14 janv. 2010

Julie passe sa famille au détecteur de mensonge

Mardi matin. 6h15.
Branle-bas de combat. Toute la famille de Julie se prépare à partir. Les dents sont brossées. Toutes les mitaines ont trouvé leur jumelle. Tous ont les bonnes bottes dans les bons pieds. Les lunchs sont prêts. Trois jeux de trois enfants restent au salon (pas le temps, on ramassera ce soir!). Les lunettes sont lav...

PapaZen, soupirant - PetiteSoeur? Où sont tes lunettes?
PetiteSoeur, soupirant aussi - Je ne sais pas.
Julie, s'en mêlant - PetiteSoeur, c'est ta responsabilité de trouver tes lunettes le matin et de les mettre.
GrandeSoeur, s'en mêlant aussi - Ouais, c'est vrai ça. Regarde, moi je les ai trouvées toute seule et je les ai mises toute seule. C'est facile, je les mets toujours au même endroit le soir.
PetiteSoeur, ne bronchant pas (mais se promettant certainement, un jour, de répondre vertement à son aînée) - ...

Julie partit faire une petite tournée des endroits habituels pour ranger les lunettes. Salles de bain. Chambre. Salon. Rien.
PapaZen (re)partit (re)faire une grande tournée des endroits habituels pour ranger les lunettes (car Julie regarde habituellement très mal). Rien.

PapaZen, impatient - Bon, allez! On part quand même sinon on sera tous en retard! PetiteSoeur, on cherchera ensemble ce soir.

===
Mardi PM. 16h30.
Branle-bas de combat. Toute la famille de Julie revient à la maison. Toutes les mitaines perdent leur jumelle. Tous lancent leurs bottes jusqu'à ce que la montagne ressemble au Mont Everest. Les boîtes à lunch gisent dans l'entrée contenant leurs contenants non rincés. Les trois enfants sortent chacun un jeu (pas le même que celui laissé au salon le matin même, ce serait pas cool), et éparpillent les nouvelles pièces un peu partout.

Julie, tentant de trouver un semblant de paix dans la cuisine laissée en fouillis quelques heures plus tôt - Bon, restons zen et pensons au souper!
PapaZen - Ouais... au fait, ça me fatigue cette histoire de lunettes...
Julie - Tu vois comme je suis zen, j'avais oublié ce détail croustillant... Je dis "faisons le ménage de l'îlot, du comptoir de cuisine, de toutes les bibliothèques de la maison et nous les retrouverons". Mais avant, je dis "Interrogeons la coupable".
PapaZen, prenant le défi à coeur, s'exclamant bruyamment - Oyez, oyez! Gente dame PetiteSoeur, veuillez vous approcher à la barre!
PetiteSoeur, laissant son jeu à contre-coeur - Oui, papa?
PapaZen, poursuivant - PetiteSoeur, vous avez déclaré ce matin ne pas savoir où étaient vos lunettes. Le savez-vous maintenant?
PetiteSoeur, sûre d'elle - Euh... non.
Julie, essayant de trouver un trou dans l'armoire pour tous les pots de garniture pour les rôties et faisant preuve d'un peu de protection maternelle - PetiteSoeur, il faut réfléchir au moment où tu les as enlevées. T'en souviens-tu?
PetiteSoeur, assurée - Non.
Julie, y allant un peu fort sur les hypothèses (et sur la porte du garde-manger qui refusait de se fermer) - Les avais-tu quand tu as joué dehors hier? Les as-tu remises après ta douche? Les avais-tu quand Papa a lu ton histoire?
PetiteSoeur, doutant quand même un peu - Je ne sais pas, maman.
PapaZen, d'une voix claire - Nous appelons le premier témoin. GrandeSoeur, veuillez vous présenter à la barre.
GrandeSoeur - Oui, papa.
PapaZen - Nous ferons appel à votre mémoire photographique, chère dame. Vous souvenez-vous si votre PetiteSoeur avait ses lunettes quand vous avez jouer ensemble dehors hier.
GrandeSoeur - Oui. Elle les avait.
PapaZen - Avez-vous une preuve de ce que vous avancez?
GrandeSoeur, intimidée - Oui. Il y avait de la buée dedans quand elle est rentrée. Et elle les a enlevées.
PapaZen, s'adressant à Julie - Le témoin est à vous.
Julie, jouant "safe" et ajoutant encore plus de douceur à sa voix - Je préfère interroger à nouveau la présumée coupable. PetiteSoeur, c'est important de nous le dire. Elles sont où tes lunettes?
Frérot, pointant le réfrigérateur chaque fois qu'on commence une question par "elle est où..." - Da?
PetiteSoeur, inspirée tout à coup - Peut-être que c'est mon "écudatrice" qui les a mises à la poubelle? Ça se pourrait ça... hein, maman?
Julie regardant PapaZen, un éclair de compréhension dans le regard - Merci, les filles, vous pouvez aller jouer.

===
Mardi PM. 17h00.
Croyant être sur une bonne piste, Julie et David fouillèrent frénétiquement (et comme deux imbéciles bernés) toutes les poubelles de la maison en ruminant. Et aussi le bac de récupération qui contenait à peu près 46 bricolages de GrandeSoeur. Pas de lunettes. Le désespoir monta d'un cran.

PapaZen, agacé - Oyez, oyez! Le Juge appelle à la barre Frérot.
Frérot, occupé à vider le contenu de l'armoire des bols en plastique ET celle de la vaisselle des enfants ET des collations, relevant la tête - ...
PapaZen, s'acroupissant - Frérot, elles sont où les lunettes de votre PetiteSoeur? Si vous aviez fait une boule avec, je serais heureux de le savoir!
Frérot, pointant le réfrigérateur - Da?
Julie, sentant la soupe chaude - Je suis certaine qu'elle nous cache quelque chose... On dirait qu'il y a eu un ouragan dans la maison, mais nous avons vérifié plusieurs fois tous les endroits stratégiques. Toi. Comme moi.
PapaZen - En même temps, je ne pense pas. Elle a passé la journée comme si de rien n'était à la garderie. Même quand son éducatrice lui a demandé où étaient ses lunettes, elle n'a rien dit. Mais comme tu regardes foutrement mal, je vais aller faire une autre tournée. Peut-être qu'en passant l'aspirateur, je les trouverai?

===
Mardi PM. 18h00.
Ce n'est qu'une fois le plancher des 3 étages de la maison libéré de toutes ses miettes, que PapaZen explosa.

PapaZen, en crisse - PetiteSoeur! J'ai fouillé partout. Je ne suis pas content. Tu vas venir ici tout de suite et m'aider à chercher !
PetiteSoeur, peu intéressée - Papa, ce n'est pas juste. Je n'ai pas fini de jouer à l'"ordirateur"!
Julie, tenant de faire baisser la tension - C'est prêt! Venez manger. J'ai mis une chaise de plus pour St-Antoine-de-Padoue. Il va nous aider!
GrandeSoeur - Qu'est-ce qu'on manger?
Julie - Je pourrais faire un mauvais jeu de mots et te dire qu'on mange de la soupe aux lentilles mais je n'oserai pas. Papa va se fâcher.
GrandeSoeur - En tout cas, j'ai rangé tous les jeux qui étaient sur le plancher de la salle de jeux. Il y en avait beaucoup, c'était long. J'ai trouvé le morceau de casse-tête de princesse qu'on avait perdu. Mais je n'ai pas vu les lunettes de PetiteSoeur.
Julie, regardant PetiteSoeur dans les yeux - PetiteSoeur, c'est important. Les lunettes, c'est précieux. Ça coûte beaucoup de sous. Si elles sont brisées, on peut les faire réparer.
PetiteSoeur, démontrant de l'intérêt - Ah oui?
Julie, démontrant aussi de l'intérêt - Bien sûr! Mais tu dois me dire où elles sont. Où elles sont tes lunettes?
Frérot, pointant le frigo - Da?
PetiteSoeur, intriguée - On ne peut pas aller la voir, la dame des lunettes, SANS les lunettes?
PapaZen, tout aussi intrigué - C'est ce que tu aimerais?
PetiteSoeur, penaude - Oui.

===
Mardi soir. 18h30.
Même après avoir rempli son petit bedon, PetiteSoeur ne trouva pas la sagesse de nous dire où se trouvaient ses lunettes. Frérot, de son côté, jouait à faire "cache-cache" devant ses yeux, avec ses mains pleines de dessert.

Julie, inspirée - Je sais, PetiteSoeur! Faisons un jeu! Fermons tous nos yeux et va chercher tes lunettes. Comme ça, tu n'aurais pas besoin de nous dire où elles sont. Ce sera ton petit secret.
PetiteSoeur - Et vous n'allez pas me chicaner?
Julie, regardant PapaZen pour s'assurer du consensus - Promis, ma petite princesse en sucre. Hein, Papa?
PapaZen, abdiquant en serrant les dents - Oui, promis. PARCE-QUE-LA-MADAME-A-BESOIN-DES-LUNETTES-POUR-LES-RÉPARER. Peu importe l'état dans lequel elles sont...
PetiteSoeur s'élançant sans l'ombre d'une hésitation et forçant sous l'effort - hi... aa.. ich!
Julie ouvrant un oeil, constatant que PapaZen faisait de même - Veux-tu que GrandeSoeur aille t'aider?
PetiteSoeur - Oui, parce que je n'y arrive pas!
PapaZen, chuchotant un conseil avisé - Essaie de ne pas les briser, d'accord, GrandeSoeur?
GrandeSoeur, fière de sa mission - Oui, Papa.

===
Saviez-vous où se cachaient les foutues lunettes?
Je vous laisse spéculer... jusqu'à ce soir. (La suite ici...)
Un indice: heureusement, pour une fois, le fouillis de notre maison n'était pas en cause :-D

Sachez toutefois que c'est cette journée-là que j'ai appris que ma fille de 3 ans pouvait vivre plus de 24h avec un grand secret, sans laisser paraître l'ombre d'un inconfort devant le détecteur de mensonge de ses parents...

8 commentaires imparfaits:

Mamanbooh on 14 janvier 2010 à 07:46 a dit…

Ha! Non! Pas 24 heures, c'est cruel... Quoique c'est bien ce qu'elle vous a fait cette petite comédienne en herbe! HI! Hi! Hi!

À votre retour de la première journée alors que tu décrivais la pièce, je pensais vraiment que vous étiez chez moi!?!

Ventilateur à Folie on 14 janvier 2010 à 08:50 a dit…

Dans le frigo?
24 heures, wow, elle est déjà meilleure que moi! Et pour l'état des pièces, ne t'en fait pas, c'est pareil chez nous mais on est juste 3!

Anik on 14 janvier 2010 à 09:16 a dit…

@ Julie
Franchement, je n'ai aucune idée.
Le frigo, ça pourrait être une bonne hypothèse...
Elle est forte, petite soeur !
A+

Imparfaite-et-alors on 14 janvier 2010 à 09:45 a dit…

@mamanbooh
ouais... 24h avec la crainte d'avoir fait une grosse bêtise, c'est long. Pauvre PetiteSoeur.

@ventilateur et Anik
Non vous gelez!

Sachez qu'aujourd'hui, avec la désolation des maisons d'Haïti, je suis loin de me plaindre des traîneries dans ma maison :-S

Evely on 14 janvier 2010 à 20:05 a dit…

Moi je dis le frigo.

Quand j'ai eu mes premières lunettes, je les trouvais tellement laide que je les laissais sur une chaise afin que quelqu'un s'assoit dessus. Je me suis faite VRAIMENT chicaner quand j'ai précieusement déposé la troisième paire en moins d'un an sur la chaise de cuisine.

J'ai aussi eu le GRAND privilège de porter un oeil de pirate à 9 ans pour corriger mon oeil qui louche. Je louche encore aujourd'hui car l'oeil de pirate à eu un incident avec la paire de ciseau à bout rond. Je me suis faite chicaner pour celle-là aussi, mais j'ai pas eu de deuxième oeil de pirate. Je pense que ma maman avait compris que c'était audela de mes forces.

Evely on 14 janvier 2010 à 20:06 a dit…

oups, je vois que ce n'est pas dans le frigo, alors je dis sous son oreiller

Anonyme a dit…

Frerot as peut-être la vision que les autres n'ont pas dû à l'énervement de cette situation .... Dah frigo !!!!!!! Mais ceci n,est qu'une hypothèse.....

Caro

La Belle on 17 janvier 2010 à 00:22 a dit…

Moi je dis dans sa poche sur elle ?

 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon