28 févr. 2010

Quand dimanche rime avec vacances

Tant qu'à avoir fait ce voyage dans le Web pour découvrir des suggestions d'activités, je me propose de vous partager mes découvertes.

Au paradis de la relâche - 14 variations sur la relâche scolaire
La revue Montréal pour enfants vous propose 14 activités amusantes pour la relâche dans la grande région de Montréal et ses banlieues...

Quoi faire en famille *
Que vous soyez à n'importe lequel des quatre merveilleux coins de la province, PetitMonde suggère une foule d'idées à réaliser avec vos mousses en congé. Assister au retour des dinosaures, découvrir les origines du monde, confectionner un pain brioche, en apprendre davantage sur les sports d'autrefois sont au nombre des projets créatifs proposés ici dans différentes institutions.

Fêtez la relâche scolaire dans les musées
Découvrez une trentaine d'activités éducatives animées dans les musées québécois à l'occasion de la semaine de relâche.

Les dimanches-familles au musées au Musée des Beaux-Arts
Certains musées proposent aussi des activités gratuites.
Ici, dans divers musées.
Ici, au Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Dossier spécial Relâche scolaire *
Coup de pouce présente, en huit articles, "une foule d'idées pour profiter pleinement des sports d'hiver... ou pour transformer la maison en camp de vacances".

Pas de relâche pour les sports d'hiver *
PetitMonde donne ici plusieurs suggestions d'endroits pour varier les plaisirs en patins ou en crazy carpet. Visitez aussi certains parcs animaliers ouverts pendant la saisons hivernale. (Note: la dernière mise à jour de l'article remontait à 2008, il serait sage pour les mères imparfaites de vérifier les horaires pour la saison 2010)

Bonne relâche!
Lire la suite...

27 févr. 2010

Samedi... d'être en vacances

J'ai coupé la relâche scolaire en deux en allant travailler mercredi dernier. Avec les dix mille trucs qui m'attendaient bien sagement à mon bureau et le retour à la maison sous la petite neige, j'étais crevée en arrivant à la maison. ===

Heureusement, PapaZen avait préparé un bon souper. Les enfants avaient été charmants toute la journée. Il y avait les Jeux Olympiques en soirée. Tout était parfait! ===

Ça l'était, jusqu'à ce que PetiteSoeurTouteOuPantoute, du haut de ses 4 printemps, décide de nous en péter une bonne. Madame décréta qu'il fallait prendre le dessert avant d'aller à la douche. Et aussi qu'il fallait prendre un bain plutôt qu'une douche. Vous savez, le petit élan de contrôle qui traverse le coeur de ses enfants qui entrent dans la somptueuse période Fucking Four?

Sauf que mercredi, over my dead body, je n'avais pas envie de me plier à ses caprices. Ses yeux assassins démontraient clairement qu'elle n'avait pas l'intention d'abandonner la partie non plus. Je dis "yeux assassins" mais il y avait cette jolie moue, celle qui se forçe à bouder mais qui cache un sourire, qui la trahissait sous ses dehors de comédienne.

Après les "Je suis tannée moi de me laver... C'est MOUA qui choisis mon dessert, bon!... Non, je n'arrêterai pas de crier!", elle est je l'ai montée dans sa chambre et je lui ai dit "Quand tu seras calme et que tu pourras me dire que tu t'excuses pour la Cri-Crise, tu pourras sortir. En attendant, je resterai ici."

J'ai tiré une chaise droite et me suis croisé les bras en attendant la fin de la tempête. Elle a hurlé, a donné des coups de poing dans sa porte et l'a grattée avec ses ongles. C'était quasiment insupportable. Pendant son boucan d'enfer, mon sentiment diffus d'avoir besoin de vacances que j'avais perçu il y a quelques semaines, ironiquement est devenu plus clair.

Pendant que, de temps à autre, elle ouvrait à pleine volée la porte pour faire résonner ses pleurs dans toute la maison, calmement je la refermais en répétant ma consigne. Puis je croisais à nouveau mes bras en imaginant mes vacances de rêve.

Mon rêve était loin d'être précis, car j'étais distraite à chaque seconde. Eau. Plage. Calme. Énergie. Solitude. Tranquillité. Inspiration...

C'était interminable. Après 45 minutes de "Ouch mon orteil! Tu m'as fait maaaalllll en fermant la porte!!!!... Tu me fais manquer mon jeu avec Papa et GrandeSoeur... Je vais m'excuser quand tu auras fini le ménage de ma chambre... Je vais m'en aller toute seule dans un autre pays...", je commençais à avoir mon voyage (héhé, excellent jeu de mots :-D)

Elle a fini par dire les mots magiques (même si elle les avait "oubliés"), on s'est fait un câlin et ça s'est terminé comme ça. Pas de dessert (curieusement elle n'en a pas reparlé!) et pas de douche non plus (au diable les microbes, j'étais épuisée).

Au moment du dodo, j'ai demandé à PapaZen quelle destination voyage il choisirait ce soir, il a dit Vancouver. J'ai demandé à GrandeSoeur, elle a dit la France. J'ai demandé à PetiteSoeur, elle a choisi la France aussi. Frérot ne s'est pas prononcé. Moi, ces temps-ci, j'opterais pour une autre semaine de relâche... sur une île déserte... loin de la France et du Canada... pour refaire le plein d'énergie et de nouvelles idées...

Vous?
Lire la suite...

26 févr. 2010

Vendredi merci - Merci l'école !

En cette fin de semaine de relâche (ou avant de l'entamer), je veux dire merci à l'école...

Pour moi, comme ex-élève :
  • parce que l'école m'a permis de passer de beaux moments, de socialiser, d'apprendre et de me dépasser. J'ai fréquenté une école à aire ouverte et j'ai toujours apprécié le fait d'avoir 2-3 profs par année scolaire et de faire des activités en grand groupe. 
  • pour ma 6e année : j'en garde un excellent souvenir avec tous les projets que j'ai pu faire... Merci, Pierrette et Micheline... Je me souviens de vous... Et aussi du cahier Archimède, que j'adorais faire pour me creuser le coco...
  • pour mon parcours scolaire facile et sans heurts... Étudier, cela n'a jamais été un défi pour moi et j'ai de la chance.
Pour ma fille :
  • je suis heureuse que ton école te plaise et que tu y développes un sentiment d'appartenance en réalisant de super projets
  • merci d'être une école ouverte aux parents
  • merci aux enseignants vraiment impliqués de l'école qui en font un lieu très dynamique (parfois aux allures d'une jungle, mais c'est la beauté de la chose) pour apprendre.
Pour moi, en tant que prof
  • merci aux collègues qui sont souriants et de bonne humeur. Ça fait du bien de faire un peu de social...
  • merci aux élèves et aux parents qui prennent le temps d'exprimer leur appréciation de mon travail, ça fait toute une différence de se sentir valorisée
  • merci à mes vacances estivales qui font de mon été une saison dont je peux profiter
  • merci à mon horaire quotidien assez court; les journées passent vite !
  • merci à ma liberté d'action dans ma classe
  • merci d'avance pour mon 80 % de tâche qui sera accepté pour août 2010...
Évidemment, il y aurait aussi le revers de la médaille. L'école n'est pas parfaite, je ne suis pas dupe... Mais peut-on en voir les bons côtés ? Ça rend le quotidien plus facile à gérer... Et mon équilibre, plus facile à atteindre...

Et vous, quel est votre merci à l'école ?
Lire la suite...

25 févr. 2010

Comment avoir besoin de la relâche?

C'est facile! J'ai testé la méthode par excellence ! Il suffit de se remettre à effectuer de la suppléance en classe 3 semaines avant, c'est tout !

Pourquoi suis-je retournée faire de la suppléance ? C'est une longue histoire que je ne raconterai pas en détails ici. Mais sachez que je suis en sans solde et que je retourne dans ma classe officielle en août, au préscolaire.

En attendant, je peux faire de la suppléance dans mon quartier, ce qui est «logistiquement» plus facile et ne change rien à mon horaire avec les filles, puisque les écoles où je travaille commencent à 8h50...

Cela dit, je suis bien contente que la relâche arrive. Une semaine intense d'écriture suivra donc une semaine de 4 jours de suppléance, qui se terminera en beauté ce vendredi dans une classe de 6e réputée pour sa « beauté » (comprenez-vous l'ironie???). Pas que je sois fatiguée ou même découragée... J'ai eu de très belles journées jusqu'à maintenant, même si je n'ai fait pratiquement que du 3e cycle. Mais laissez-moi vous dire que les profs méritent leur relâche... amplement !

Et la ministre Courchesne, avec ses propositions d'école le samedi, devrait peut-être plutôt proposer ceci :
on allonge un peu les journées de classe (en terme d'heures), on coupe les 12 pédagogiques de milieu d'année (de toute manière, on se fait toujours avoir avec un tas de réunions et de formations), puis on créé 3 autres semaines de relâche, soit 4 au total... Donc, une aux deux mois : octobre, fin janvier, mi-mars puis mai. Pendant ces semaines, les profs sont à la maison !!! On pourrait alors offrir de belles activités parascolaires pendant ces semaines, et qui sait, peut-être des camps d'apprentissage à l'école, avec les orthopédagogues ou des profs volontaires (ceux qui aimeraient avoir un meilleur salaire, ce qui nous est pratiquement impossible dans l'état actuel des choses). Quitte même à ce que chaque prof choisisse 1 semaine sur 4 pour les relâche où il sera présent à l'école, et voilà le travail !

Ce serait bien, des relâche plus souvent, non ?
Lire la suite...

24 févr. 2010

Horoscope IEA: laissez les astres vous inspirer pendant la relâche scolaire

L'équipe dynamique d'Imparfaite, et alors?, ayant ajouté la divination à son imposant répertoire de compétences, vous propose l'horoscope IEA. ---

Cette façon nouvel âge et très tendance de prédire votre avenir vous est offerte ici à titre gracieux. Utilisez-la à bon escient pour guide vos actions et faire vos choix d'activités pendant la semaine de relâche. Il est recommandé de se frotter les poignets avec de l'huile essentielle, de se préparer une infusion de fleurs d'oranger bio et de s'asseoir en demi-lotus avant de débuter votre lecture.

Bélier: Si vous vous sentez déprimée ou impatiente cette semaine, consolez-vous! Vos hormones ne sont pas en cause: c'est écrit dans les étoiles! Heureusement, ce n'est que passager. L'alignement des planètes prévoit que tout rentrera dans l'ordre d'ici les 7 prochains jours, lorsque votre maisonnée reprendra sa routine. D'ici là, prenez votre mal en patience et faites jouer vos enfants dehors le plus souvent possible.

Taureau
: Votre nature fonceuse vous incitera à affronter les problèmes avec vigueur et rapidité. Les enfants s'emmerdent et vous tapent sur les nerfs ? Vous les invitez cordialement sans ménagement à aller jouer dehors même s'il pleut des cordes... Ils n'auront qu'à marcher dans la rue avec un parapluie. Vous avez oublié d'inscrire votre progéniture au camp de jour ? Vous utilisez le montant qui aurait été alloué à cette dépense et vous mettez les enfants au défi de s'organiser quelques sorties en respectant le budget... Et voilà le travail !

Gémeaux
: Votre nature à double face se fait vraiment sentir pendant la relâche. Tantôt heureuse de réaliser des activités avec vos mousses et de prendre un petit congé du boulot, vous vous retrouvez l'espace d'un instant en train de regretter les cafés pris dans la salle des employés avec votre beau à croquer et jeune collègue sans enfants... Vous fantasmez de votre retour au travail, tout en sachant que vous vanterez les mérites de votre super semaine de relâche auprès de vos pairs.

Cancer: Le surménage vous guette. Prenez donc ces journées de congé pour vous faire plaisir et vous reposer. Stress et culpabilité ne font pas bon ménage. Alors mieux vaut prendre les grands moyens: procurez-vous un excellent roman (celui que vous avez entamé pendant votre congé de maternité fera très bien l'affaire) ou louez-vous une bonne télésérie que vous écouterez en rafale. Encouragez les activités paisibles de vos enfants, quitte à dévaliser les rayons de la bibliothèque la plus proche pour vous assurer quelques minutes de silence bien méritées.

Lion
: Les astres vous conseillent de vivre pleinement votre vie cette semaine. Laissez-vous aller à la gourmandise. Prenez le temps de cuisiner les petits plats que vous avez envie d'essayer depuis longtemps et ce, même si vos enfants résistent à la nouveauté. Vous avez envie de prolonger la tradition de la fondue au chocolat de la St-Valentin? Vos enfants vous implorent de cuisiner des cupcakes? Vous désirez piger dans le bol de croustilles de votre homme pendant qu'il regarde les matchs de l'équipe Canada aux Olympiques? Vous vous reprendrez la semaine prochaine!

Vierge
: Profitez de cette semaine pour bouger ou sortir avec vos enfants. La clé du succès ? Le plaisir! Quilles, ski, patin, balade en traîneau, glissade , variez les activités pour vivre un sentiment de plénitude intense. En manque d'inspiration? Même une bonne séance de pelletage en famille arriverait à faire votre petit bonheur! Parions que vos petits sportifs dormiront d'un sommeil profond, les joues rouges de contentement.

Balance : Cette semaine, votre hésitation naturelle sera à son comble. Chaque matin, vous risquez de peser le pour et le contre de deux activités alléchantes. L'activité un : gratuite, mais qui vous oblige à bouger, et l'activité 2 : onéreuse, mais qui vous permet de lire ou de vous prélasser pendant que les enfants jouent (ou mieux, que les enfants peuvent faire seuls pendant que vous êtes à la maison). Ne tergiversez pas trop longtemps : prenez une pièce de monnaie et tirez à pile ou face.

Scorpion : Votre personnalité qui transpire la passion sera bien servie cette semaine. C'est le moment ou jamais de réaliser des activités qui sortent de l'ordinaire. Envoyer vos enfants chez votre mère pour une semaine (elle n'a jamais osé...), aller au spa pendant que les enfants sont au camp de jour et que votre conjoint croit que vous travaillez (ben quoi, le spa, c'est bon pour la créativité!!!), qu'importe! Laissez-vous guider par votre intuition et votre inspiration. Vous aurez une semaine passionnante.

Sagittaire: Prenez ces jours de congé pour prendre une distance par rapport à votre vie professionnelle qui, selon les constellations, traverserait un flou inquiétant. Revoyez vos priorités et établissez un plan de match. Ne réfléchissez pas trop. Fiez-vous plutôt à votre instinct. Prenez exemple sur vos enfants en vivant le moment présent. Même si certaines imparfaites s'adonnent à cette pratique inspirée du vaudou, il est déconseillé de mettre la photo de son patron, tête en bas, au congélo. Prenez plutôt de temps de faire le focus sur vos qualités et sur votre harmonie intérieure.

Capricorne: Cette semaine, ne soyez pas trop rigide. Écoutez plutôt vos envies et prenez un véritable congé. Profitez-en d'ailleurs pour prendre un rendez-vous avec vous-même et faites-vous plaisir. Combinez les activités familiales à vos petits plaisirs personnels. Une balade pour respirer un peu d'air frais en se rendant au parc, un bon cappucino glacé, pendant que les enfants engouffrent une douzaine de beignes...Trouvez les petits bonheurs qui feront la différence dans votre semaine.

Verseau: Ne versez pas de larmes pendant votre semaine, l'heure est à la joie. Cette semaine, votre défi est de gardez le sourire. Même si vous avez tendance à avoir un tempérament bourru, ne laissez pas des peccadilles assombrir votre bonne humeur. Respirez, expirez...et prenez les choses avec un grain de sel. Vous n'en pouvez plus d'être encerclée d'enfants hurlant, courant et se chicanant sans cesse. Consolez-vous : une semaine, c'est si vite passé !

Poisson: Cette semaine, vous avez besoin que l'on vous dorlote et que l'on prenne soin de vous. N'hésitez donc pas à lancer un concours de la gentillesse à la maison, afin de récompenser celui ou celle qui fera preuve du plus grand nombre de gestes empathiques (ceux qui sont dirigés envers vous méritent davantage de points). Vous appréciez particulièrement la douceur et le cocooning. Ne soyez donc pas surprise si l'envie de ranger votre logis vous prend subitement et qu'elle vous incite à rédiger plusieurs petites annonces pour vous débarrasser du superflu.

Et puis, allez-vous respecter votre horoscope ?
Lire la suite...

23 févr. 2010

Quand la relâche est synonyme de fête

PetiteSoeur est une une petite fille "toute ou pantoute". Elle ne fait rien à moitié. Quand elle rit, non seulement ses yeux pétillent mais on peut entendre ses éclats de rire à des kilomètres à la ronde. Mais quand elle fait une colère, ses yeux lancent des éclairs et elle peut propulser sans pudeur la robe qu'elle porte sur le plancher.

PetiteSoeur n'était pas née qu'elle avait décidé de faire faire son entrée dans le monde à sa manière et de nous en faire voir de toutes les couleurs. Premièrement, elle a décidé de pointer ses fesses en direction de la sortie, me faisant affronter bravement une césarienne malgré ma peur démesurée des bistouris. Ensuite, elle est née à la fin de la semaine de relâche, offrant à son père le luxe de poireauter à la maison toute la semaine sans se faire déranger par les cris d'un bébé naissant... et de me regarder manger mes émotions en vidant un sac entier d'amandes enrobées de chocolat, format Costco!

Quand nous avons débuté cette présente semaine de relâche, nous avons permis aux filles de choisir une activité spéciale à réaliser pendant la semaine (Frérot vivant son petit bonheur uniquement à vider les armoires de cuisine en ce moment). GrandeSoeur a décrété qu'elle voulait aller (une vingtième fois) au Biodôme. PetiteSoeur a choisi d'aller glisser et aussi de fêter son anniversaire de 4 ans avec ses petits amis.

Même si j'avais invité en temps les petits copains cette fois-ci, j'ai procrastiné jusqu'à la veille de la fête. PapaZen et moi n'avons rien commencé. Nous avions bien évoqué le sujet lors de notre tête-à-tête romantique, mais nous n'avions rien fait de plus. RIEN. Sauf peut-être de se classer les candidats idéals pour ouvrir une entreprise de création de fêtes de dernière minute! Je songe à faire breveter le concept de "Fête sans casse-tête" ou quelque chose s'en approchant dangereusement.

Voici comment nous nous en sommes sortis, in extremis, samedi dernier.

La veille de la fête, nous avons établi un plan de match.
  1. Menu simple: sandwiches, crudités et salade de pâtes. J'ai cuisiné en soirée, pendant que PapaZen s'occupait des enfants (et de la pile de vaisselle!)
  2. Thème: petits cuisiniers
  3. Activités: faire des jeux libres, bricoler un chapeau en forme de toque et animer un atelier de biscuits
  4. Sacs à surprise: aucun (les enfants font toujours une crise pour manger les bonbons quand ce n'est pas le temps de toutes façons) mais les enfants repartent avec leurs biscuits.
  5. Gâteau: la même recette que d'habitude (bah quoi, elle est super bonne!) mais en forme de gâteau (pourquoi se casser la tête?)
Dans tout scénario, il y a toujours un certain nombre d'éléments qui, fruits du hasard, contribuent au succès de l'entreprise. Pour notre exemple:
  1. Le matin de la fête, les filles ont rangé d'elles-mêmes leur chambre (sans qu'on leur demande!) et se sont habillées en deux temps trois mouvements (!??!!)
  2. Comme on les filles tournaient en rond, je les ai mis sur la confection de cartes de remerciement à glisser dans les sacs de biscuits (c'est que je n'avais pas de guirlandes pour les faire décorer la cuisine...)
  3. Notre couple d'amis, qui avait mal décodé l'invitation, pensait qu'il fallait arriver "en famille". Nous avons accueilli ces imparfaits naturels (et de fort bonne compagnie!) à bras ouverts. Ils ont fait un malheur pour nous aider à gérer les dégâts de farine et de pépites de chocolat dans l'atelier de biscuits.
  4. La recette de biscuits non testée (mais approuvé à l'unanimité) a été un succès du premier coup.
Dans toute planification, il survient invariablement des éléments qui, fruits du hasard, nuisent au bon fonctionnement du projet. Pour notre exemple:
  1. J'ai eu la brillante idée de mettre des Smarties sur le tour de mon gâteau en forme de gâteau. N'essayez jamais ça à la maison (à moins d'être cuisinière professionnelle). Les Smarties coulent vers le bas en laissant de jolies traînées multicolores. Cela pourrait vous occasionner de devoir glacer à nouveau votre gâteau 10 minutes avant l'arrivée des convives (et de faire pouffer de rire votre amie imparfaite naturelle en regardant la couleur maintenant douteuse du glaçage).
  2. PetiteSoeur a dû s'y reprendre à 15 fois avant de réussir à souffler sa chandelle. J'sais pas quelles sont vos croyances, mais j'ai peur que son souhait ne se réalise jamais.
Somme toute, la fête fut un succès. Nullement flamboyant, mais c'était une belle journée et les enfants étaient heureux. Comme façon d'inaugurer la semaine de relâche, c'était parfait!

Et vous, quelles sont vos traditions pour la relâche scolaire?
Lire la suite...

22 févr. 2010

Êtes-vous prête pour la relâche scolaire?

Moi oui... En fait, je dirais que la relâche m'a inspirée une idée que je trouve sensationnelle... Bon, peut-être que vous me direz que je ne prends pas mes responsabilités parentales ou que je suis une égoïste finie... Mais n'empêche que cette idée va me permettre de relâcher en masse... Et aura même des avantages pour les enfants en guise de découverte du monde et d'amélioration de la relation parent-enfant...

Vous ne vous en pouvez plus ? Vous voulez savoir quelle est cette imperfection que je vais me permettre de réaliser... Alors, voilà !

Je suis imparfaite et fière de l'être parce que j'ai décidé qu'une fin de semaine par mois, les enfants partiraient en escapade avec leur père (ou moi, ce sera une alternance d'un mois à l'autre, alors je vais aller chez ma mère : pas cher, et efficace !!! ) pendant que je vais rester tranquille à la maison, SEULE et sans autre soucis que de faire 3 heures de ménage...

Résultats probables :
  • une grasse matinée le dimanche matin
  • un samedi soir à ma guise en mangeant un super repas que je vais me commander ou une fondue au fromage
  • une soirée de filles le samedi
  • une journée au spa près d'ici
  • une journée de magasinage en solo
  • dévorer un excellent roman d'une couverture à l'autre
  • ma musique à fond la caisse...
Bref, faire ce que je veux, quand je veux, à la vitesse que je veux... pour 2 jours bénis !

Certains pourraient dire : mais tu as voulu des enfants, endure-les occupe-toi d'eux maintenant... Oui, mais qui a vraiment envie d'être disponible pour une horde d'enfants aux besoins incessants 24 heures sur 24 ? Puis-je avoir le droit à ma vie, à mes petits besoins, à ma tranquillité d'esprit de temps à autre ?

Alors, me pardonnez-vous cette imperfection ? Avez-vous envie de l'intégrer à vos traditions familiales ?
Lire la suite...

21 févr. 2010

Quand dimanche ne rime surtout pas avec romance...

Ah, la vie de couple! Pas toujours rose, pas toujours facile ! Et si vous voulez vous assurer de la gâcher, voici 12 moyens très efficaces, tirées du livre Les paresseuses changent de vie, d'Anita Naik, et mes petits commentaires entre parenthèses...

  1. Être trop critique (n'oubliez pas la règle d'or : dites quoi faire ou comment faire, pas les deux, et ne commentez pas sur la façon qu'a votre conjoint de faire ce que vous lui avez délégué. Déléguer, c'est oublier!)
  2. Demander plus qu'on ne donne (vive la générosité à double sens!)
  3. Asticoter son conjoint en permanence (je sais, c'est pourtant un loisir fort amusant, mais je suis certaine que vous pouvez trouver mieux comme passe-temps...)
  4. Ne pas être honnête concernant ses sentiments (c'est parfois difficile, mais votre petit doigt saura vous dicter vos véritables sentiments)
  5. Ne pas laisser une chance aux nouvelles rencontres (je suppose qu'on ne parle pas ici de nouvelles rencontres avec un amant, enfin... sans commentaire)
  6. Projeter ses envies sur les autres (même si vous adorez le spa et la détente, chéri préfère peut-être recevoir des billets de hockey comme cadeau de St-Valentin.)
  7. Généraliser sur les hommes, les femmes et l'amour (toujours, jamais... des mots à éviter ?)
  8. Chercher systématiquement à imposer sa volonté (malheureusement, personne ne peut avoir toujours raison...)
  9. Ne pas écouter l'autre (mais ça peut se comprendre s'il parle de mécanique ou des derniers résultats sportifs).
  10. Ne pas dire ce dont on a besoin (et non, mesdames, ces messieurs ne devinent pas ce qui nous trotte dans la tête)
  11. Se répéter que l'on est incapable d'aimer (pas capable est mort, après tout...)
  12. Se dire que l'autre n'a aucune raison de nous aimer (tout le monde est aimable d'une façon ou d'une autre, même avec la pire haleine du matin).
Vous les faites, ces erreurs ? Laquelle est la plus difficile à éviter, selon vous ?

Moi, j'avoue que j'en ai quelques-unes à mon compte, la pire étant probablement la numéro 1. Mais bon, avec l'âge (ouf!!!), je m'assagis et je deviens moins critique. C'est toujours pratique, de se tourner la langue sept fois avant de parler, non ?
Lire la suite...

20 févr. 2010

Samedi... d'être deux!

Facile ou difficile la vie de couple? Selon les humeurs, les événements, les personnalités (voire même l'alignement des étoiles!), on arrive à percevoir sa vie amoureuse selon différents angles.

Anik et moi vous partageons deux portraits de notre vie de couple (c'est dire à quel point nous n'avons plus de secrets pour vous!). Deux instantanés pris à 4 ans d'intervalle. Vous y reconnaissez-vous?




Fan finie d'Imparfaite, et alors? ou nouvelle adepte, redécouvrez nos billets sur le thème du couple.
Lire la suite...

19 févr. 2010

Vendredi merci - merci mes amis!

Fidèle à la tradition de Nolwenn, La Belle et Mamanbooh, pour ne citer que celles-ci, je continue aujourd'hui mon vendredi de gratitude. Comme nous venons de passer la St-Valentin, fête de l'amour et de l'amitié, je veux profiter de l'occasion pour dire merci à mes amis...

Je ne les nommerai pas, question de conserver leur intimité, mais je parie qu'ils se reconnaîtront dans mes descriptions... J'y vais en ordre alphabétique, question de ne prioriser personne en particulier.
  • merci à C pour nos conversations amusantes...
  • merci à C pour ta fidélité de longue date...
  • merci à E, pour ton écoute, ton non-jugement et le fait que je sais que je peux te parler de tout.
  • merci à J, pour ton soutien dans un « dossier » qui me chicote.
  • merci à J, pour ta compréhension, son travail et sa complémentarité avec moi
  • merci à M, pour ton écoute, ta présence et ton réconfort.
  • merci à N, pour tes appels matinaux qui me font du bien
  • merci à S, pour ta bonne humeur et ton écoute.
  • merci à S, pour ta sollicitude à mon égard
  • merci à S, pour m'aider à découvrir d'autres facettes de moi
Merci, irremplaçables amis... Vous êtes chers à mes yeux... Vous êtes dans ma vie depuis des années et je ne sais pas ce que je serais sans vous. Vous m'apportez tellement. Je tiens à vous tous... Merci de votre écoute, tous... Je réalise que j'ai vraiment de la chance de vous avoir dans ma vie. Vraiment. Merci.

Et vous, des amis à remercier ?
Lire la suite...

18 févr. 2010

Julie et PapaZen en tête-à-tête

Acte 1
L'oubli ---
Vendredi dernier, quand GrandeSoeur est rentrée de l'école, elle souriait franchement. Elle tenait un nouveau nounours rose pétant tenant dans ses pattes un immense coeur. Gonflée de fierté, elle m'expliquait qu'elle l'avait gagné au concours du service de garde de l'école. Je me suis rappelé qu'on était à 48 heures de la fête de l'Amoouuurrr. ---

Julie, préoccupée - PapaZen? Qu'est-ce qu'on fait pour la St-Valentin? ---

PapaZen, tenant Frérot emmitouflé dans ses bras - T'inquiète pas! Tout est organisé. J'ai demandé à Tante V. de venir garder pendant qu'on se paie la traite au resto.

PetiteSoeur, euphorique, GrandeSoeur dansant avec son nouvel ours et Frérot, de marbre - Ooouuuaissss! Tante V. Youpi!

Julie, surprise devant cet élan organisateur - Ah... c'est une belle surprise! Tu as organisé ça où?

PapaZen, posant Frérot par terre - Bien ici. J'ai pensé à ça ici, en écoutant la télé.

Julie - Je veux dire "où?" comme dans l'expression "dans quel restaurant as-tu choisi?".

PapaZen, enlevant son manteau - Ah... J'sais pas encore. Je ne savais pas où tu voulais aller.

Julie, pas si surprise finalement - Humm... si tu n'as pas réservé, on risque de finir par se commander de la pizza et à la manger avec Tante V. Ça me rappelle notre première St-Valentin...

PapaZen, pas décontenancé pour si peu - Très drôle. Je vais nous trouver un bon petit resto et je vais faire accroire à la serveuse, pendant que tu es aux toilettes, que c'est notre premier rendez-vous. Je vais lui demander comment elle te trouve. Je suis certain qu'elle va nous conseiller de nous marier, de vivre heureux et d'avoir beaucoup d'enfants!

Acte 2
L'éclipse
Samedi soir, Tante V. arrive à la rescousse du couple en mal de temps pour eux.

Tante V., enthousiaste s'adressant aux enfants - Allô mes amourrsss! Comment ça va? Venez qu'on se bécote!

PetiteSoeur, euphorique, GrandeSoeur dansant avec son nouvel ours et Frérot, de marbre - Ooouuuaissss! Tante V. Youpi!

Tante V. - Wow! Vous êtes chics les amoureux! Je m'occupe de tout. Comme dirait l'autre "Allez et mangez en paix. Vous ferez cela, en mémoire de moi".

Julie, méthodique - Le macaroni est sur le comptoir, le dessert au congélo et le lait de Frérot au frigo...

Tante V., nous poussant vers la porte - Compris! Allez ouste, les tourtereaux ! Au fait, voulez-vous mes clés pour aller b***** dans mon condo?

PapaZen, intéressé - Ah? C'est une idée!

GrandeSoeur, affamée par tout nouveau mot de vocabulaire - C'est quoi un condo?

Julie, soulagée, s'adressant à Grande Soeur - C'est la maison de Tante V. Super bien décorée. Pas une traînerie. Tu sais comme dans les revues? (puis à Tante V.) Es-tu folle? Quand je vais chez vous, je ne peux pas faire autrement que de regarder ton ménage qui reste fait!

Tante V., ouvrant vers la porte - Alors, allez faire votre Speed Meeting! Faites le point sur les sujets les plus fous dans les deux prochaines heures. (puis regardant sa montre) Cent-vingt minutes, top chrono!

Acte 3
Les préliminaires

Le serveur, déjà débordé - Bonsoir! La réservation est au nom de...?

PapaZen - PapaZen.

Le serveur, marchant vite - C'est par ici! Soit dit en passant, le couple assis à côté de vous en est à sa première rencontre. Vous, vous êtes ensemble depuis longtemps?

PapaZen, ne calculant même pas, mais un peu déçu d'avoir raté sa blague - Depuis 12 ans.

Le serveur, marchant vite - Oh la la. Bien, je vous souhaite "une" bon appétit!

PapaZen et Julie s'asseoient. Ils reluquent le menu avec envie en écoutant discrètement la conversation de leurs voisins à leurs balbutiements.

(L'homme - Tu es plus jolie qu'en photo... C'est toujours intimidant de rencontrer une femme pour la première fois...)

Acte 4
Le feu de l'action

Julie et PapaZen savourent leur repas. En se regardant dans les yeux, ils relèvent avec brio le défi lancé par Tante V., qui on vous le rappelle, était de faire discuter calmement sans se faire interrompre par l'odeur d'une couche à changer ou le boucan d'une rivalité entre soeurs.

Julie, en mode "je-rêve-en-couleurs" - Je pense à nos vacances d'été. J'aimerais trouver une maison au bord de l'eau pour se la couler douce avec les enfants. Quelque chose de simple. Pas trop d'activités. La paix.

PapaZen, en mode "je-propose" - Les Îles-de-la-Madeleine? La Nouvelle-Écosse? L'Ontario?

Julie, en mode "vite-on-planifie-tout" - Il faudrait réserver sinon on risque de finir par se commander de la pizza et à la manger dans notre cour... On pourrait louer ou encore échanger notre maison... Il faut aller visiter Geenee.

PapaZen, trouvant n'importe quoi pour fuir le mode "vite-on-planifie" - La Fée des dents va bientôt visiter GrandeSoeur... Ça va vite, hein?

Julie, n'y voyant que du feu - Oui, ça va vite! Au fait, c'est rendu à combien le tarif de la Fée des dents?

PapaZen, en mode "sans-soucis" - Aucune idée... Et PetiteSoeur qui va avoir 4 ans d'une journée à l'autre...

Julie, retombant dans son mode préféré - Oui... Au fait, comment on va organiser la fête avec les petits amis?

PapaZen, toujours dans son mode préféré aussi- Aucune idée... Mais on trouvera bien quelque chose de simple la veille. Et Frérot, as-tu remarqué qu'il parle un peu plus?

Julie - Oui... Je n'aurais jamais pensé qu'après "Maman", son deuxième mot serait "caca"! Il faut dire qu'avec la pile d'antibiotiques qu'il a pris pour ses otites, il n'a pas besoin d'un supplément de fibres. Pauvre ti-coeur.

PapaZen - Ouais...

(L'homme - En fait, je suis sur Réseau Contact depuis peu car je suis libération conditionnelle. Je sais, ça surprend un peu, mais je suis un bon gars. J'ai juste fait quelques petites gaffes quand j'étais jeune... Mais je suis plus mature maintenant...)

PapaZen, curieux - Et le travail, toi ça va?

Julie - Statu quo. Notre équipe est solide. Toi?

PapaZen - Ça va! Mais j'ai hâte à la semaine de relâche. Ce sera chouette de passer du temps ensemble. J'ai plein d'idées d'activités!

(L'homme - En même temps, il y a certains petits défauts dont je n'arrive pas à me débarrasser. Vois-tu, je suis dépendant affectif...)

PapaZen, levant suspicieusement le sourcil avant de changer de sujet - Et le livre?

Julie, optimiste - Les ventes vont bien et les commentaires sont bons! Même que Mère indigne a parlé de nous à la Fosse aux lionnes (fin du 4e segment pour les lectrices de ce blogue). Anik et moi, on met en chantier le 2e tome.

PapaZen, intéressé - Cool! Allez-vous exploiter le même filon?

Julie, songée - On pense avoir un air de famille mais avec des "artistes" invités qui répondront à nos questions imparfaites... Mais je n'en dis pas plus! Je pourrais te dire que c'est pour te tenir en haleine mais c'est parce que nous avons effleuré le concept, seulement.

PapaZen - Bonne idée! Et le blogue? Je le lis chaque jour, tu sais? Comme ça, je m'assure que tu ne dis pas de niaiseries à mon sujet.

Julie, contente - C'est vraiment plaisant d'avoir notre communauté qui nous suit et qui vient mettre son grain de sel. J'adore ça! Travailler avec Anik, c'est vraiment enrichissant. On a chacune des idées différentes qui se complètent bien. Et ça nous permet de nous partager la tâche. Pendant qu'une écrit, l'autre peut prendre du temps pour elle, sans une once de culpabilité. C'est parfait!

PapaZen, l'esprit analytique - C'est fou, quand même... L'an passé, vous planchiez comme deux dingues sans savoir si ça allait marcher. Vous y consacriez tous vos temps libres sur cette passion. Cette année, c'est une toute autre situation. Je suis peut-être un peu naïf, mais de mon point de vue, je considère que vous avez vraiment beaucoup avancé!

Julie, nostalgique - Quand j'y repense, C'était le congé de maternité parfait. Un bébé, une passion et plein de temps pour en profiter. Parfois, je me dis que ça me prendrait un Bébé4 pour revivre tout cela!

PapaZen, sautant sur l'occasion pour dessiner son avenir - T'en es où par rapport à Bébé4?

Julie, réfléchie - Il m'arrive de penser qu'il nous en manque un petit dernier... qu'il nous reste une place à table... qu'une petite grossesse surprise serait excitante pour finir notre portrait de famille... que je n'en ai pas assez profité pour Frérot...

PapaZen, interrogateur - Mais?

Julie, subitement déprimée - ... mais vivre une autre grossesse avec ses huit mois de nausée et ses hormones en montagnes russes... C'est au-dessus de mes forces. Toi?

PapaZen, couçi-couçà - Pareil. Des fois, oui, des fois non. Laissons le temps passer et nous y verrons plus clair...

(L'homme - Je fais mon Facebook le matin, comme ça, j'ai toute la journée pour me trouver un travail... Puis-je finir la bouteille de vin, Annie? Oups, Sylvie?)

PapaZen, grimaçant à ce dernier détail croustillant et ressentant l'appel du sportif du salon en lui l'implorant de suivre les Olympiques - Bon! C'était délicieux. C'était l'fun. Mais nos 120 minutes sont écoulées. Je vais demander la facture.

Julie, ressentant l'appel de la mère en elle l'implorant d'aller constater si tous ont été sages - Et ça va aider Tante V. si on est de retour pour la routine du dodo.

Acte 5
Le retour à la réalité

Julie et PapaZen reviennent à la voiture en se tenant par la main.

PapaZen, satisfait - Quand même, un bon souper pour faire le point, tranquilles, une fois de temps en temps, ça fait du bien hein?

Julie, terre à terre - Oui, mais 100$, c'est quand même cher payé pour écouter un mauvais téléroman en sourdine, tu ne trouves pas?

PapaZen - C'était plutôt moyen son histoire, au gars, à côté. J'ai comme l'impression que lui et elle ne se marieront pas, qu'ils ne seront pas heureux et qu'ils n'auront pas beaucoup d'enfants...

======

Vous, comment s'est passé votre tête-à-tête? Quels sujets avez-vous abordés?
Lire la suite...

17 févr. 2010

Avez-vous besoin d'un espace personnel dans votre couple ?

Il y a toutes sortes de couple : les couples fusionnels, qui font tout ensemble, et les couples de nature indépendante, qui ont une vie personnelle bien remplie et se « rencontrent » à l'occasion pour partager des activités communes... Selon vous, quelle formule est la plus appropriée pour maintenir une certaine passion et le désir dans le couple ?

Personnellement, je suis une adepte du couple indépendant... Au point tel que je me dis que de disposer d'un espace personnel pour disparaître un peu, chaque semaine, ferait en sorte de susciter un peu davantage l'envie de revoir ensuite l'autre... sans compter le méga avantage d'avoir du temps pour soi dans un silence complet et sans personne qui vous demande quoi que ce soit, hum... Ça fait rêver...

Parlant de rêver, de quoi aurait l'air cet espace personnel ?

Je le vois petit (pour ne pas avoir besoin de faire trop de ménage), mais ensoleillé et chaleureux. Peut-être un petit appart au dernier étage d'un building avec une terrasse accessible sur le toit, question de prendre un bain de soleil ni vue ni connue. J'y mettrais une télévision pour écouter mes téléromans préférés, un ordinateur branchée à Internet, un téléphone pour jaser avec des amies ou me commander de la bouffe, une belle bibliothèque bien remplie et inspirante, un grand lit bien confortable, une petite table à manger genre bistrot... et le tour est joué. Le tout dans un décor minimaliste mais recherché. Peinturé avec des couleurs chaudes et enveloppantes...

Et qui sait, une fois par mois, ce havre de paix en solo pourrait devenir un nid d'amour à deux, loin des enfants...Question de se retrouver... parce que comme parents, il est si facile de se perdre, non ? Et votre espace personnel, il aurait l'air de quoi ? Quel en serait son utilisation ?
Lire la suite...

16 févr. 2010

SPM et vie de couple : un match imparfait ?

Trois ou quatre jours par mois, avez-vous l'irrésistible envie de vous chicaner avec votre conjoint pour un oui ou pour un non ? De lancer par la fenêtre ses nombreuses traîneries ? De vous terrer seule sur une île déserte (ou une petit appart d'une pièce et demi qui deviendrait votre havre de paix personnel et exclusif) ? Vos SPM sont à l'oeuvre ? Comment réagit chéri à cet « envahisseur hormonal » ? Et vous ?

J'ai découvert il y a quelques temps un bouquin bien intéressant sur le sujet. Rédigé par Pauline Houle, le livre s'intitule Du syndrome prémenstruel à la ménopause (Le vrai message de mon inconscient).L'auteure amène les lectrices à se poser des questions intéressantes sur leur cycle menstruel, leurs symptômes menstruels et prémenstruels, etc.

Cette prise de conscience aide les femmes à faire disparaître les désagréments qui peuvent être liés aux menstruations. Madame Houle m'a gracieusement offert quelques extraits de son livre, que vous pourrez lire sur les SPM et la sexualité. Elle propose aussi un extrait sur le SPM en général, où elle incite les femmes à réfléchir sur les émotions, plaisirs (ou avantages) et déplaisirs (ou douleurs) qui sont reliées à leurs règles. Le fait de se rappeler comment notre mère nous a présenté les règles peut aussi faire avancer la réflexion.

Personnellement, même si mes symptômes sont très limités (ou même absents), cela m'a fait réfléchir. En fait, je conclus que les menstruations et le SPM deviennent un problème lorsqu'on les perçoit négativement. Aussi, mine de rien, il se peut qu'on retire un certain avantage à avoir des symptômes en apparence désagréables (prendre une pause de relations sexuelles avec les conjoint pendant cette période, se permettre de se dorloter et de prendre du temps en solitaire à cause de notre caractère exécrable, etc.).

Alors, il importe de réfléchir à ce que représente les règles et le SPM pour soi... question de mieux les accepter puis de les faire disparaître...

Ça vous parle, cette introspection à faire sur le SPM ?
Lire la suite...

15 févr. 2010

Comment accepter une déclaration d'amour?

J'espère que vous ne serez pas déçue car ce n'est pas ce que vous croyez... Non, je ne parle pas d'une déclaration enflammée d'un bel inconnu sur lequel vous avez eu le coup de foudre. Et je ne parle pas non plus de celle d'un ancien prétendant perdu dans les détours de la vie et retrouvé sur Facebook!

Non, je parle des grandes déclarations d'amour de vos enfants. Celles qui sont spontanées et pleines de sens. Voici un bel exemple vécu dans notre famille imparfaite dernièrement.

==
=

PetiteSoeur, mieilleuse à souhait, guidoune par excellence -
Maman, est-ce que c'est une journée pour dormir avec toi?

Julie, qui lui permet une fois de temps en temps de partager notre lit format géant - Non, pas ce soir, mon petit papillon. Ce soir, c'est dans ton lit.

PetiteSoeur, les larmes aux yeux, la lippe apparente, comédienne par excellence - Mais je n'aime pas ça dormir toute seule. J'aime mieux quand on se colle.

Julie, épuisée et décidément pas d'humeur à supporter une cri-crise - On va se coller quelques minutes dans ton lit et on va se dire des mots d'amour.

PetiteSoeur, ravie et retrouvant sa bonne humeur - Je vais te faire une belle place.

PetiteSoeur tente de pousser l'énorme Charlio, Peluche, Patachon, Canne de bonbon de toutes les couleurs et toute leur fratrie dans un coin reculé de son lit qui menace de s'effondrer sous autant de compagnons.

PetiteSoeur, se couchant et me regardant les yeux brillants - On s'aime, hein nous, maman?

Julie, s'allongeant aussi parce que fatiguée et prête à s'endormir - Ah oui! On s'aime. On se tient la main?

PetiteSoeur, transportée - Mouiii! Je t'aime, maman. Toi, tu m'aimes gros comment?

Julie, marmonnant dans la chaleur du lit - Je t'aime gros comme une montagne... Toi, tu m'aimes gros comment?

PetiteSoeur, sincère dans sa plus grande naïveté - Moi, je t'aime gros comme une porte...

Julie, ouvrant un oeil parce qu'un tantinet surprise - ... comme... comme une porte?

PetiteSoeur, rêveuse - Ouais. Il y en a des grosses portes...

Julie, mais finalement pas si surprise que ça - Si tu le dis...

PetiteSoeur - Bien oui. La porte du salon, elle est grande.

Julie, admettant la logique de sa fille mais se gardant bien de lui faire remarquer la porte du garage est quand même bien plus grande - Tu as raison, ma puce.

Silence. Morphée appelle Julie. Mais oublie d'appeler PetiteSoeur.

PetiteSoeur - Maman, on se fait un maquillage?

Julie, heureuse de se glisser dans cette routine réconfortable mais prenant les devants pour continuer de roupiller - "Bonjour madame. Je viens pour un maquillage. Qu'est-ce que vous avez comme maquillage aujourd'hui?"

PetiteSoeur prenant son rôle d'esthéticienne à coeur - "Bonjour madame. Je les ai "toutes" les maquillages. Qu'est-ce que vous voulez?"

Julie, trop épuisée pour ses élans créatifs - "Dites-moi ce que vous avez. Je vais choisir."

PetiteSoeur, sérieuse - "J'ai des maquillages de coeur (en rouge ou en rose). J'ai des maquillages en forme de chocolat de la St-Valentin (mais juste en brun). Et j'ai aussi un maquillage du Lac-St-Jean."

Julie, ouvrant à nouveau un oeil pour regarder si sa fille est en train de se payer sa gueule - "Du Lac-St-Jean?"

PetiteSoeur, toujours dans le rôle - "Mais oui, madame. Le Lac St-Jean, j'y suis allée une fois avec ma maman, mon papa et GrandeSoeur (c'est ma soeur, madame). Mais Frérot (c'est mon petit frère, madame), était dans le ventre de ma mèèèrrrreeeuh. C'est un très gros lac. Gros comme j'aime ma maman. C'est un très beau maquillage. Vous le voulez?"

Julie, abasourdie - "Oui, je vais le prendre".

PetiteSoeur prend ses petits doigts de moins en moins potelés et se met à l'oeuvre. Elle imagine qu'elle met de la couleur ici et là sur mes joues, mes paupières, mon nez et mes oreilles.

PetiteSoeur, maquilleuse professionnelle inspirée et s'exécutant en chuchotant - "Ici, je mets du bleu, comme l'eau du lac. Ici, plein d'animaux pour la journée où nous sommes allés au zoo. Ici, je mets du beige comme le sable. Puis ici, je mets plein de couleurs pour nos jouets sur le sable. Ici, je dessine une grande chaise. Ma maman s'asseyait dessus, par ce que vous savez, madame, elle avait oublié son maillot de bain de grosse-madame-avec-un-bébé-dans-son-ventre et elle n'a pas pu se baigner avec nous... C'est "pécial" hein, madame?"

Julie, dans les vapes - Mmm...

PetiteSoeur - Maman, tu dors?

Julie, souriant - Presque. Je profite de ce moment béni.

PetiteSoeur - C'est qui elle "Maman bénie"?

Julie - C'est moi...
Lire la suite...

14 févr. 2010

Quand dimanche rime avec attirance... et qu'amour rime avec toujours...

Je me suis souvent posé la question. Qu'est-ce que l'amour ? Comment sait-on qu'on aime quelqu'un ? Et comment sait-on cela en début de relation, mais aussi après plusieurs années ? Quand l'habitude et le confort sont de la partie et la vie familiale par dessus-tout, comment sait-on que l'on aime encore vraiment ?

Je suis tombée sur un article bien intéressant de la revue Psychologies (Décembre 2007, Je t'aime, David Servan-Schreiber), où trois questions étaient proposées pour savoir si, oui ou non, on aime vraiment.

1) Aimeriez-vous avoir cette personne comme ami(e) ?
S'il n'était pas question d'enfants, de partage de tâches, d'hypothèque à payer, de vie sexuelle ou de projets d'avenir à partager, seriez-vous encore amie avec votre conjoint ? Bref, auriez-vous le goût de partager autre chose avec lui ?

2) Respectez-vous cette personne en tant que personne ? Les choix, les manières d'être, les valeurs de votre conjoint vous plaisent-ils ?

Et la question la plus difficile, selon moi :
3) Êtes-vous prêt à accepter que certains défauts ne changent jamais ?
Soyons franche, ce qui vous irritait au début de la relation a bien des chances de vous irriter encore davantage après quelques années et quelques enfants... Aimez-vous votre conjoint au point où vous acceptez ses défauts malgré tout, parce que ses qualités sont tellement uniques et en font quelqu'un de désirable ?

Selon vous, y a-t-il d'autres questions à se poser pour savoir si on aime vraiment, au delà du confort et de l'habitude ? En début de relation, après plusieurs années, comment savoir si on aime vraiment ?
Lire la suite...

13 févr. 2010

Samedi... de ne pas être célibataire pour la Saint-Valentin

Marie-Clown, une amie célibataire*, vous envoie ses voeux imparfaits pour la Saint-Valentin...

La St-Valentin en célibataire est frustrante. À travers les concours discriminatoires pour couples déjà heureux, les horoscopes illusoires et les livraisons florales des collègues de bureau, une force optimiste incroyable doit être déployée pour ne pas déprimer. Évidemment, la course de dernière minute aux réseaux de rencontres par internet ne règle rien même après une métamorphose coiffeuse-manucure-pédicure.

En imparfaite frustrée, je me suis plutôt fait livrer le gros bouquet, payé la livraison, le traiteur, visité un bar et quitté avec le serveur, bref vidé mon compte et mes énergies totalement inutilement. Mais au-delà de ces folies exagérées, je pourrai au moins me vanter d’avoir été l’imparfaite la plus comblée!

Bonne St-Valentin aux perles non-réclamées et faîtes-vous plaisir, vous le méritez!


* P.-S. Vous aimez les histoires qui finissent bien ? Après avoir rédigé ce billet quelques jours d'avance pour la Saint-Valentin (s'étant basée sur son expérience de Saint-Valentin passées pour témoigner de son vécu avec autant de sincérité), Marie-Clown m'a annoncé en grande pompe qu'elle ne célèbrerait pas seule la Saint-Valentin 2010... Longue vie à ton nouveau couple, chère Marie !

Vous avez des conseils pour démarrer une vie à deux du bon pied ?
Ou des conseils aux célébataires et monoparentales qui veulent trouver l'âme soeur ?

Ce qui est fantastique, c'est qu'une fois la trentaine arrivée, il me semble qu'on est plus en confiance pour vivre une relation amoureuse et sexuelle équilibrée et satisfaite... Se respecter soi-même, certes, éviter de prendre des mauvais plis à deux (en se basant sur nos erreurs passées), même être tout de même ouverte aux compromis... Est-ce la formule magique ? (ou ai-je trop lu de contes de fées...)
Lire la suite...

12 févr. 2010

Vendredi merci - Merci chansons d'amour !

La St-Valentin approche à grands pas... Pour la rendre inoubliable, ou pour vous remémomérer de beaux souvenirs amoureux, la musique n'a pas son pareil ! Alors, cette semaine, pour continuer la tradition de la gratitude de Nolwenn, je veux dire merci à plusieurs chansons qui me rappellent l'amour, la sensualité ou la passion, et qui me font, à chaque fois que je les écoute, ressentir des émotions agréables.

Alors, voici une petite liste (évidemment, je ne mettrai pas tout, j'en aurais pour la journée)
  • Du plaisir (trame sonore de Don Juan). D'ailleurs, la trame sonore au complet transpire l'amour et la sensualité. J'adore !
  • La trame sonore de Dirty Dancing, en particulier la toune « You don't own me », que je trouve très sensuelle aussi.
  • C'est si bon, d'Yves Montand ... le bonheur léger d'être en amour et seuls au monde...
  • D'aventure en aventure, de Serge Lama, une belle (et nostalogique) histoire d'amour sur un fond musical tellement relax...
  • You were made to be my baby, Bon Jovi... Et si deux êtres étaient faits pour être ensemble ?
  • Bad to the bone... Ok, pas très amour, mais me donne envie de faire des choses coquines à deux... ;-)
J'en oublie un lot... Mais j'ai hâte de lire vos suggestions...Bon vendredi!
Lire la suite...

11 févr. 2010

Comment avoir une vie de couple épanouie... notre expert mâle nous livre ses secrets!

18+
AVIS AUX LECTRICES - Ce billet contient des éléments de nature sexuelle et des scènes de nudité (en fait, non pas vraiment, mais vous pouvez les imaginer). Nous préférons vous en avertir.

Votre curiosité est piquée ? Laissez-moi vous dire que vous en aurez pour votre argent... Alors, voici l'entrevue exclusive réalisée avec Patrick Duval, auteur du blogue Homme cherche femme... désespérément, expert en relation homme-femme, dragueur par excellence, digne représentant du mâle alpha, fier célibataire à la recherche de la femme parfaite qui comblera ses nombreux critères…
________________________

Anik imparfaite, intimidée devant toute la testostérone déployée devant elle - Bonjour !

PD, soupirant - Vous n’allez pas utiliser mes initiales tout le long de l’entrevue??? Je déteste la sonorité du son de mes initiales!

Anik, ne sachant pas trop pourquoi, mais ayant de plaire à son interlocuteur - Ok… que penses-tu de Pat?

Pat, avec un sourire charmant - C’est comme du miel à mes oreilles, merci...

Anik, curieuse d'obtenir les réponses à ses questions - Selon toi, qui est devenu expert en rédaction de listes de critères illustrant la femme idéale, quelles sont les critères que doit posséder une mère de famille pour continuer de plaire à son homme ?

Pat, très sûr de lui - Il y a trois critères principaux que doit posséder une mère pour continuer de plaire à son master.

- Numéro 3 : Demeurer attirante. (Je commence avec le numéro trois, c’est pour le suspense)…
Cela commence dès la création de la famille. Le premier geste est de refuser de nourrir son bébé au sein pour préserver la beauté de sa chaîne de montagnes pectorales. Vos seins sont importants à nos yeux, mesdames. Ils sont à l’image du désir qu’on éprouve envers vous… plus ils sont bas, plus le désir baisse. Une série de petits gestes vous permettront, aussi, de garder votre charisme le plus longtemps possible. Par exemple, évitez les sous-vêtements beiges, relevez le siège de toilette après avoir pissé, apprenez le fonctionnement de la tondeuse et quand vous donnez le biberon au bébé la nuit, maquillez-vous au cas où votre homme se réveillerait.

Anik, fière de ne pas avoir de sous-vêtements beiges - C'est intéressant, continue...

Pat, très sérieux - Numéro 2 : Installer la fragilité dans le couple.
Quand on démontre une certaine dépendance affective envers l’autre, quand on devient un acquis aux yeux d’un homme, la morosité s’installe dans le couple. Les enfants qui empêchent l’intimité n’aident pas la cause. Il n’y a plus de challenge, le défi de séduire disparaît, on est embourbé dans une routine qui rime avec platitude... (Bon, ok, ça rime pas du tout mais vous n’êtes pas en train de lire un c**** de poème!) Pourtant, les hommes ont besoin de remporter des victoires, ils ont besoin de se battre, c’est à cause de la testostérone. Pour raviver la flamme et les étincelles puis ainsi garder votre amoureux à vos côtés, il faut lui montrer que rien n’est jamais gagné. À chaque jour, il doit être sur ses gardes, convaincu que vous pouvez tomber à tout moment dans les bras d’un autre. Cruisez devant lui, parlez des hommes du bureau, accrochez un poster de Brad Pitt dans votre chambre. Vous allez voir, votre homme ne vous quittera plus jamais. Il en deviendra même fou.

Anik, prenant des notes - Très bien, donc je vais continuer d'aller cruiser un brin au badminton... Et la dernière règle ?

Pat, soudainement très intense - Numéro 1 : La menace.
Vous êtes demeurée attirante et vous avez installé la fragilité dans votre couple mais vous avez l’impression que votre homme vous glisse quand même entre les doigts? Il vous reste la menace. Menacez-le de divorcer et de ne plus jamais voir vos enfants s’il ne rentre pas directement du travail, s’il ne fait pas du ménage et s’il n’arrête pas de regarder du porn sur Internet. Mesdames, vous avez la justice de votre bord, faut en profiter. Les enfants sont tellement cutes, ils font de parfaits otages. (Silence)… Vous me trouvez extrême??? Sachez que quand il s’agit de faire marcher son couple, il n’y a pas de place pour les sentiments.

Anik, un peu ébranlée - Merci de cette réponse très élaborée. Maintenant, pourrais-tu déterminer quelles sont les meilleures techniques ou gestes pour s'assurer que notre homme demeure fidèle ?

Pat, le visage grave et visiblement perturbé - J’ai beau réfléchir, me creuser le dedans de l’intérieur de la tête, je ne trouve pas. Il est impossible qu’un homme demeure fidèle… À moins d’épouser un homme vraiment très laid, alors là les chances d’être cocue diminuent drastiquement. Mon conseil : pratiquez l’amour libre en groupe, de cette façon vous pouvez avoir l’œil sur vos rivales.

Anik, sceptique mais avide de continuer l'entrevue - L'amour libre ? Hum... Je ne sais pas ce que nos lectrices vont en penser. Mais, dis-moi, cher Pat, toi qui est si généreux à prodiguer ton savoir, mère et amante, quels sont tes conseils aux femmes pour concilier ces deux rôles ?

Pat, tel un véritable pédagogue de la sexualité - Pour concilier les deux rôles, il ne faut pas chercher de midi à plusieurs heures, le truc est simplement simple. Mesdames, il faut être créative pour satisfaire sexuellement votre homme tout en vous occupant de vos enfants. Pas une mince tâche. Quand l’enfant est bébé, pourquoi ne pas demander à votre mari de vous prendre par derrière pendant que vous changez la couche? Le bébé se rendra compte de rien et c’est joindre l’utile à l’agréable en plus! Quoi de mieux que de faire une pipe à votre mari dans la voiture pendant que votre ado est occupé avec son Nintendo DS sur la banquette arrière. MERCI NINTENDO!!! Utilisez votre imagination, votre rôle de mère ne doit pas freiner vos instincts de cochonne. Le jour que vous réussirez à faire l’amour avec votre conjoint en aidant votre jeune à faire ses devoirs, vous saurez que vous avez atteint l’équilibre parfait entre votre rôle de mère et d’amante.

Anik, s'imaginant avec un drôle de sourire dans cette dernière situation - Créativité... Je note. Dis-moi également, vie sexuelle satisfaisante et vie de couple à long terme, crois-tu cela possible ?

Pat, toujours heureux de parler de sexe - C’est très possible puisqu’une vie de couple à long terme inclue l’adultère pis qui dit adultère dit vie sexuelle satisfaisante. (Silence)… Je sais… je sais… vous allez me dire que ça prend bien un homme pour répondre une telle ineptie. Laissez-moi vous expliquer en explications, mesdames. L’adultère est une vertu qui permet d’acquérir de l’expérience en matière de sexe dont votre couple profitera. C’est pour cette raison que les gars pratiquent ce mode de vie depuis toujours, pour entretenir la flamme de la diversité au lit. Ainsi, mesdames, quand nous faisons l’amour avec vous, nous pouvons durer plus longtemps, nous connaissons de nouvelles positions et vous êtes satisfaites. Sans adultère, votre vie sexuelle serait sans saveur, sans originalité, sans surprise, sans couleur, toujours pareille, un peu comme une chanson de Sylvain Cossette.

Anik, espérant déstabiliser Pat - Donc, tu dis que l'adultère est une bonne chose. Alors, dois-je comprendre que tu invites les femmes à devenir infidèles ?

Pat, sautant de sa chaise - Oooooh que non!!! L’adultère est un job de mâle, un sacrifice masculin. Il existe en nous un écran protecteur invisible qui nous empêche (dans 95% des cas) de tomber amoureux de notre maîtresse tandis que vous, 90% du temps, vous tombez en amour avec votre amant. Les hommes sont biologiquement faits pour ça, pour une seule et unique raison : partager ses nouvelles connaissances avec sa conjointe. Je ne recommande pas aux filles de sauter la clôture. D'ailleurs, l’étymologie d’adultère est une combinaison de deux mots : « Adulte » et « Terre ». Adulte, contraire d’enfant donc un homme. Terre, pour terre des hommes. Vous voyez? Le mot le dit, l’adultère est une mission pour les hommes. En conclusion, laissez-nous faire notre travail tranquille et vous en serez épanouie.

Anik, déçue de la réponse mais sans argument devant cette logique implacable - Autre question : une mère de famille qui devient monoparentale peut-elle espérer retrouver chaussure à son pied ?

Pat, l'air vraiment sceptique - Faut pas qu’elle soit difficile… il y a de fortes chances que la chaussure soit usée et laide. Avez-vous déjà remarqué que lorsqu'un gars hideux sort avec une belle femme, c'est parce que cette dernière est monoparentale ?

Anik, voulant pousser plus loin - D'accord, mais quelles sont alors les astuces, gestes ou armes secrètes qu'elle a intérêt à déployer pour attraper un nouveau poisson ? Oups, je veux dire, se trouver un nouveau conjoint ?

Pat, allant directement au but - Il y a trois astuces principales.
- Exploiter l’instinct protecteur de l’homme. Au lieu de simplement avouer que ce petit monstre de neuf ans est votre fils, pourquoi ne pas inventer une histoire tragique genre que votre sœur a été assassinée, que vous êtes la seule qui peut s’occuper de son fils et que l’assassin vous cherche pour vous tuer aussi. L’instinct protecteur de l’homme va le pousser à tout faire pour vous venir en aide et ainsi développer une puissante affection pour votre fils. Comme le Terminator.

Anik, un peu perdue et n'osant pas avouer qu'elle n'a jamais regardé ce film - Mais encore ?

Pat, renchérissant avec un plaisir évident - User de psychologie par du renforcement négatif. Pour cela, vous devez trouver votre proie ainsi que ses coordonnées. Ensuite, pendant trois mois, vous lui envoyez 450 courriels par jour disant qu’il est laid. Ceci aura pour effet de détruire toute confiance en lui. Vous n’aurez qu’à aller le voir, lui sourire et lui dire que vous le trouvez beau. Il va violemment tomber amoureux de vous, même si vous avez dix enfants! Et dernière astuce : en l’hypnotisant.

Anik, surprise d'une telle originalité dans les astuces déployées - On voit vraiment que tu es un expert en la matière pour nous avoir fournit des réponses si élaborées et originales. En terminant, quel message voudrais-tu envoyer à nos lectrices ?

Pat, gonflant sa poitrine et fier de partager son savoir - L’harmonie dans un couple n’est pas une chose compliquée, il faut juste savoir la recette. N’oubliez jamais que vous êtes l’ingrédient principal et que sans vous, mesdames, le couple n’existerait pas. Vous êtes l’âme d’une relation amoureuse, on ne peut pas se le cacher, les hommes sont souvent en ménage pour s’assurer simplement de baiser régulièrement.

Anik, riant devant tant d'honnêteté - Bien merci pour ton franc parler et pour tes conseils pratiques. J'invite nos lectrices (même Julie, qui doit se retourner sur sa chaise à l'heure actuelle devant tant de références au sexe) à laisser leurs commentaires sur cette entrevue que j'ai eu grand plaisir à diriger. Pat, tu es un collaborateur incroyable. N'hésitez pas, mesdames, à aller lire ses aventures rocambolesques sur son blogue Homme cherche femme... désespérément.

Bonne St-Valentin à tous!
Lire la suite...

10 févr. 2010

Saint-Valentin en couple ou en solo... L'herbe est-elle plus verte chez le voisin?

Deux vécus. Deux réalités. La Saint-Valentin est-elle plus agréable quand on est un couple avec enfants ou qu'on est célibataire... Ça reste à voir... Mon amie Marie-Clown a concocté ce petit billet pour vous permettre de comparer par vous-même. Et j'ai ajouté mon grain de sel...

La Saint-Valentin en famille...
Version Marie-Clown

Ce matin, c’est la St-Valentin. Je me lève plus tôt pour préparer les surprises des enfants : des muffins en forme de cœur pour déjeuner. Leur bonne humeur me fait oublier de me préparer, je suis si en retard que je n'ai même pas embrassé mon amoureux avant de m’en aller.

Au bureau, je passe la matinée à chercher un restaurant à réserver, mais c’est complet. Je dois compenser par des heures supplémentaires sur l’heure du dîner devant les fleurs que mon conjoint m’a fait livrer, mais que j’oublie de rapporter, tellement j’ai de choses à m’occuper : les petits à aller chercher, une carte de St-Valentin à acheter, un souper à préparer… qu’est-ce qu’on va manger? De la pizza congelée en forme de coeur, peut-être ?

En soirée, la plus jeune a attrapé un virus, je passe tout mon temps à le consoler. Le plus vieux ne veut pas aller se coucher. Lorsqu’on se rejoint, mon conjoint et moi, nos réserves d'énergie sont épuisées. On s’endort sans même se coller.

L’herbe n’est pas toujours plus verte à côté, alors même si une St-Valentin est imparfaite, au moins elle ne dure qu’une journée!

La Saint-Valentin en famille...
Version Anik

Ah, c'est la Saint-Valentin aujourd'hui ? Tiens donc ! Les filles, voulez-vous faire un gâteau en coeur pour toute la famille (et essayer de cuisiner en groupe sans vous crêper le chignon, c'est la fête de l'amour, pas des chicanes entre soeurs!!!) ? Ok, et pour le reste (le souper au resto ou toute autre forme de romantisme) bien, on se reprendra l'année prochaine, faut croire !

La Saint-Valentin en solo...
Version Marie-Clown

Ce matin, c’est la St-Valentin. Je reste couchée un peu plus longtemps, imaginant un homme à mes côtés pour mieux me réveiller. M’obligeant à revenir à la réalité, je dois me lever, seule, boire mon café et quitter pour travailler.
Au bureau, une guerre a débuté concernant la meilleure soirée organisée. Une guerre à laquelle je ne peux même pas participer! Je regarde avec jalousie les cadeaux se faire livrer et j’oublie de travailler. Mon patron me reproche les dossiers non-terminés. Je rentre enragée sans penser que je n’ai rien à manger.

J’évite les restos, le ciné et tous ces endroits remplis de couples qui ont envie de célébrer. Je me fais livrer, je regarde la télé et je vais me coucher.

L’herbe n’est pas toujours plus verte à côté, alors même si une St-Valentin est imparfaite, au moins elle ne dure qu’une journée!

La Saint-Valentin en solo (mettons en mono, parce que j'aurais tout de même des enfants si j'étais célibataire)...
Version Anik

Je fais la grasse matinée (c'est-à-dire que je me lève à 8h00 plutôt que 6h30), parce que j'ai demandé aux enfants de me sacrer patience (oups, je veux dire, de me laisser tranquille et en paix), en guise de cadeau de Saint-Valentin. Vous m'aimez, les enfants ? Laissez-moi roupiller !

On se fait un petit souper aux chandelles en famille, mais je ne mange pas le dessert. Je couche les enfants puis je continue mon repas devant un bon film d'amour (Dirty Dancing, Pretty Woman ou The Wedding Singer) qui me fait penser qu'il y a de l'espoir et que ma prochaine St-Valentin sera en couple. Mais pas parce que c'est nécessaire et que je me sens nulle si je ne partage pas ma vie avec quelqu'un (j'ai plus de 30 ans, je m'assume comme individu), mais parce que c'est un « plus » agréable dans ma vie...


La Saint-Valentin en couple sans enfants
Version fantasmée par Anik

On fait la grasse matinée au lit (la vraie, celle qui continue au moins jusqu'à 10 heures)... Mon chéri me réveille par des baisers langoureux (et évidemment, la mauvaise haleine du matin n'existe pas)... Il a préparé le petit déjeuner au lit : fraises fraîches, crème, bagel juste bien grillé, thé vert, et un petit mimosa pour se mettre en appétit. Nous trinquons à l'amour dans le confort de nos draps de satin...


Au programme de la journée : sexe et gourmandise... Comme on dort bien la nuit et qu'on a suffisamment de temps pour nos loisirs pendant la semaine, nous disposons d'assez d'énergie pour une partie de jambe en l'air en trois périodes, avec prolongation même si monsieur a tiré au but (et mérité une véritable ovation de la part de madame pour son «tricotage» si habile) et « scoré » à chaque période...


Nous nous endormons, en fin de soirée, couchés en cuillère et le sourire béat, totalement apaisés...


Et vous, quelle est votre version de la Saint-Valentin ??? La vraie, celle fantasmée, celle que vous préférez ? N'hésitez pas à partager...
Lire la suite...

9 févr. 2010

Veux-tu être mon Valentin?

Cher Valentin,

Crois-moi, je cherche depuis longtemps à réinventer la formule. J’aimerais te dire combien je t’apprécie et à quel point c’est agréable de partager ta vie. Mais je ne trouve pas les mots parfaits ni le moment idéal.

Devrais-je te dire que je t’aime entre deux changements de couches ou te l’inscrire sur la liste d’épicerie? Devrais-je te dire merci à 4 heures du matin alors que Frérot gazouille en pensant que c’est le moment de se lever? Devrais-je te le marmonner entre deux sommeils quand tu soulèves les draps pour venir te coucher après la Soirée du hockey?

Je tente le tout pour le tout et je t’envoie ce valentin. Car à travers notre vie familiale un peu folle, j’ai envie de me rappeler qui nous étions avant de devenir parents. À travers les dix paires de bottes qui traînent dans l’entrée, sous la montagne de lessive qui nous attend et dans la boîte « des objets perdus » se trouvent plusieurs bons moments partagés avec toi que je souhaite, par-dessus tout, ne pas oublier.

  1. S’écrire des lettres d’amour et se surpasser dans notre prose (Tu sais, quand nous vivions d’amour et d’eau fraîche?)
  2. Lire à voix haute des romans à voix haute sur une plage de galets ou dans une tente, ou des guides touristiques en chuchotant dans des cathédrales silencieuses (On dirait que ça fait 1000 ans de tout ça… mais à bien y penser, c’était effectivement dans un autre millénaire!)
  3. Dorloter ChienChien en l'inscrivant dans des cours d’obéissance (C’était avant les enfants… Drôle d’idée pour passer nos temps libres!)
  4. Veiller toute la nuit pour écouter en rafale les meilleures séries télévisées (Jusqu’à ce que nos yeux en collent et sans crainte des répercussions de notre mauvaise humeur le lendemain…)
  5. S’endormir (ensemble!) un soir de pluie, un grand vent traversant la chambre de mon premier appartement, avec l’intense bonheur de dormir d’un trait jusqu’au matin (Ce que nous n’avons pas fait depuis 2003!)
  6. Prendre le temps de t’organiser une fête surprise (et secrète!) pour tes trente ans avec une grille de mots-croisés hyper compliquée réalisée avec la collaboration de tous les invités (Dire que j'avais le temps de penser à tout ça et te t’en mettre plein la vue!)
  7. Marcher au bord du fleuve à Rimouski, écouter les vagues sans se lasser au Lac-St-Jean, escalader une montagne en Nouvelle-Écosse, flotter dans la Méditerranée ou aux Îles-de-la-Madeleine, visiter les châteaux de la Loire et traverser l’Île Verte à vélo (À quand notre prochain périple juste tous les deux?)
  8. Éclater de fous rires incontrôlables parce que trop inquiets dans une salle d’attente (Hum... je n’en dis pas plus, il n’y a que nous qui trouverions ça rigolo…)
  9. Me rappeler tes beaux bermudas verts, le soir de notre première rencontre ; te voir sortir tout nu de la tente chercher un article « essentiel » dans la voiture; et te regarder, en bobettes, essayer d’installer un ventilateur de plafond. (Zen et sans soucis…)
  10. Vivre intensément la naissance de nos trois enfants (Chacune unique. Chacune magique.)

J’y vais simplement, et imparfaitement: Je t’aime. Merci de faire partie de ma vie.

Julie, ta blonde imparfaite
Lire la suite...

8 févr. 2010

L'amour... un péché mignon ou capital ?

Plus que 6 jours avec le jour V... la fameuse St-Valentin. Calvaire pour les célibataires ? Fête commerciale sans raison d'être ? Moment pertinent pour rehausser la vie de couple et remettre la romance sur le tapis (en peau d'ours, évidemment !) ? Quelle est la saveur de votre Saint-Valentin ?

Voici différentes options, inspirées de mes péchés « mignons » préférés : les péchés capitaux...

  1. St-Valentin axée sur la gourmandise : vous allez au resto et vous savourez un repas divin
  2. St-Valentin axée sur la paresse : vous ne faites rien du tout, c'est trop de trouble... (et de toute manière, votre conjoint est aussi paresseux que vous, sinon plus)
  3. St-Valentin axée sur la luxure : vous vous laissez aller à vos désirs lubriques et vous baisez toute la journée (ou vous faites l'amour, c'est selon votre définition de la chose et l'indice de « grrrrrr » que vous y mettez... )
  4. St-Valentin axée sur l'envie : vous écoutez vos amies raconter ce qu'elles font à la St-Valentin et vous pestez intérieurement sur la piètre qualité de votre journée.
  5. St-Valentin axée sur l'orgueil : vous organisez une méga journée de St-Valentin et achetez un méga cadeau à votre amour, pour lui faire plaisir, oui, mais surtout pour en mettre plein la vue à vos collègues et amis.
  6. St-Valentin axée sur l'avarice : vous n'achetez rien et vous faites très simple, de toute manière à quoi bon acheter des sous-vêtements sexy et hors de prix, quand votre amoureux vous les enlève en 2 minutes et quart???
  7. St-Valentin axée sur la colère : vous êtes en #%#$@ parce que vous êtes seule pour célébrer la St-Valentin cette année, ou que votre chum a oublié quand tombait le 14 février et qu'il s'est planifié une soirée de gars cette journée de jeux avec ses amis célibataires (et attardés, mais ça, c'est votre opinion)...

Personnellement, bien que le numéro 3 me tenterait bien, je pense opter plus pour le numéro 1 ou 2...
Et vous ? Mais j'ai peut-être oublié des saveurs, aussi...

Allez, bonne semaine de l'amour et de l'amitié. J'en profite pour vous envoyer toute mon amitié, d'ailleurs...
Lire la suite...

7 févr. 2010

Comment obtenir des réponses aux questions qui nous obsèdent?

Je suis une fan parfaitement finie de Monsieur Réponse.

Quand je me questionne sur les grandes vérités de la vie, je prends quelques minutes pour lui faire part de mes interrogations existentielles. Ainsi, mes questionnements ne m'obsèdent plus. Je les sais entre bonnes mains. Et j'obtiens souvent des réponses dénuées de toutes complications féminines propres au cerveau des mères.

Je vous ai dit que j'avais énormément de difficulté à faire le vide. Voilà, maintenant je sais comment faire pour ne pas penser à rien. Puisque c'est Monsieur Réponse qui le dit, je sais que c'est scientifiquement vérifié.

Je vous ai aussi dit que j'ai plein de cheveux blancs (le Dr Sloan s'est déjà d'ailleurs penché sur mon cas). Mon premier "fil d'argent" est apparu, juste pour mon bal de finissant de secondaire 5. Depuis, chaque fois que je dois concocter mon mélange de teinture, je me pose cette question qui me gâche l'existence "Pourquoi, les @#$% de cheveux blancs?". Bien, Génie Réponse avait encore une explication toute simple et rassurante.

Au niveau de la santé et de la beauté, plusieurs autres âmes en peine ont obtenu l'avis éclairé de Monsieur Réponse. Ainsi, je me porte réellement mieux depuis que je sais pourquoi l'angoisse se ressent vis-à-vis le sternum et pourquoi les gens font du sport. Je culpabilise nettement moins depuis que je sais pourquoi je suis incapable d'arrêter de manger des chips avant d'avoir vidé le sac et que j'ai appris que les légumes, ce n'est pas si bon que ça pour la santé. Si par ailleurs, contrairement à moi, vous vous interrogez sur les raisons expliquant votre mauvaise haleine du matin ou sur les deux manières de faire grossir vos seins plus rapidement sans chirurgie, vous n'êtes qu'à quelques clics des vérités qui vont changer votre vie.

Je vous le dis. Monsieur Réponse, contrairement aux grands sages que l'humanité ait connus, est très actuel, parce que très Web 2.0. On lui écrit, il nous répond dans son blogue. C'est simple, efficace, précis. C'est magique.
Lire la suite...

6 févr. 2010

Samedi... de ne plus avoir d'excuses

Être belle et bien dans sa peau, c'est facile ? Pas nécessairement, mais c'est carrément impossible quand on a son lot d'excuses toutes prêtes :
  • J'ai vingt kilos en trop, pourtant je ne mange presque rien (traduction : je ne mange presque rien de sain!)
  • Le sport, ce n'est pas ma tasse de thé (traduction : le sport, je n'aime pas parce que je n'arrive jamais à le faire avec assiduité et je déteste ressentir ce manque de volonté).
  • Mes cheveux sont indomptables (traduction : je n'ai pas trouvé la coupe ou les produits qui me conviennent, parce que je déteste aller chez la coiffeuse).
  • Avec la vie de famille et le boulot, je n'ai pas le temps de me remettre en forme (traduction : je préfère utiliser mes temps libres devant la télévision, c'est moins exigeant).
  • mes kilos en trop sont génétiques (traduction : oui, quand j'avais 20 ans, j'avais le corps dont j'ai hérité. À 30 ans, j'ai le corps que je mérite, selon les efforts investis et les habitudes, bonnes ou mauvaises, que j'ai développées).
  • Je ferai du sport quand je travaillerais moins (traduction : je ferai du sport peut-être un jour, mais c'est peu probable, parce qu'à ce moment, je vais trouver une autre excuse).
Résultat : ces excuses ou croyances empêchent de passer à l'action. Et si on partait à la guerre aux excuses. Personnellement, j'ai longtemps évité les salons de coiffure. Mon excuse : je n'arrive pas à trouver une bonne coiffeuse. Traduction : je ne prends pas le temps de m'informer ni de prendre de rendez-vous, alors comment puis-je trouver la perle rare....

En août dernier, je me suis dit que l'excuse n'était plus valable. Alors, j'ai pris mon courage (je n'exagère même pas, c'est pour dire à quel point je déteste aller chez la coiffeuse) et j'ai pris rendez-vous avec la soeur de ma massothérapeute. Et je lui ai demandé, humblement, ce que je devrais faire pour améliorer ma chevelure... Depuis, j'ai pris rendez-vous à intervalle de 2-3 mois pour rafraîchir ma coupe, et ça fait du bien... Et j'ai osé la couleur... Ce n'était pas si difficile, après tout... Pourquoi avoir attendu autant ? Aucune idée... Mais je vais garder mes bonnes habitudes...

Et vous, sur quelle croyance souhaitez-vous travailler pour arriver à changer

_____________________________
Inspiration : Les paresseuses changent de vie, d'Anita Naik, aux éditions Marabout.
Un petit livre amusant à lire pour avoir un nouveau corps, un nouveau job, de nouvelles finances ou de nouvelles amours en un mois... Humoristique mais à la fois sérieux...
Lire la suite...

5 févr. 2010

Vendredi merci - Merci mon corps...

Le thème de la beauté tire à sa fin... Quelle plus belle façon de le conclure que de dire merci à notre corps, pour ce vendredi merci dont la tradition a débuté avec Nolwenn, et se continue avec d'autres blogueuses comme La Belle et Mamanbooh.

Ce corps qui a porté un, deux, trois ou même plus d'enfants... Ce corps qui nous suit depuis des années, qui nous permet de réaliser maints défis, de profiter de la vie... Ce corps, qui malgré ce que l'on peut parfois en penser et malgré nos pires critiques, recèle une beauté unique... Il mérite bien de la gratitude. Et il mérite que l'on apprécie sa beauté.

En quoi êtes-vous belle ? Allez, faites un effort et dites...
Je me plie à l'exercice :
  • J'aime mes yeux bleus, merci de me permettre d'exprimer avec facilité mes pensées.
  • J'aime mon sourire, merci de me permettre d'entrer facilement en contact avec les autres.
  • J'aime mes bras et mes jambes, merci d'être musclés mais pas trop sans que j'ai d'effort à faire.
  • J'aime mon ventre qui s'endurcit, merci d'être plat malgré les grossesses...
  • J'aime mes cheveux, merci de bien et pousser d'être faciles à peigner, ce qui me donne un air plus féminin.
Avez-vous appris à aimer certaines parties de votre corps ?
  • Moi, j'aime maintenant mes fesses. Pourtant, elles ne sont guère différentes, mais j'ai appris à les apprécier... Merci d'être bien galbées...
Et, pouvez-vous voir du positif dans les parties de votre corps que vous aimez moins ?
  • Merci, (très) petits seins, de ne pas m'occasionner de maux de dos...
  • Merci petites dents de bébés (eh oui, j'en ai encore deux !!!), de ne pas tomber pour laisser deux trous dans ma dentition.
  • Merci pieds plats de me mener aussi rapidement vers toutes mes destinations.
Vous voyez, ce n'est pas si compliqué ! :)
À vous de jouer ! Faites l'exercice, ça fait du bien.
Lire la suite...

4 févr. 2010

La "belle" génération

Je vous l'ai dit, depuis que GrandeSoeur nous a avoué qu'il était impossible qu'elle soit jolie parce qu'elle porte des lunettes, je ne manque jamais une occasion de dire à mes enfants qu'ils sont beaux. À la maison ou ailleurs, j'essaie de faire des compliments le plus souvent possible pour nourrir leur estime de soi.

Or, je ne sais pas pour vous, mais cette élan d'amour fait réagir.

Par exemple, il m'est déjà arrivé de bécoter PetiteSoeur dans un centre d'achats. Elle était assise dans sa poussette, toute mignonne, toute bébé, avec un beau grand sourire. Je lui ai pincé les deux joues, je lui ai donné un gros bec en disant:
"Comme tu es belle!"

Et une sympathique passante n'a pas manqué de nous dire gentiment:
"Me semble que ce n'est pas la place pour se faire des bisous. Y a ben assez de monde de même!!"

Je suis tellement restée surprise que je n'ai pas trouvé ce qu'il fallait pour lui clouer le bec. Heureusement, Tante V. y est allée d'une bonne improvisation:
"Vous avez raison, madame. Elle aurait dû la battre."

Un autre exemple? Alors que GrandeSoeur faisait son entrée dans le salon avec un bel ensemble jupe, chandail et collants qu'elle avait pris soin d'assortir elle-même, je lui ai dit:
"Wow, ma puce, tu es splendide! Tu es habile pour choisir de belles couleurs!".
PetiteSoeur a même ajouté:
"Ouais, GrandeSoeur, "splendine"!"
GrandeSoeur a souri jusqu'à ce que mon père dise:
"Voyons, on ne dit pas ça à un enfant qu'il est beau. Des plans pour qu'il s'enfle la tête!"

En fait, si j'avais su que la même situation allait se produire une deuxième fois, je me serais creusé le coco pour trouver une réponse acerbe passe-partout. Mais je suis encore une fois restée bouche bée. Heureusement, c'est Tante Lou, cette fois qui a fait le sale boulot:
"Franchement, Papa! T'en connais, toi des enfants qui se trouvent trop beaux? J'attends. Envoye. Des noms. Je veux des noms. Envoye, j'attends!"

Mon père a souri. Il était pris au piège.

Les morales de cette histoire?
  1. Après être passé maître en diplomatie, je suis mure pour "Répartie 101" :-D
  2. La façon d'éduquer les enfants, c'est vraiment propre à chaque génération.Si nos propres parents ne comprennent pas pourquoi nous complimentons nos enfants, comprendrons-nous nos enfants quand ils élèveront les leurs?
Avez-vous des exemples, vous aussi?
Lire la suite...
 

Imparfaite, et alors ? Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon