau, gentil et intelligent... mais que je devrais rentrer tard ce soir parce que j'avais une sortie mondaine. (Oui, il pouvait aussi amener les filles au McDo à défaut de leur préparer un autre menu en remplacement de celui qu'il avait malencontreusement balancé aux ordures)
  • Après la bénédiction de l'homme de ma vie, je me suis alors félicitée d'avoir laissé mes pantalons d'armée sur la rampe d'escalier. (Sans quoi j'aurais eu l'air complètement troublée de me présenter là-bas accoutrée ainsi! C'est là que je me suis rappelé qu'il ne faut jamais remettre au lendemain le moment de refaire sa teinture, alors j'ai remis un peu de crème de jour pour compenser...)
  • J'ai parlé AU collègue qu'il faut pour lui demander quelque chose que je ne lui avais jamais demandé: me prêter 20$ pour passer la soirée car je n'avais pas une "cenne" sur moi. (Merci André!)
  • Après avoir fait une balade en métro avec un collègue en pantalon d'armée, j'ai retrouvé Mère Indigne à notre lieu de rendez-vous avec 10 minutes de retard. Pour vos potins personnels, elle est dans une forme resplendissante et jongle avec différents projets tout aussi intéressants les uns que les autres. (On dirait que le meilleur est à venir!)
  • J'ai principalement fait la connaissance de So (mère de PetitLoup et de Choupinette) et Nancy (mère des triplés) avec qui j'ai eu la chance de placoter. Je les ai félicitées pour leur belle soirée.
  • J'ai parlé AU collègue qu'il faut qui a accepté de me ramener à la maison après cette journée essoufflante. (Merci Sébastien! C'est la première fois que je m'empiffre d'un trio McDo avec quelqu'un habillé en pantalon de camouflage...)
Je vous rassure, je prends congé aujourd'hui pour finir de relire les pages de notre livre pour que vous l'ayez ENFIN en mains d'ici quelques jours. Et je vais à la clinique avec Frérot...
Lire la suite...

Trucs imparfaits : visez plus en faisant moins pour simplifier vos lunchs

Pour celles qui ne veulent pas faire comme PapaRelax, c'est-à-dire jeûner parce que vous avez oublié votre lunch à la maison, voici quelques trucs simples. Certains sont sont inspirés du spécial Boîtes à lunch (dont voici un extrait) paru le 19 septembre dernier dans La Presse. ---

Regroupez : Dans un tiroir ou sur une tablette, regroupez tout ce qui sert d’accompagnement aux lunchs (barres tendres, craquelins, biscuits, petites sucreries du vendredi, salade de fruits, compote, céréales sèches, etc.) Faites pareil pour les aliments réfrigérés (fromage, yogourt *, …). Lorsque vous préparez votre lunch, suffit de jeter un coup d’œil à ses endroits stratégiques pour choisir les quelques items qui vous sont nécessaires.

Faites simple: Inspirez-vous de recettes si cela vous chante, mais laissez-vous guider par votre instinct. Essayez différentes combinaisons, ajoutez des couleurs et des textures, présentez le tout dans un contenant rigide qui mettra votre création en valeur.

Laissez-vous tenter: Plusieurs ont tendance à acheter en gros les éléments qui composent les boîtes à lunch. C'est économique, mais redondant. Faites-vous plaisir et achetez ce petit quelque chose qui vous fera saliver. Une petite surprise en ouvrant la boîte à lunch? Miam! Pourquoi pas!

Bénéficiez de l'avis de vos petits experts: Prenez la peine d'interroger les principaux intéressés. Demandez-leur de donner une note à leurs repas du midi, ou mieux encore, préparez une dégustation en famille où chacun sera libre d'annoncer ses préférences.
Lire la suite...

14 oct. 2009

Comment détester les mardis ?

Qu'est-ce qu'il y a de pire qu'un mardi?
Un mardi qui suit un lundi de congé férié.

Hier matin, c'était le branle-bas de combat ici... Voici les ingrédients d'un mardi matin qui commence mal...

  1. Philosophe a sa photo scolaire et je dois la peigner avec un peu plus de recherche que d'habitude... C'est long... En plus, c'est supposé être une photo à l'extérieur, alors tentative de trouver des vêtements chauds mais jolis...
  2. Mes deux plus petites commencent leur activité parascolaire parent-enfant et j'ai deux lunchs de plus à préparer (d'accord, c'est juste une collation, mais tout de même)...
  3. Les sacs de garderie sont à préparer pour la semaine... Il manque des couches, alors je ne dois pas oublier...
  4. Il pleut et l'autobus scolaire est à l'avance. Je n'ai pas eu le temps d'habiller Bébé Ange Cornue pour qu'on accompagne Philosophe dehors (parce que si je lui laisse un parapluie, trois choses peuvent se produire : soit elle le perd, soit elle l'oublie à l'école, soit elle le brise par mégarde). Résultat : l'autobus passe devant la maison alors que nous sommes dans le cadre de porte, mais le chauffeur ne s'arrête pas. Je dois donc courir comme une foule dans la rue en criant «Monsieur, monsieur...» Une chance, il s'est arrêté... Mais tout est arrivé si vite que je ne me souvenais même plus si j'avais mis son lunch dans son sac. Mais, avec ma logique incroyable, je me suis dit que si le lunch n'était pas visible dans la maison, il devait bien être dans le sac de ma fille (ça vous arrive, de ne plus vous souvenir de ce que vous faites, comme cela) ?
  5. AngeCornue est déchaînée. Elle pleure sans raison apparente pendant une dizaine de minutes avant le départ pour notre activité.
( Petite pause dans cette matinée à la course : notre activité est bien intéressante et les filles ont du plaisir... )

6. Je reviens à la maison et je constate que je n'ai pas de téléphone ni d'Internet... mais que je dois en théorie répondre à une dizaine de courriels urgents de mon éditeur et que je ne peux pas l'appeler pour lui dire que je suis en panne de communication... Je vais donc sonner chez ma nouvelle voisine (que je n'ai jamais encore vue), chez qui j'arrive comme une cheveu sur la soupe pour lui emprunter son téléphone... Charmante voisine en congé de maternité avec un bébé de 5 mois qui dort peu, chez qui je n'ai pas la décence de penser que même s'il est 12h15, il serait peut-être bien que j'évite de sonner pour ne pas réveiller le bébé (ça se perd vite, l'habitude de penser qu'un bébé peut dormir n'importe quand)... Ouf, je n'ai pas réveillé le charmant poupon... J'appelle mon chéri pour qu'il contacte mon fournisseur Internet (mais il ne réussira pas, car la panne touche 100 000 abonnés, alors les lignes sont saturées)...

7. Je décide de mettre en pratique ma résolution de prendre 15 minutes de plein air par jour. Je me prépare pour mon jogging (en me disant que je vais courir jusqu'à la bibliothèque pour aller envoyer mes courriels). Je constate alors qu'il pleut, mais...

Préparez-vous ici à un revirement complet de situation...

Le téléphone sonne... Hourra, la panne est rétablie. J'ai donc pu finir mon travail, faire mon petit jogging à 16h00, avec un simili-soleil, et même faire un peu de yoga...
J'ai savouré mon vin-fromage-Galère, puis travaillé un peu et relaxé en fin de soirée...

Comme quoi, n'importe quelle journée peut finir par s'améliorer...

Passez une belle journée!
Lire la suite...

Un détour dans le Web imparfait : la variété dans les boîtes à lunch. Mythe ou réalité?

Vous ne savez plus quoi mettre dans vos boîtes à lunch? Qu'à cela ne tienne, voici quelques références qui pourraient vous dépanner ou vous faire réfléchir! ---

Quand nutrition et écologie riment avec boîte à lunch bien garnie! / Carrefour éducation ---
Comment relever le défi d’une boîte à lunch écologique? Comment briser la routine? Comment sensibiliser les enfants aux mesures d’hygiène reliées à la manipulation de leur boîte à lunch? ---

Solutions simples pour la boîte à lunch / Kraft* ---
Comment en mettre plein la vue à Junior! ---

Des idées pour la boîte à lunch des enfants / PetitMonde*
Comment varier le contenu de la boîte à lunch en répondant aux besoins nutritionnels des enfants?

La boîte à lunch nutritive / Extenso*
Comment réinventer le sandwich et donner une deuxième vie au repas familial?

Rentrée scolaire : des sandwichs à… rien! / Blogue Parlons Famille*
Comment s’en sortir quand les médias véhiculent qu’à peu près tout le contenu d’une boîte à lunch pourrait être nocif pour la santé?
Lire la suite...

Comment être embêtée?

Quand on se lève à 4h45 du matin, devrait-on mettre une crème de jour ou de nuit?
Lire la suite...

13 oct. 2009

Comment gâter la mère en vous (ou une mère que vous connaissez) ?

Pour la chronique littéraire de ce matin, une chroniqueuse de l'émission radio C'est bien parfait le matin présente le blogue Imparfaite, et alors? et le livre du même nom.

===

Chroniqueuse, emballée - Anik et Julie, deux nouvelles auteures, lèvent le voile sur les hauts et les bas de la vie de famille. L'imperfection et l'indignité maternelles sont des concepts fort en vogue...

Autres chroniqueurs, acquiesçant - C'est vrai... il n'y a qu'à penser au succès littéraire de Mère Indigne et au blogue des (Z)imparfaites.

Chroniqueuse, volubile - C'est là tout le mérite de ces deux jeunes mères de famille: elles ont réussi à aborder le concept selon un angle nouveau. Quand je les ai interrogées, elles me l'ont d'ailleurs confié clairement. "Pourquoi recommencer ce que d'autres réussissent déjà très bien? Même si nous abordons le même sujet que d'autres, nous nous sommes donné le défi de trouver un style et une approche qui nous caractérisent vraiment."

Animateur - Ont-elles réussi ce tour de force?

Chroniqueuse - Sincèrement, j'en suis épatée. Mais avant de justifier pourquoi je suis conquise, j'aimerais souligner qu'elles sont si imparfaites qu'elles ont mis deux ans à fignoler leur concept. Ce n'est qu'en janvier dernier, enfin satisfaites, qu'elles ont entrepris le processus d'écriture du livre Imparfaite, et alors?. En avril, elles ont lancé le blogue du même nom. En juillet, elles ont déniché leur éditeur...

Autre chroniqueur - Tout porte à croire que 2009 est leur année!

Chroniqueuse, hochant de la tête - Je le pense aussi. L'idée de base de leur livre est tout simplement géniale! Je n'ai rien vu, en librairie, qui ressemble de près ou de loin à leur produit. Et c'est peut-être pour cette raison que Mère indigne en signe la préface...

Animateur - Vraiment?

Chroniqueuse - Les auteures sont confiantes de ne pas copier le concept des autres et elles l'ont prouvé à Caroline Allard, la "maman" de l'heure en lui faisant parcourir les premiers chapitres de leur manuscrit. D'ailleurs, Anik et Julie sont un peu différentes des autres. Ce ne sont pas des "imparfaites naturelles". Pour reprendre leurs propos, ce sont deux "perfectionnistes qui se soignent".

Animateur - J'imagine que ça permet aux lecteurs de leur faire confiance?

Chroniqueuse, frappant son poing sur la table - Bien sûr! Elles sont amies de longue date et leur complicité est mise en évidence dans les différents types de texte qu'elles présentent. Par exemple, pour introduire chacun des onze chapitres de leur livre, elles présentent des extraits réels de courriels qu'elles ont échangés au fil des années et de leurs maternités! Cela donne beaucoup de support au contenu tout en donnant l'impression de s'immiscer dans leur vie...

Autre chroniqueur, visiblement amateur de potins - Intéressant!

Chroniqueuse - Et elles terminent cette douzaine de thèmes - allant de la vie de couple à la gestion du temps, en passant par le temps personnel et la cuisine - par des confidences de mères imparfaites. S'y trouve tout ce que les mères devraient savoir, mais qu'on n'a jamais osé leur dire...

Animateur - Et pour ce qui est entre le début et la fin des chapitres...

Chroniqueuse, un brin espiègle - Il n'y a qu'à attendre la sortie de leur livre prévue en novembre prochain pour connaître cette surprise! Je me risque quand même à vous confier que le style qu'elles ont développé dans les caricatures récemment publiées sur www.imparfaite-et-alors.com/ est mis à l'honneur.

Autre chroniqueur - Vous disiez tout à l'heure que ce blogue est tout récent...

Chroniqueuse - Effectivement, leur vitrine sur le Web célèbre ses six mois d'existence ces jours-ci. Anik et Julie me confiaient que des milliers de visiteuses (et visiteurs!) étaient déjà devenus adeptes de leurs billets publiés quotidiennement. Je vois deux raisons à cette hausse rapide dans les palmarès de blogues. La première, c'est qu'en plus d'être mère de trois enfants chacune, elles oeuvrent toutes deux dans le domaine du Web éducatif et de la rédaction.

Animateur - Voilà qui est tout à leur avantage. Et la seconde raison?

Chroniqueuse, enjouée - Je dois vous avouer que mesdames Routhier et Beaupré écrivent très bien. Elles ont un style vif et souvent humoristique. Elles savent porter un regard amusé sur les petits désagréments de la vie sans jamais tomber dans le ton moralisateur ou le cynisme. Voilà qui me plaît beaucoup.

Autre chroniqueur - Le livre sera-t-il disponbile pour le Salon du livre de Montréal 2009?

Chroniqueuse, enthousiaste - Leur éditeur, Un monde différent, répond par l'affirmative! En plus d'avoir eu une étincelle de génie, ces jeunes auteures ont une bonne étoile qui veille sur elles. Anik et Julie sont ambitieuses, mais elles avouent être les premières surprises du tourbillon rapide dans lequel elles sont entrées. En janvier dernier, jamais elles n'auraient songé que leur projet illustrant le cheminement vers une saine imperfection se bouclerait en moins d'un an. "Nous sommes euphoriques juste à penser que notre livre sera prêt pour le temps des Fêtes".

Autre chroniqueur, conquis - Quelle bonne idée de cadeau de Noël à offrir ! Et même, pourquoi pas comme cadeau de naissance?

Chroniqueuse, savourant la question - Cher collègue, vous me volez les mots de la bouche! C'est d'ailleurs ce que j'achète à ma soeur qui accouchera dans 4 mois. Des heures de plaisir l'attendent. Après tout, Bébé n'est pas le seul à pouvoir être gâté à sa naissance, maman Mérite elle aussi des petites douceurs. Mais que vous soyez une mère expérimentée ou une nouvelle maman, vous adorerez le livre Imparfaite, et alors ? Je vous le garantis !

Animateur - Et comment peut-on se procurer le livre ?

Chroniqueuse, à l'affut des meilleures économies - Vous pouvez évidemment l'acheter en librairie, mais si vous souhaitez encourager les auteures et économiser, vous pouvez commander directement sur leur site Web. Le livre est déjà disponible en pré-commande et vous sera posté en novembre. Procurez-vous votre copie dès maintenant. Bonne lecture !
Lire la suite...
 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon